Les sorties du 17 août 2016

1
91

Star Trek Sans limites Karl Urban Zachary Quinto

Deux films très attendus, dans des registres très différents, sortent aujourd’hui. Commençons par celui qui suscite deux réactions différentes sur le site. de Maren Ade est une comédie enthousiasmante avec un beau duo d’acteurs, sans temps mort malgré sa durée de près de trois heures pour l’auteur de ces lignes mais pour Jean-Jacques, «l’intérêt s’étiole et […] l’ennui s’installe» après une première heure durant laquelle «le film fait mouche, le film fait rire, le film intéresse».

Après les récents échecs artistiques, à plus ou moins grande échelle, des blockbusters tels que SOS Fantômes, Jason Bourne et autres Suicide Squad, de Justin Lin relève enfin le niveau. Cet agréable divertissement d’action réunit à nouveau les héros de la deuxième plus célèbre saga de l’espace avec/après Star Wars dans une ambiance plus légère que les deux premiers volets réalisés par J.J. Abrams parti pour une galaxie très, très, lointaine susnommée. Le scénario co-écrit par Simon Pegg relève plus dans son scénario d’un épisode de la série télé que d’un film de cinéma, mais le résultat est franchement plaisant, notamment grâce à la relation Bones / Spock qui rappelle la dynamique des héros de la série d’origine et de Star Trek IV, Karl Urban et Zachary Quinto n’ayant pas à rougir de la comparaison avec DeForest Kelley et Leonard Nimoy. Le film est dédié à ce dernier, disparu en août dernier, mais aussi à Anton Yelchin alias Chekov, décédé en juin à l’âge de 27 ans, renversé par sa propre voiture à son domicile.

Star Trek Sans limites Anton Yelchin Chris Pine

Presque un an après La Volante de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri, Nathalie Baye se retrouve dans la position a priori opposée dans . Après avoir voulu venger la mort de son fils renversé par une voiture, elle est ici la cible d’une femme interprétée par Emmanuelle Devos (déjà à l’affiche de Complices du même réalisateur) qui cherche celui ou celle qui a tué le sien dans des circonstances similaires. Le résultat est heureusement différent, même si la mise en scène trop sage empêche tout semblant d’enthousiasme malgré le jeu intéressant de Baye en particulier en esthéticienne méfiante.

ph Moka Nathalie Baye Emmanuelle Devos

est un film de zombies efficace hélas plombé par un méchant excessif et caricatural, des rebondissements et des personnages archétypaux que l’on ne supporterait pas dans une énième production US. Le voir en séance de minuit au Festival de Cannes avec son ambiance enlevée aurait peut-être suscité plus d’enthousiasme de ma part ? Le distributeur français y croit, avec pas moins de 256 copies sur toute la France, énorme pour un film coréen. On leur souhaite tout de même bonne chance malgré nos réserves sur le scénario et son manque d’originalités narratives.

Dernier train pour Busan

On espérait là encore un peu trop de Instincts de survie avec Blake Lively piégée sur un rocher par un requin méchant méchant. On recommande plutôt de revoir le diptyque Open Water. Là, les rebondissements sont paresseux et prévisibles, la CGI de l’actrice lorsqu’elle surfe est immonde et les zygomatiques sont un peu malmenés par du bon gros rire involontaire.

Peter et Elliott le dragon

Les premiers échos sur la nouvelle production Disney, , sont plutôt franchement positifs avec une dimension magique absente ou au moins très rare ces dernières années, avec une émotion qui pourrait le rapprocher du Géant de Fer. Oh oh oh Géant Vert (pardon). Si le film est réussi, l’on pourra nommer Karl Urban, à l’affiche de ce film, sauveur officiel de l’été des grosses productions US en une seule journée ! Serons-nous amusés, outrés ou ennuyés par la comédie , promise (selon l’affiche française) comme étant un croisement entre Projet X et Babysitting, il y a pires références en effet. On a envie d’y croire avec le casting, notamment la délicieuse Aubrey Plaza de Parks & Recreations, pour ce qui ressemble à une version «modernisée» de Serial Noceurs.

Hors contrôle avec Adam DeVine, Aubrey Plaza, Anna Kendrick et Zac Efron
Hors contrôle avec Adam DeVine, Aubrey Plaza, Anna Kendrick et Zac Efron

D’autres grands moments de cinéma du côté des reprises avec un classique de John Huston avec un soldat et une nonne piégés sur une île et trois films récents qui ressortent en version numérisée : qui marqua le retour de Terrence Malick après vingt ans d’absence après la sortie des Moissons du ciel et qui s’est depuis bien rattrapé (voir intégrale aux Fauvettes en cliquant sur ce lien), le premier très gros succès de Pedro Almodóvar avec qui lui a permis de remporter le César du meilleur film étranger et enfin un grand moment du cinéma fantastique des années 80 : de John McTiernan avec Arnold Schwarzenegger, soutenu par ses Expendables à lui, contre un monstre d’envergure, l’un des plus marquants du cinéma contemporain avec l’alien de Ridley Scott.


Dernier train pour Busan de Sang-Ho Yeon (Corée, Action / Fantastique, 1h58, distribué sur 256 copies), avec Gong Yoo, Kim Soo-Ahn, Jung Yumi, Ma Dong-seok, Choi Woo-Shik, Ahn So-hee et Kim Eui-Sung

de Pavel Giroud (Cuba, Drame, 1h44, nombre de copies non communiqué), avec Yotuel Romero, Armando Miguel Gómez et Camila Arteche

Hors contrôle de Jake Szymanski (Etats-Unis, comédie, 1h39, distribué sur 196 copies), avec Zac Efron, Adam Devine, Anna Kendrick et Aubrey Plaza

– The Shallows de Jaume Collet-Serra (Etats-Unis, épouvante-horreur, 1h 27, nombre de copies non communiqué), avec Blake Lively et Brett Cullen

Moka de Frédéric Mermoud (France, film noir, 1h30, distribué sur 159 copies), avec Emmanuelle Devos, Nathalie Baye, David Clavel, Diane Rouxel, Olivier Chantreau, Jean-Philippe Écoffey et Samuel Labarthe

Peter et Elliott le dragon de David Lowery (Etats-Unis, aventures/fantastique, 1h43, distribué sur 505 copies), avec Oakes Fegley, Bryce Dallas Howard, Robert Redford, Oona Laurence, Wes Bentley et Karl Urban

Star Trek Sans limites de Justin Lin (Etats-Unis, science-fiction, 2h03, distribué sur 600 copies), avec Chris Pine, Zachary Quinto, Simon Pegg, Karl Urban, Sofia Boutella, Idris Elba, Anton Yelchin (notre hommage), Zoe Saldana, John Cho et Shohreh Aghdashloo

Toni Erdmann de Maren Ade (Allemagne, comédie dramatique, 2h42, nombre de copies non communiqué), avec Peter Simonischek, Sandra Hüller et Michael Wittenborn (critique pour) (critique contre)

Les reprises

(1957) de John Huston (Etats-Unis, drame, 1h 48, nombre de copies non communiqué) avec Robert Mitchum et Deborah Kerr

dieu seul le sait affiche

La Ligne rouge (1999) de Terrence Malick (Etats-Unis, drame / guerre, 2h50, distribué sur 10 copies), avec Sean Penn, Jim Caviezel, Nick Nolte, John Cusack, Ben Chaplin, Adrien Brody, George Clooney, Jared Leto, Tim Blake Nelson, Woody Harrelson, Elias Koteas, John Travolta, Thomas Jane, Miranda Otto, Nick Stahl, Dash Mihok, John C. Reilly, John Savage, Kirk Acevedo, Christopher Meloni et Donal Logue

Predator (1987) de John McTiernan (Etats-Unis, fantastique / action, 1h 47, nombre de copies non communiqué), avec Arnold Schwarzenegger, Carl Weathers, Elpidia Carrillo, Bill Duke, Jesse Ventura, Sonny Landham, Shane Black, Kevin Peter Hall alias le Predator et R.G. Armstrong

Talons Aiguilles (1992) de Pedro Almodóvar (Espagne, comédie dramatique, 1h 53, distribué sur 12 copies), avec Victoria Abril, Marisa Paredes, Féodor Atkine, Miguel Bosé, Javier Bardem et Bibi Andersen

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici