Critique : Marathon Man

0
473

marathon man afficheMarathon Man

Etats-Unis, 1976
Titre original : –
Réalisateur : John Schlesinger
Scénario : William Goldman, d’après son roman
Acteurs : Dustin Hoffman, Laurence Olivier, Roy Scheider
Distribution : Swashbuckler Films
Durée : 2h05
Genre : Thriller
Date de sortie : 22 décembre 1976

Note : 4/5

John Schlesinger avait réalisé Macadam Cowboy (oscars du meilleur film et du réalisateur), un des tout premiers films de Dustin Hoffman qu’il retrouve pour une histoire folle où un ancien nazi se rend en Amérique suite au meurtre de son frère.

Synopsis : Traumatisé par la chasse aux sorcières qui eut raison de son père dans les années 50, un étudiant new-yorkais solitaire et introverti oublie les blessures du passé dans les études et la course à pied. Quand il réussit à convaincre une jeune universitaire dont il est tombé amoureux de partager sa vie, leur idylle devient une longue et douloureuse descente aux enfers qui les verra croiser un frère aux mystérieux desseins, un tortionnaire nazi et le vent nauséabond de l’Histoire…

marathon-man 03

Une torture d’anthologie

La violence du personnage de Laurence Olivier, qui interprétera peu après un chasseur de nazi dans Ces garçons qui venaient du Brésil, s’illustre dans deux scènes d’anthologie, l’une où il est reconnu par une de ses victimes et une autre où il torture un Dustin Hoffman dépassé par des événements sur laquelle il n’a aucune maîtrise et qui remet en cause ses origines dont il n’a que faire, au moins au début. Un film qui s’inscrit dans la vague de films paranoïaques des années 70 avec une mise en scène stylisée et percutante et une belle photo de Conrad L. Hall qui accompagne le stress des protagonistes qu’ils soient positifs ou négatifs. Plus de trente ans après le tournage, le film n’a rien perdu de sa force grâce notamment au scénario improbable de William Goldman, l’un des grands auteurs du cinéma américain à qui l’on doit notamment Détective privé, Butch Cassidy et le Kid, Les Quatre malfrats, La Kermesse des aigles, Les Hommes du Président, Magic, Banco et son remake Joker, Princess Bride, Misery et Maverick. Un beau pedigree ! La richesse de l’ensemble des comédiens (Marthe Keller et Roy Scheider également ) participe encore plus à la force de ce film indémodable, tourné à l’époque où le thème des anciens nazis en fuite n’était sinon pas abordé, en tout cas pas de façon aussi frontale. A découvrir absolument, si cela n’a pas déjà été fait.

marathon-man 01

Conclusion

A ne pas manquer ce lundi 8 juin sur Arte à 20h50, Marathon Man qui reste près de quarante ans déjà après sa réalisation un aussi grand film porté par l’intensité de sa mise en scène et des acteurs portés par la même énergie démente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici