Critique : Amy d’Asif Kapadia

4
33

Film AMy 2015 Asaf

Etats-Unis, 2015
Titre original : Amy
Réalisateur :
Scénario : Asif Kapadia
Acteurs : , ,
Distribution : Mars Distribution
Durée : 2h07
Genre : Documentaire
Date de sortie : 8 juillet 2015

Note : 4,5/5

Présenté en séance de minuit au , Amy a rassemblé un large public composé de fans de l’artiste, mais également de curieux. Réalisé par Asif Kapadia a qui l’on doit également le documentaire très réussi, , on attendait beaucoup d’un film signé par le nouveau spécialiste du biopic et centré sur l’une des stars les plus incroyables de la décennie 2000.

Synopsis : Dotée d’un talent unique au sein de sa génération, Amy Winehouse a immédiatement capté l’attention du monde entier. Authentique artiste jazz, elle se servait de ses dons pour l’écriture et l’interprétation afin d’analyser ses propres failles. Cette combinaison de sincérité à l’état brut et de talent ont donné vie à certaines des chansons les plus populaires de notre époque. Mais l’attention permanente des médias et une vie personnelle compliquée associées à un succès planétaire et un mode de vie instable ont fait de la vie d’Amy Winehouse un château de cartes à l’équilibre précaire.Le grand public a célébré son immense succès tout en jugeant à la hâte ses faiblesses. Ce talent si salvateur pour elle a fini par être la cause même de sa chute. Avec les propres mots d’Amy Winehouse et des images inédites, Asif Kapadia nous raconte l’histoire de cette incroyable artiste, récompensée par six Grammy Awards.

amy movie 2015 natural Amy Winehouse

Une immersion bouleversante

Difficile en débutant la projection d’Amy de s’imaginer l’oeuvre bouleversante qui se dévoile sous nos yeux. En effet Amy est un documentaire totalement immersif. La quantité de sources présentées est impressionnante, on découvre réellement toute la vie de la méga star, de son adolescence à son décès. Le réalisateur Asif Kapadia nous a prévenu, le film est le premier documentaire consacré à une star des années 2000, la génération numérique. Avec la technologie actuelle, les sources d’images sont énormes, téléphones portables, caméscopes, appareils photos, caméras de surveillance, nos vies sont filmées à notre insu.

Le résultat est bluffant, dans Amy, le spectateur découvre des images de la vie de la chanteuse dès son enfance avec les vidéos classiques des caméscopes familiaux, mais également et ça devient bien plus intéressant durant son adolescence avec des documents intimes. Et ça va bien plus loin, c’est ainsi que l’on découvre images à l’appui son émancipation, plus impressionnant encore, des images de son premier casting, sa signature dans une major, ses flirts, ses moments privés de défonces, ses coups de gueules, ses moments de doutes ou encore l’écriture et le premier enregistrement de Back in Black en studio, incoyable !

150319070059-01-amy-winehouse-super-169

Une destinée morbide

La véritable force d’Amy est de tout montrer, de découvrir l’intimité de l’artiste en gardant le point de vue neutre propre aux bons documentaires. Le spectateur a le sentiment d’être un privilégié tant l’information est abondante. Ainsi on se forge sa propre opinion sur la destinée de l’artiste, qui disposait d’une personnalité hors-normes. Et il semble évident assez rapidement à la vision du film, que le destin d’Amy Winehouse se voulait morbide, le documentaire donne le sentiment que la star a accumulé trop de coups durs pour que la fin soit un happy end.

Enfance compliqué suite à l’abandon de son père, l’adolescente a un penchant naturel pour l’alcool. Complexée par son poids elle va très vite devenir boulimique. Sa rencontre avec Blake Fielder la fera plonger dans la drogue, sa relation avec l’homme sera destructrice, autant que le retour dans sa vie de son père. Ensuite c’est le star système qui l’a consumé à petit feu, les paparazzis autant que ses producteurs assoiffés de tournées lucratives. Difficile de sortir indemne avec un passif aussi lourd.

Mais le film ne se concentre pas uniquement sur la vie privée de l’artiste et ses démons, il montre également ce qu’est l’industrie musicale dans les années 2000. Les débuts dans des clubs undergrounds, la signature dans une major, ses moments d’écritures, ses victoires artistiques ou des rencontres avec ses idoles comme Tony Bennett. On ne peut nier qu’Amy Winehouse était une artiste immense et lorsque le documentaire dévoile des concerts ou enregistrements de morceaux et que la voix d’Amy sonne, on ne peut qu’être bouleversé par tant de talent.

Conclusion

Le documentaire d’Asif Kapadia est l’un des plus forts et dévastateurs que l’on ait pu voir sur les ravages de la célébrité. L’histoire d’une petite fille devenu une icône, calcinée par son passé, noyée dans son présent et au futur impossible.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=tE_OnxmqSc0[/youtube]

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici