Critiques de films Drame — 07 mai 2019
Critique : Les météorites


France : 2018
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Romain Laguna, , ,
Interprètes : , ,
Distribution :
Durée : 1h25
Genre : drame
Date de sortie : 8 mai 2019

3/5

Né en 1986 près de Béziers, Romain Laguna a étudié le cinéma à la Fémis. Après 3 court-métrages, Les météorites est son premier long métrage, un film prometteur qu’il a tourné dans sa région d’origine.

Synopsis : Nina, 16 ans, rêve d’aventure. En attendant, elle passe l’été entre son village du sud de la France et le parc d’attractions où elle travaille. Juste avant de rencontrer Morad, Nina voit une météorite enflammer le ciel et s’écraser dans la montagne. Comme le présage d’une nouvelle vie.

Une jeune fille qui se cherche

Est-ce vraiment une météorite que Nina a vu s’écraser dans la montagne  ?  N’y a-t-il pas plutôt un biais dans son esprit l’orientant vers la vision d’un tel phénomène du fait qu’elle travaille dans le Parc des dinosaures de Meze, dans l’Hérault ? En tout cas, elle s’embrouille avec son copain Alex qui ne la croit pas, d’autant plus que rien n’est dit aux informations à ce sujet. Nina a 16 ans et, comme beaucoup de jeunes filles de son âge, elle se cherche. L’école ne lui plaisait pas du tout : elle a arrêté. Elle fait son travail sérieusement mais elle doit subir la loi de gamins insolents. Elle écoute du rap et fume un pétard de temps en temps. Et elle tombe sous le charme de Morad, 19 ans, le frère de sa collègue Djamila. Celle-ci prétend que Morad est marié, mais qu’importe !

Les tourments de la jeunesse

Même si le titre du film semble vouloir orienter le spectateur vers un autre domaine, Les météorites est avant tout un film sur les tourments, voire le désarroi d’une certaine jeunesse de notre pays, une jeunesse qui a du mal à se projeter dans l’avenir, qui se laisse facilement séduire par les thèses complotistes, une jeunesse dont la seule culture semble être le rap, malgré l’indigence des textes de ce qu’elle écoute. Alex va se diriger vers un travail au sein de l’armée, un collègue de Nina et de Djamila affirme que « Justin Bieber, Barack Obama, tous les politiques », sont des reptiliens venus des entrailles de la terre et qui ont pris une apparence humaine pour contrôler le monde.

Cette peinture de la jeunesse, Romain Laguna la brosse de façon légère, sans chercher à porter de jugement définitif, en donnant beaucoup d’importance aux sons. C’est pour resserrer le film au maximum sur ses jeunes personnages qu’il a choisi de tourner en format 4/3.  Les adultes ? Ils sont pratiquement absents du film : on ne voit la mère de Nina que lors de deux très brèves séquences, idem pour le père d’Alex entr’aperçu dans une scène se déroulant lors des vendanges. Quant à la mère de Morad et de Djamila, cette dernière lui parle au téléphone mais on ne la voit pas.

Une actrice prometteuse

Si Les météorites montre un certain nombre de qualités, mais aussi quelques défauts avec quelques scènes qu’on n’hésitera pas à qualifier de « scènes de remplissage », le film doit beaucoup à son actrice principale, celle qui interprète le rôle de Nina, Zéa Duprez, une lycéenne intéressée par le cirque, rencontrée par le réalisateur lors d’un concert de rap. Zéa Duprez fait don au film de sa fraîcheur, de sa justesse, de son énergie et on espère que ce premier rôle lui servira de marche-pied pour intégrer le monde du cinéma de façon pérenne.

Concernant Billal Agab (Morad), Oumaima Lyamouri (Djamila) et (Alex), rien à redire concernant la fraîcheur mais ils sont quand même loin de montrer la même énergie et, surtout, la même justesse de jeu que Zéa Duprez.

Conclusion

En tournant son premier long métrage avec des non professionnels et en format 4/3, Romain Laguna n’a pas fait le choix de la facilité. Par contre, ce choix de la modestie lui a permis de rendre une copie d’où se dégagent beaucoup de fraîcheur et de justesse dans la peinture d’une jeunesse pleine de doutes quant à son avenir. Cerise sur le gâteau : il nous permet la découverte d’une jeune actrice lumineuse qui, elle, ne devrait pas avoir de doute quant à son avenir dans le cinéma.

https://www.youtube.com/watch?v=neRJ9PHeFnY

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles