Festival de Gérardmer 2017 : jour 4, Under the Shadow, Prevenge, The Girl with all the Gifts, Le secret de la chambre noire

0
465

Cette quatrième journée de compétition est marquée par l’hommage à Kiyoshi Kurosawa, la diffusion de deux films en compétition : Under the Shadow et The Girl with all the Gifts et un film hors compétition sérieusement barré Prevenge.

Under the Shadow

Under the Shadow (en compétition) réalisé par Babak Anvari. Téhéran, 1988. Shideh, mariée et mère d’une petite fille, va débuter une école de de médecine. Son mari est appelé au front durant la Guerre entre l’Iran et l’Irak. Shideh se retrouve alors seule avec sa fille. Mais bien vite celle-ci commence à avoir un comportement troublant et semble malade. La mère se demande alors si sa fille n’est pas possédée par un esprit…

Un film d’horreur dont l’histoire se déroule en Iran et dans les années 80 c’est original et ça donne envie de découvrir l’oeuvre. Malheureusement Under the Shadow ne tient pas ses promesses. On assiste ici à un film au rythme lent, qui tient d’avantage du drame que du film de genre durant le première moitié de l’oeuvre. On attend et on s’ennui avant que le récit s’emballe et sombre timidement dans le fantastique. Ce qu’il faut retenir, Babak Anvari maitrise les jump scares parfaitement, pour la véritable peur, les effets spéciaux ou encore l’ambiance il faudra repasser, dommage.

Prevenge

Prevenge (hors compétition) d’Alice Lowe. Ruth est enceinte de sept mois et, comme de nombreuses futures mères pendant leur grossesse, elle croit pouvoir entendre la voix de son bébé qui s’adresse à elle. À la différence près que sa progéniture à elle l’encourage sur la voie de la folie meurtrière.

En voilà un film qui sort du lot. Prevenge est un délice de film du genre. Il fallait oser mettre en scène une serial killeuse en cloque et Alice Lowe a osé. La réalisatrice qui interprète également le personnage principal Ruth signe ici une petite pépite. Outre le sujet inédit, Prevenge réserve des meurtres originaux et surtout quelques scène déjà culte comme celle de la rencontre de Ruth avec le DJ miteux Dan. Une scène à l’image du film, drôle, surprenante et gore.

The Girl with all the Gifts

The Girl with all the Gifts (en compétition) réalisé par Colm McCarthy. Un petit groupe d’enfants, immunisés contre un virus qui risque de décimer l’humanité, est détenu dans un camp militaire. Bien qu’ils se nourrissent eux aussi de viande humaine, les enfants sont capables d’éprouver des sentiments. Ils sont essentiels à la recherche menée par docteur Caldwell, biologiste, pour trouver un vaccin capable de sauver l’espèce humaine.

On découvre ici l’adaptation non formelle du jeu vidéo The Last of Us. L’entame est mystérieuse dans ce camp militaire entouré d’enfants étranges, emprisonnés comme de dangereux criminels. Malheureusement une fois sorti de ce camp, on découvre un film d’infectés ultra classique qui n’apporte strictement rien de nouveau. Probablement le film le plus faible de la compétition…

Le secret de la chambre noire

Le secret de la chambre noire (hors compétition). Stéphane, ancien photographe de mode, vit seul avec sa fille qu’il retient auprès de lui dans leur propriété de banlieue. Chaque jour, elle devient son modèle pour de longues séances de pose devant l’objectif, toujours plus éprouvantes.

Difficile de comprendre comment Kiyoshi Kurosawa a fait pour rater complètement son dernier film. Mais il est certain que Le secret de la chambre noire n’est pas une réussite. La faute à un scénario bancal qui livre trop rapidement les clés de l’intrigue alors que tout l’intérêt du film réside dans cette intrigue. Le twist tombe donc totalement à l’eau et on passe la dernière heure de film à regarder sa montre.


Les autres articles du festival de Gérardmer 2017 :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici