Eyes Wide Shut

0
49

eyes_wide_shut

Grande-Bretgne : 1998
Titre original : Eyes Wide Shut
Réalisateur :
Scénario : Stanley Kubrick
Acteurs : , ,
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 2h 39min
Genre : Drame
Date de sortie : 15 septembre 1999

Globale : [rating:5][five-star-rating]

 Eyes Wide Shut est le dernier film de Stanley Kubrick. Son scénario est basé sur le roman d’Arthur Schnitzler, Traumnovelle sortit en 1926. William Harford et Alice Harford forment un couple aisé de New York. Lui est médecin elle est en recherche d’emploi. Après une soirée, Alice fait un aveux sentimentale, mélangeant jalousie et désir qui va bouleversé une certaine vision de l’amour de son mari. Le conduisant vers une virée dans la nuit en quête d’expérience et de libido. Au risque d’avoir des ennuis qui s’accumulent…

Synopsis : William Harford, médecin, mène une paisible existence familiale. Jusqu’au jour où sa femme, Alice, lui avoue avoir eut le désir de le tromper quelques mois auparavant…

shostakovich-jazz-suite-no-2-eyes-wide-shut-1342018480-view-0

Les techniques du Maître.

Dès la séquence d’ouverture, Stanley Kubrick y met le ton. Il nous installe dans l’intimité d’un couple qui semble ordinaire. On les observe entrain de se changer, de se préparer. Nous les suivons du regard, et les multiples plans-séquences sont assez présents pour que nous gardons les yeux grands ouverts.
Comme a son habitude, le maître aime les lieux symboliques jouant sur les contrastes. On passe d’une salle lumineuse festive où chaque invité est sur son 31 aux rues new-yorkaise sombre qui mène le héros vers un manoir obscur respectant plusieurs rites. L’esthétisme est remarquable, aussi bien pour l’utilisation des décors naturels que du New-York fabriqué et tourné en Angleterre. Le tout en utilisant les fondus enchaînés faisant naviguer le personnage principal William « Bill » Harford, joué par un Tom Cruise au sommet, dans ce qu’il ne connaît pas. On le suit dans son exploration et parfois même la mise en scène nous transporte à la première personne. Les plans rapprochés aux visages et les zooms accompagné d’une musique d’ambiance adéquate sont une vrai marque de fabrique pour Kubrick, très utile pour capter les émotions. Car dans Eyes Wide Shut il y en a beaucoup…

Un film interactif ?

On l’a dit, Kubrick cherche à nous faire ressentir ce que Bill ressent. Il réussit très bien à nous mettre dans cette situation. Après la dispute entre Bill et Alice, concerne un certain désire sexuel passé. Bill, qui jusqu’à présent semblait résister à la jalousie, encaisse mal cet aveux. Mais suite à un appel urgent , il se rend sur place et apprend la mort d’un de ses patients. Pourtant fiancée, la fille de ce dernier lui confie qu’elle est secrètement amoureuse de lui. C’est la première épreuve d’une aventure érotique regroupant plusieurs fantasmes masculins. Après le racolage d’une prostitué, les avances d’une fille simplette d’un propriétaire du magasin de costume et l’intrusion dans un manoir où les orgies masqué est un sport national. La quête du désire a cependant une limite. Malgré les conseils d’une libertine de quitter les lieux. Bill cède à la tentation et se fait repérer. Épargné gentiment grâce à cette libertine dont on ne connaît pas le châtiment.

eyes-wide-shut-1125473

Après une nuit, à la découverte du fantasme, on nous dirige vers une autre obsession. Une investigation sur les lieux et les personnages rencontrés va bouleverser Bill. Un retour à une réalité choquante, dangereuse et sans réponse, qui poussent même à regretter notre protagoniste son road trip nocturne. Cette exploration dans l’inconnu, nous laisse sans voix et tout comme Bill, on exige les réponses…
Ayant presque tout résolu, Alice découvre le masque qu’il portait au manoir. Après son explication, elle semble peu inquiète de leur futur et pour elle la seule chose à faire c’est « baiser ».

Résumé

 Si Kubrick a souvent utiliser la guerre dans ses sujets précédents, c’est bien l’amour qu’il remet en scène. Après avoir tourné l’adaptation de Lolita c’est sous d’autre forme, qu’il fait revivre la passion. Montrant un personnage prêt à tout lâcher pour céder à ses fantasmes y compris ceux qu’il ne peut maîtriser. Une belle réussite cinématographique que le réalisateur n’aura jamais pu connaître.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=sTo1gRqVuEU[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici