Critique : Eddie The Eagle

1
137

eddie the eagle affiche

Etats-Unis, 2016
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , , ,
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 1h45
Genre : Biopic, Comédie dramatique
Date de sortie : 4 mai 2016

4/5

1988, la ville de Calgary (Canada) est en pleine effervescence parce qu’elle se prépare à accueillir les quinzième Jeux Olympiques d’hiver. Des athlètes du monde entier débarquent pour partager leur passion et participer à l’évènement le plus emblématique du milieu sportif. Les entrainements sont lancés, les supporters sont gonflés à bloc pour encourager leurs équipes. En saut à ski, tous les concurrents rêvent de battre le record du monde et tenter de décrocher la médaille d’or. Le favori de l’épreuve, le finlandais Matti Nykaenen (Edvin Endre) a bien gagné l’épreuve mais la figure qui a marqué cette discipline est le britannique Michael Edwards surnommé « Eddie The Eagle » (Taron Egerton). Si le simple fait d’avoir été sélectionné était déjà une belle victoire pour ce dernier, c’est son incroyable aventure qui reste gravée dans la mémoire collective.

eddie the eagle Taron Egerton

Synopsis : Le jeune Eddie a un rêve : participer aux Jeux Olympiques d’hiver de 1988 dans la catégorie du saut à ski. Avec l’aide de l’ex-sauteur à ski, star de son époque l’américain Bronson Peary (Hugh Jackman), il met tout en œuvre pour atteindre son but et devenir le premier représentant de la fédération olympique britannique malgré les obstacles physiques et psychologiques qu’il va devoir surmonter…

eddie the eagle Hugh Jackman Taron Egerton

Les exploits d’un jeune homme comme les autres

Les exploits de ce britannique ont déchaîné les passions et l’engouement de l’Angleterre en 1988. Michael Edwards, un jeune garçon qui ne paie pas de mine, a l’intention de prouver qu’il peut non seulement participer aux Jeux Olympiques mais aussi battre le record de son propre pays (71 mètres) alors que sa fédération met tout en œuvre pour l’en dissuader. Ce biopic est une véritable surprise ! Divertissant, entraînant, nous participons à cette course olympique dans la joie et la bonne humeur avec une volonté de fer. Ce long métrage, le combat d’un homme auquel nous pouvons nous identifier, défend les valeurs sportives de Pierre de Coubertin lorsqu’il a déclaré : « Le plus important aux Jeux olympiques n’est pas de gagner mais de participer, car l’important dans la vie ce n’est point le triomphe mais le combat ; l’essentiel, ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu ».

L’un des points forts du film est d’utiliser les images d’archives des diffusions télévisuelles de l’événement qui a eu lieu 13 au 28 février 1988. Devant notre écran de cinéma, nous ne sommes plus de simples spectateurs mais des témoins et nous ressentons les mêmes sensations que les protagonistes lorsqu’ils revivaient leurs performances devant leur poste de télévision.

eddie the eagle Hugh Jackman Taron Egerton 2

Partager les sensations d’un sauteur à ski

Dexter Fletcher a travaillé avec beaucoup de soin les aspects techniques et esthétiques. Le réalisateur use de nombreux plans subjectifs pour nous mettre à la place d’Eddie et ainsi ressentir les mêmes sensations que lui lorsqu’il s’élance du tremplin de 90 mètres de haut dont la chute peut être fatale si la réception est mauvaise. Dans le même temps, les plans en amorce, nous permettent de rester en position de supporters pour l’encourager et l’accompagner durant son saut. Nous sommes réellement immergés dans ce film car non seulement nous suivons la compétition avec ferveur mais nous sommes poussés à encourager Eddie parce qu’il se donne à fond et qu’il mérite sa place au même titre que les grands leaders. Grâce aux ralentis de sauts, nous avons la possibilité d’admirer la posture de l’athlète et de comprendre à quel point le saut à ski est un sport aussi sublime que dangereux. D’un point de vue esthétique, les panoramiques des montagnes enneigées retranscrivent la beauté de cette nature sauvage. L’acteur principal, Taron Egerton, continue son ascension dans le monde du cinéma. Après avoir fait ses preuves dans  : Services Secrets, il est méconnaissable sous les traits de Michael Edwards. Il nous surprend d’une belle façon par son jeu et le duo qu’il forme avec Hugh Jackman (Bronson Peary) dans le rôle de l’entraîneur aussi atypique qu’attachant.

eddie the eagle Hugh Jackman Taron Egerton 3

 

Conclusion

Eddie The Eagle est la belle surprise de cette année à ne pas rater ! Ce film nous permet de faire le plein de bons sentiments, d’humour et d’adrénaline. Nous sommes époustouflés par le parcours de cet homme qui, malgré tous les obstacles, a toujours su garder son optimisme et fait preuve d’une ténacité à toutes épreuves pour réaliser son rêve de participer aux Jeux Olympiques d’hiver et de concourir dans sa discipline de prédilection : le saut à ski.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici