Critique : Sans filtre

0
2633
Charlbi Dean et Harris Dickinson @ Fredrik Wenzel – Plattform Produktion

Suède, France, Royaume-Uni, Allemagne : 2022
Titre original : Triangle of Sadness
Réalisation : Ruben Östlund
Scénario : Ruben Östlund
Acteurs : Harris Dickinson, Charlbi Dean, Woody Harrelson
Distributeur : Bac Films
Durée : 2h30
Genre : Drame, Comédie
Date de sortie : 28 septembre 2022

4/5

Après avoir obtenu la Palme d’Or en 2017 pour The Square, excellente critique du monde de l’art contemporain, Ruben Östlund s’attaque maintenant aux très grandes fortunes. Pour préparer cette œuvre, il a effectué des recherches sur le monde du yachting du luxe. Ainsi, une des erreurs à éviter en tant que gérant de yacht serait d’installer des baignoires dans toutes les cabines, puisque les clients demanderaient de les remplir de champagne ! La bêtise sans contrainte économique n’a pas de limites…

Harris Dickinson @ Fredrik Wenzel – Plattform Produktion

Yaya est influenceuse et mannequin. Parler d’argent n’est pas sexy, mais l’argent l’est. Avec son copain Karl, également mannequin, le beau couple se retrouve sur un yacht de luxe en compagnie de millionnaires. Le bateau coule et les millionnaires se retrouvent sur une île déserte. La seule personne qui connaît les techniques de survie est une femme de ménage. Les rapports de force vont s’inverser.


Alicia Eriksson et Sunnyi Melles @ Fredrik Wenzel – Plattform Produktion

Vanitas vanitatum, omnia vanitas

Dans le prologue, qui pourrait fonctionner indépendamment comme un court-métrage, un groupe de jeunes hommes passent une audition pour des campagnes de publicité dans lesquelles Östlund remarque très justement que la pauvreté se marie au sourire, et la richesse à la mauvaise humeur. Comme jamais avant, le cinéaste nous embarrasse par les actions de ces personnages au point que nous voulons nous-même disparaître sous terre en nous imaginant à leur place ! Sans Filtre est une satire acerbe de la société moderne. L’adaptation du titre en français – pertinente comme rarement – se réfère aux différents filtres utilisés pour enjoliver les images prises sur le vif avec des téléphones portables et aussitôt transmises sur les réseaux sociaux afin de promouvoir un style de vie réussi, opulent et sans l’ombre d’un problème. En bref, des images qui font rêver.

Zlatko Buric et Hanna Oldenburg @ Fredrik Wenzel – Plattform Produktion

Depuis le yacht d’Östlund, l’influenceuse Yaya, entourée par des millionnaires, promeut une certaine image du bonheur. Un seul et simple principe règne sur ce vaisseau : l’équipage dit « oui » à toutes les demandes des clients. Ainsi, une suédoise réclame au commandant qu’on nettoie les voiles, alors que le bateau n’en possède pas, et on l’assure bien sûr qu’on trouvera une solution. La femme d’un oligarque russe force une des hôtesses à plonger, tout habillée, dans le jacuzzi, avant d’entraver le fonctionnement du bateau entier : les membres du personnel cessent leurs activités respectives pour faire du toboggan et ainsi satisfaire sa nouvelle lubie. Östlund nous fait exploser d’un rire tenté du dégoût face à la démesure sans honte de gens qui ne savent rien faire.

Ces millionnaires ne sont guère remarquables. Ils s’ennuient profondément et sont déconnectés de la réalité. Ils étaient juste au bon moment et au bon endroit, comme le dit en parlant de lui-même l’oligarque russe, vendeur d’engrais, ou de merde, comme il préfère se présenter. Néanmoins, la réalité les attaque. Oh, ironie du destin lorsque le charmant couple âgé d’anglais saute sur leur propre grenade à main, le produit qui a fait leur fortune, le même qui aide à maintenir les démocraties partout dans le monde, comme ils l’exprimaient avec tant d’élégance. Ainsi coule l’Arche de Noé, sous le commandement du capitaine marxiste et alcoolique interprété par l’excellent Woody Harrelson.

Arvin Kananian et Woody Harrelson @ Fredrik Wenzel – Plattform Produktion

Sic transit gloria mundi

Tout est liquide chez Östlund. Il nous fait avancer à travers les vagues agréablement salées. Le champagne coule à flot et dans les deux sens, lorsque la Russe le boit et ensuite vomit, pendant le dîner du commandant. Les plats extravagants sont présentés un par un dans des plans qui pourraient faire la publicité des restaurants les plus luxueux.

Et comme suite naturelle d’un dîner somptueux, à la manière de La Grande Bouffe de Marco Ferreri, même l’excrément est rendu liquide. La fontaine de liquide brunâtre séduira même le cinéphile le plus exquis avec son clin d’œil à Shining de Stanley Kubrick. Le bateau coule et, comme des poissons échoués sur la terre ferme, les survivants se retrouvent affamés, bouche grande ouverte, sur une île déserte.

Nosce te ipsum

« Connais-toi toi-même », phrase attribuée communément à Socrate qui était inscrite au Temple d’Apollon, pourrait être la devise de la dernière partie du film. Tout l’or du monde n’a plus de valeur lorsque tu n’as rien à manger. Ruben Östlund critique la perversité de notre civilisation et exhibe l’inutilité de ces gens riches qui ne savent littéralement rien faire. La seule personne qui sait pêcher et faire du feu est une femme de ménage. Ainsi les rôles s’inversent et l’opprimé devient l’oppresseur. Une matriarchie s’installe, sous la gouvernance de cette femme de ménage devenue commandante. Les masques tombent et les vrais visages se montrent enfin, ne serait que pour un bref instant…

Les deux précédents films de Ruben Östlund, The Square et Force Majeure (Snow Therapy) sont disponibles sur la plateforme MUBI depuis le 25 septembre 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici