Comédie Critiques de films Drame Romance — 04 septembre 2019
Critique : Tu mérites un amour


France : 2019
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Hafsia Herzi
Interprètes : Hafsia Herzi, , ,
Distribution :
Durée : 1h39
Genre : Comédie, drame, romance
Date de sortie : 11 septembre  2019

2.5/5

C’est en 2007 que la carrière de comédienne de Hafsia Herzi a vraiment été lancée, grâce à La graine et le mulet, film dans lequel elle interprétait le rôle principal, choisie par son réalisateur, Abdellatif Kechiche, alors qu’elle n’avait pas encore 20 ans et une expérience très limitée devant la caméra.  Tout en continuant sa carrière de comédienne, Hafsia avait depuis longtemps une envie en tête : réaliser un long métrage. C’est avec un budget très limité qu’elle s’est lancée dans Tu mérites un amour, film retenu par La Semaine de la critique à Cannes 2019.

Synopsis : Suite à l’infidélité de Rémi, Lila qui l’aimait plus que tout vit difficilement la rupture. Un jour, il lui annonce qu’il part seul en Bolivie pour se retrouver face à lui-même et essayer de comprendre ses erreurs. Là-bas, il lui laisse entendre que leur histoire n’est pas finie… Entre discussions, réconforts et encouragement à la folie amoureuse, Lila s’égare…

Une jeune fille chamboulée

Il y a de quoi être chamboulée lorsqu’on découvre son amoureux à moitié dévêtu en compagnie d’une autre jeune femme. D’autant plus chamboulée lorsqu’on est très amoureuse, ce qui est le cas de Lila. Et pourtant son Rémi  est loin d’être sans défaut : non seulement il la trompe, mais en plus il se montre lâche et manipulateur. C’est ainsi que, ayant décidé de partir en Bolivie pour être seul et pouvoir ainsi réfléchir sur son comportement, il correspond avec d’autres jeunes filles tout en affirmant à Lila qu’il n’aime qu’elle. Lila, de son côté, va profiter de l’absence de Rémi pour faire un certain nombre de rencontres …

Un mélange d’ennui et de moments savoureux

Découverte par Abdellatif Kechiche et plus ou moins « façonnée » par lui en tant que comédienne, il était sans doute difficile à Hafsia Herzi d’échapper à l’influence de son mentor dès son premier long métrage. Soyons clair : cette influence n’est pas ce que l’on préfère dans ce film inégal ! Dans la succession de rencontres faites par Lila, règne un mélange d’ennui et de moments savoureux, le tout filmé au plus près des personnages. Des personnages que la réalisatrice a voulu très différents les uns des autres, allant du fou de cinéma qui saoule Lila de termes techniques au couple de libertins adepte du triolisme et qui, dans un restaurant, tient à le faire savoir, en passant par un apprenti photographe qui propose à Lila de poser pour lui car, dit-il, elle ressemble à Frida Khalo. C’est cette rencontre et cette supposée ressemblance qui sont à l’origine du titre du film, Tu mérites un amour étant le titre d’un poème écrit par la peintre mexicaine.

Deux prestations à retenir particulièrement

Dans une distribution tout aussi inégale que le film lui-même, on retiendra particulièrement deux prestations qui se détachent du lot. Tout d’abord celle de Djanis Bouzyani qui interprète le rôle d’Ali, un copain gay de Lila, grand tchatcheur devant l’éternel. Ensuite, la confirmation du talent de Anthony Bajon, qu’on avait apprécié dans La prière de Cédric Kahn et qui interprète ici, tout en retenue, le rôle de Charly, l’apprenti photographe.

Conclusion

Hafsia Herzi est une très bonne comédienne, sa première réalisation n’a rien de déshonorant, mais il lui reste encore pas mal de chemin à parcourir avant de devenir une très bonne réalisatrice. Le premier pas pourrait consister à se débarrasser de l’influence Kechiche.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles