Critique Express : Le serment de Pamfir

0
1129

Le serment de Pamfir

Ukraine : 2022
Titre original : –
Réalisation : Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk
Scénario : Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk
Interprètes : Oleksandr Yatsentyuk, Stanislav Potiak, Solomiya Kyrylova
Distribution : Condor Distribution
Durée : 1h42
Genre : Drame
Date de sortie : 2 novembre 2022

3/5

Synopsis : Dans une région rurale aux confins de l’Ukraine, Pamfir, véritable force de la nature, retrouve femme et enfant après de longs mois d’absence. Lorsque son fils se trouve mêlé à un incendie criminel, Pamfir se voit contraint de réparer le préjudice. Mais devant les sommes en jeu, il n’a d’autre choix que de renouer avec son passé trouble. Au risque de tout perdre.

Une région ukrainienne, avant l’agression russe

Situé au sud-ouest de l’Ukraine, la région de Tchernivtsi est frontalière avec la Roumanie, pays avec qui elle partage la chaîne montagneuse des Carpates. Dans cette région, le carnaval, appelé la Malanka, est, chaque année, un évènement important qui se prépare longtemps à l’avance. C’est peu de temps avant cette fête traditionnelle que Leonid revient au pays après un long séjour à l’étranger motivé par le besoin d’exercer un travail honnête et mieux payé, vu son absence de diplôme, que ce qu’on lui pouvait lui proposer sur place. Leonid, surnommé Pamfir, c’est un véritable colosse, mais c’est surtout un ancien contrebandier que Olena, son épouse, a réussi à convaincre de mettre un terme à cette activité. Ce retour fait la joie de Nazar, le fils de Leonid et de Olena, un grand adolescent que Leonid aimerait voir suivre un autre chemin que le sien, un chemin consistant à faire les études que lui n’a pas faites. Toutefois, cette joie est de courte durée, Nazar apprenant que son père n’est là que pour 15 jours et qu’il repartira avant même la Malanka. Pour le retenir plus longtemps, pour pouvoir vivre ce moment de fête avec lui, Nazar va commettre un acte qui va enclencher un engrenage mettant aux prises Pamfir avec la bande qui, depuis son départ et sous l’autorité de Mr Oreste, s’est octroyée le monopole de la contrebande locale. Mr Oreste, un garde-forestier qui n’accepte aucune concurrence !

Pour son premier long métrage, réalisé avant la tentative d’invasion de son pays par la Russie, le réalisateur ukrainien Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk n’a pas fait dans la demi-mesure : il a choisi, au contraire, de mélanger le drame shakespearien et la tragédie grecque avec les mythes ukrainiens, s’inspirant du cinéma d’Emir Kusturica et de plusieurs réalisateurs américains. Le résultat dégage un grande puissance mais s’avère parfois d’une lourdeur difficile à digérer. Il peut être intéressant de comparer Pamfir à deux films dont les thèmes présentent des similitudes avec lui et qui sont sortis à peu près en même temps que lui : le film roumain R.M.N. dont l’action se déroule en Roumanie, juste de l’autre côté de la frontière, et qui voit un homme revenir dans son village après un long séjour à l’étranger ; le film tunisien Harka  dans lequel un homme est contraint, pour des raisons économiques, de prendre le risque de pratiquer la contrebande d’essence. Ukraine, Roumanie, Tunisie, des pays où les habitants vivent pour beaucoup dans la précarité, au point, très souvent, de devoir, pour survivre, s’exiler ou accepter de prendre le risque de sortir de la légalité. Des trois, Pamfir n’est pas le plus sobre en matière de mise en scène mais il a pour utilité de donner un éclairage intéressant sur la vie, avant l’agression russe de ce début d’année, dans une région d’Ukraine dont on parle peu. Pamfir était présent au Festival de Cannes 2022, dans la sélection de la Quinzaine des réalisateurs.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici