http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Critique : Tomb Raider

États-Unis, 2018
Titre original : –
Réalisateur : Roar Uthaug
Scénario : Alastair Siddons, G. Robertson-Dworet
Acteurs : ,
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 1h58
Genre : Action,
Date de sortie : 14 mars 2018

Note : 2,5/5

En 1996, alors la 3D commence à pointer le bout de ses polygones dans les salons, les joueurs de Playstation découvrent cette pilleuse de tombes (ou exploratrice, c’est comme vous voulez) qui deviendra une des premières icônes « réalistes » du . Cinq ans plus tard, c’est sur grand écran que débarque l’héroïne de Tomb Raider, sous les traits d’Angelina Jolie, dans un film rapidement oublié – et oubliable, de même que sa suite. Rebelote de nos jours : alors que la franchise sur consoles connaît un reboot en 2013, nous voilà cinq ans plus tard, face à une adaptation qui se veut plus réaliste que les tribulations numériques de son prédécesseur. Alors que les adaptations de jeu-vidéo, quand elles arrivent à se monter, se succèdent sans réussir à être des films ne serait-ce que convenables, qu’en est-il de la nouvelle aventure de Lara Croft ? Sortez les arcs, aiguisez les flèches, et suivez le guide dans cette critique qui n’a pas l’ambition d’être une carte au trésor, et n’en évoque d’ailleurs aucun …

Synopsis : Lara Croft, 21 ans, n’a ni projet, ni ambition : fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père. Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d’innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir « Tomb Raider »…

Les adaptations de jeux-vidéo au cinéma posent souvent la question de leur pertinence, de leur bien-fondé, entre deux arts ont en commun de reposer sur une image en mouvement. Les cinématiques (parties non jouées) des jeux forment de véritables intermèdes filmiques, et les jeux entiers eux-mêmes ont parfois pour ambition d’être « cinématographiques », comme si cela leur permettait d’accéder à un statut plus noble. Mais là où l’un utilise le montage pour raconter une histoire, forçant le spectateur à épouser le point de vue du réalisateur, l’autre repose sur l’interactivité entre le joueur, qui n’est plus simple spectateur, et l’environnement qui lui est présenté. Dans ce cas, quel intérêt d’adapter sur un grand écran un jeu sorti il y a moins de cinq ans (Tomb Raider, de Crystal Dynamics, 2013) si c’est pour en rendre une copie quasi identique ?

D’un point de vue strictement cinématographique, difficile d’être en effet conquis par ce nouveau Tomb Raider. Niveau mise en scène, il faut se contenter du strict minimum : rien ne dépasse, rien ne surprend, et la photo tout aussi quelconque, de même que la musique. Idem au niveau du casting. Si Alicia Vikander, brillante dans Ex Machina, campe une Lara Croft plutôt convaincante, elle essaie surtout de se débrouiller et n’a pas d’occasion, ici, de briller. Tout du moins, on peut se réjouir qu’elle ne soit pas un simple objet, comme l’était la Lara Croft des années 2000, mais une véritable héroïne, assez crédible. Le reste du casting, lui, est loin d’être convaincant : mention spéciale à un Dominic West totalement perdu ici, duo mulet-barbe à l’appui … Quant aux scènes d’action, dégoulinant de doublures numériques trop visibles, elles sont strictement calquées sur les cinématiques du jeu. Cela accentue encore plus le côté vain de cette adaptation, qui possède tout de même quelques scènes regardables, ça et là, quand elles ne sont pas directement calquées sur … Indiana Jones.

Conclusion

Au final, Tomb Raider est donc une énième adaptation de jeu-vidéo qui n’existe que par sa franchise. Si ce n’est pas un bon film, il n’en reste pas non plus désagréable à regarder, par exemple en attendant d’installer le jeu de 2013 … Et alors qu’un film Uncharted, avec son héros cousin de cette Lara Croft, est officiellement en production, on espère qu’il ne sera pas une nouvelle adaptation de jeu vidéo soit ratée, comme nombre de la majorité, soit sans grand intérêt, comme ce Tomb Raider 

Articles semblables

Partage

Auteur

Nicolas Santal

Cet article a été rédigé par Nicolas Santal, rédacteur de Critique-film.fr