La Nuit du chasseur

1
2219
La Nuit du chasseur

La Nuit du chasseurLa Nuit du chasseur

USA : 1955
Titre original : The Night of the Hunter
Réalisateur : Charles Laughton, Robert Mitchum
Scénario : James Agee
Acteurs : Robert Mitchum, Billy Chapin, Shelley Winters, Lillian Gish
Distribution : Carlotta Films
Durée : 1h33
Genre : Drame
Date de sortie : 11 mai 1956

Globale : [rating:4,5][five-star-rating]

La Nuit du chasseur est un long-métrage en noir et blanc datant de 1955, réalisé par le géant Charles Laughton et Robert Mitchum. Ce dernier y tient également le rôle principal, aux cotés de Billy Chapin et Lillian Gish. Malgré des critiques élogieuses, le succès commercial ne fut pas au rendez-vous.

Synopsis : Un prêcheur inquiétant poursuit dans l’Amérique rurale deux enfants dont le père vient d’être condamné pour vol et meurtre. Avant son incarcération, le père leur avait confié dix milles dollars, dont ils doivent révéler l’existence à personne. Pourchassés sans pitié par ce pasteur psychopathe et abandonnés à eux-mêmes, les enfants se lancent sur les routes.

La Nuit du chasseur

Un film en noir et blanc très esthétique

En voilà un beau film des années 50 à ressortir des oubliettes. On en parle très peu et pourtant La Nuit du chasseur mérite qu’on y jette un œil, ne serait-ce que pour la beauté de ses images en noir et blanc.

Ici, la photographie et la mise en scène vont de paire, elles forment à chaque seconde une image superbe. On se rappelle notamment de la scène dans laquelle la barque qui transporte les enfants glisse lentement et en silence sur l’eau, avec au premier plan la toile tissée d’une araignée, semblable à un rideau de théâtre. Seul le chant de la petite sœur accompagne cette scène. L’esthétique du film passe également par des jeux de lumières et d’ombres, des détails qui font que ce long-métrage est tout simplement parfait en noir et blanc. Un brin fantastique, ce « conte » met sans cesse en scène de nombreuses dualités : le bien et le mal (sur chacune des mains du révérend sont inscrits les mots « love » et « hate »), l’enfant devenu adulte malgré lui, …

Des images qui dépeignent une intrigue difficile, une aventure pour ces deux enfants qui perdent leur père (un anti-héros pas si clean que ça), puis leur mère, et qui se retrouvent avec énormément d’argent à cacher et un beau-père terrifiant à leurs trousses.

La Nuit du chasseur

Une histoire originale interprétée par de bons acteurs

L’histoire ne serait pas aussi bien menée sans une pléiade d’acteurs de qualité. Trois d’entre eux se démarquent particulièrement du casting : la belle Lillian Gish (Rachel), célébrité du cinéma muet, qui tient le rôle de mère adoptive battante et aimante (on la verra dans plusieurs scènes avec un fusil à la main), Billy Chapin (John) en petit garçon courageux et sceptique. Personnage central, il est le double de Rachel : homme/femme, enfant/adulte mais partage le même caractère méfiant que celle-ci. Il est également l’opposé de son beau-père Harry (Robert Mitchum), un homme grand, manipulateur, cynique et vêtu de noir. Ce personnage physiquement et mentalement construit est sans doute le plus intéressant du film. Un « grand méchant loup » qui charme les femmes et fait peur aux enfants, mais surtout un homme qui abuse de son pouvoir religieux pour parvenir à ses fins.

Le reste du casting est bon, on a toutefois envie de secouer Willa (Shelley Winters), la mère des deux enfants, pour sa naïveté et l’abandon total de sa personne, une chose qui arrive trop rapidement dans l’histoire. Le personnage de Pearl (Sally Jane Bruce) la petite sœur nous offre également son quart d’heure de pénibilité.

Résumé :

Un excellent « vieux film » qui se situe entre le conte pour enfant (happy end), le fantastique et le drame. La Nuit du chasseur reste culte et continue à nous offrir une esthétique irréprochable.*

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=OluhKRjewnI[/youtube]

1 COMMENTAIRE

  1. Oh que ce film est culte !! ( ce tatouage « hate/love » sur les doigts … inoubliable!)
    Je crois que ce film me fera toujours autant flipper ( c’est la faute de Robbie Mitchum tout ça ! et de la petite chansonnette aussi…) mais il est tellement merveilleux que je ne peux pas m’empêcher de le regarder encore et encore !

    une belle critique pour un film exceptionnel ! merciiiiiiiiiii Vanessa !!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici