Critique : Hôtel Transylvanie 2

1
154

Hôtel Transylvanie 2 afficheHôtel Transylvanie 2

Etats-Unis, 2015
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : Adam Sandler, , , (vo)
Distribution : Sony Pictures Releasing France
Durée : 1h29
Genre : Animation, Fantastique, Comédie
Date de sortie : 7 octobre 2015

Note : 4/5

Le 7 octobre 2015, l’hôtel le plus gothique et loufoque nous ouvre à nouveau ses portes. Mais cette année, monstres et humains pourront passer et partager des moments inoubliables et vivre des aventures horriblement divertissantes et pleines d’humour. Alors n’attendez plus, réservez votre chambre direction la Transylvanie pour emprunter le corbillard qui vous conduira à l’hôtel…

Hôtel Transylvanie 2 01

Synopsis : Drac est devenu l’enthousiaste grand-père du petit Dennis, le fruit de l’union mixte de Mavis (la vampire) et Johnny (l’humain). Au fil du temps, Dennis se révèle être un adorable petit garçon d’une sensibilité trop humaine ce qui pousse Mavis à vouloir quitter le cocon familiale pour aller vivre en Californie. Par conséquent, Drac va profiter de l’absence de sa fille et de son gendre pour solliciter la collaboration de ses dévoués amis, Frank(estein), Murray (la momie), Wayne (le loup garou) et Griffin (l’homme invisible), pour aider Dennis à révéler sa véritable nature afin de perpétuer la lignée légendaire des Dracula et ce avant son cinquième anniversaire.

Hôtel Transylvanie 2 02

Deux mondes s’opposent

Le retour de Drac et de ses plus fidèles acolytes se fait en grande pompe ! Dès le prélude du film, le réalisateur Genndy Tartakovsky nous plonge immédiatement dans cette double atmosphère qui fait la force de cette saga. Grâce au jeu des couleurs, nous passons d’une ambiance purement gothique (l’obscurité verdoyante et brumeuse accompagnée d’une musique symphonique imposante et oppressante) au dynamisme de la vie pleine de couleurs flamboyantes (l’orange, le rose…). Cette opposition met en scène deux mondes mais aussi des cultures et des générations qui n’ont ni la même sensibilité ni les mêmes mœurs et qui devront apprendre à dépasser leurs différences pour construire leurs liens familiaux.

La cohabitation harmonieuse entre les humains et les monstres se fait au détriment de nos héros mythiques qui ne font plus peur et sont tournés en dérision puisqu’en s’humanisant ils ne savent plus être de véritables méchants. Néanmoins, cette aventure est un véritable clin d’œil à la littérature fantastique et au cinéma hollywoodien d’épouvante des années trente (comme la figure de l’arrière-grand-père symbolisant le Dracula mythique, buveur de sang et misanthrope). Mais également à la version de Francis Ford Coppola de 1992 lorsque Johnny endosse le déguisement du comte Vlad Tepes. L’épopée organisée par Drac pour tenter de réveiller le côté vampire de Dennis doit aussi permettre aux monstres de retrouver leur véritable personnalité.

Le récit est mené à un rythme soutenu et ne manque pas d’humour. Certains gags ou jeux de mots s’adressent plus particulièrement aux adultes (comme la scène lors de la soirée d’anniversaire où Johnny porte sa fameuse perruque blonde !..). Notons également la forte caractérisation des personnages, particulièrement de Drac et Mavis, qui ont parfois des expressions cartoonesques qui amplifient leurs émotions (spécifiquement au niveau des yeux).

Hôtel Transylvanie 2 03

Conclusion

Ce film d’animation a su se différencier du premier. Le réalisateur nous offre une histoire à part entière, pleine de vitalité, contenant différents niveaux de lectures pour s’adresser à tous et ainsi passer un excellent moment de pur divertissement.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici