Critique Express : Greenhouse

0
467

Greenhouse

Corée du Sud : 2022
Titre original : Binilhauseu
Réalisation : Sol-hui Lee
Scénario : Sol-hui Lee
Interprètes : Seo-Hyeong Kim, Jae-sung Yang, So-yo Ahn
Distribution : Art House
Durée : 1h40
Genre : Thriller
Date de sortie : 29 mai 2024

2.5/5

Synopsis : Aide-soignante à domicile, Moon-Jung s’occupe avec bienveillance d’un vieil homme aveugle et de sa femme. Mais quand un accident brutal les sépare, tout accuse Moon-Jung. Elle se retrouve à devoir prendre une décision intenable.

Pour son premier long métrage, c’est un film à l’atmosphère très lourde, très noire, que nous propose la jeune réalisatrice coréenne Sol-hui Lee. Le personnage principal, Moon-jung, est une aide-soignante à domicile qui prend soin d’un couple de personnes âgées, lui, Tae-kang, quasiment aveugle, elle, Hwa-ok, une femme paranoïaque persuadée que tout le monde, et tout particulièrement Moon-jung, cherche à la tuer. Si cette dernière fait preuve de beaucoup de dévouement dans son travail, sa préoccupation principale reste quand même Jung-woo, son fils, un jeune délinquant retenu dans un centre de rééducation pour mineur et dont elle espère qu’à sa sortie, il viendra habiter chez elle. Un espoir qui n’a rien d’évident dans la mesure où Moon-jung, divorcée, a des moyens financiers très limités et que son habitation est pour le moins sommaire : une serre au milieu des champs, recouverte d’une bâche noire. Pour compléter ce tableau déjà très noir, Choon-hwa, la mère de Moon-jung à laquelle celle-ci rend régulièrement visite, vit dans une résidence pour séniors et elle n’a plus toute sa tête. Dans ces conditions, il n’est pas franchement étonnant que Moon-jung soit en grande souffrance psychologique, ce qui la pousse à s’infliger régulièrement des violences physiques.  N’ayant pas les moyens de payer des séances auprès d’un psy, c’est dans un cercle de parole qu’elle cherche à trouver la solution à ses problèmes et c’est dans ce cercle de parole que Moon-jung va faire la connaissance de Soon-nam, une jeune femme manipulée et battue par celui qui l’héberge. Lorsque, dans le cadre de son travail auprès de Tae-kang et de Hwa-ok, survient un évènement particulièrement dramatique, la parade trouvée par Moon-jung est particulièrement étonnante.

Présenté comme étant un thriller, ce qu’il est, d’une certaine façon, de par cet évènement dramatique évoqué plus haut et par les évènements qui terminent le film, Greenhouse est surtout un film qui nous parle des liens familiaux, de la vieillesse, de la maladie dans un pays, la Corée, et la peinture qui en est faite est tout sauf rose, les membres de la société coréenne, à de rares exceptions près, semblant aveugles à la détresse subie par celles et ceux qui les entourent. Pour son premier long métrage, la trentenaire Sol-hui Lee s’est inspirée de ce qui se passait entre sa propre mère et sa grand-mère, la première s’occupant de la seconde qui était atteinte de démence. On retrouve chez Moon-jung ce que Sol-hui Lee avait pu observer chez sa mère : le fait qu’il est plus difficile de s’occuper de personnes qui vous sont très proches que de personnes sentimentalement éloignées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici