Critique : 78/52, Les derniers secrets de Psychose – Festival de Gérardmer 2018

0
190

78/52, Les derniers secrets de Psychose

USA, 2017
Titre original : 78/52
Réalisateur : Alexandre O. Philippe
Scénario : Alexandre O. Philippe
Acteurs : Jamie Lee Curtis, Guillermo del Toro, Elijah Wood
Distribution : Luminor
Durée : 1h 31min
Genre : Documentaire
Date de sortie : Prochainement

Note : 4,5/5

Psychose, le chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock, reste une référence cinématographique absolue. Le réalisateur Alexandre O. Philippe propose une leçon de cinéma en décortiquant la scène culte du meurtre sous la douche dans son documentaire 78/52 Les derniers secrets de Psychose. 

Synopsis : En 78 plans et 52 coupes, la scène culte du meurtre sous la douche de Marion Crane (Janet Leigh) par Norman Bates (Anthony Perkins) dans Psychose , chef-d’œuvre de montage, est une scène légendaire qui a bouleversé à jamais les codes du cinéma mondial. Profanant avec délice le sanctuaire blanc de la salle de bains, le maître du suspense Alfred Hitchcocklibérait dans cette scène une libido et une agressivité refoulées sous le carcan victorien. Sentant l’époque changer, à l’aube d’une décennie 1960 marquée par les violences raciales et les émeutes, il envoyait aussi un message à une Amérique jugée trop candide : même sous la douche, on n’est plus en sécurité !  Après les très remarqués Doc of the Dead et The People vs George Lucas, le réalisateur Alexandre Philippe explore à nouveau les racines et le fondement d’une certaine cinéphilie : De Peter Bogdanovich à Guillermo del Toro, les cinéastes et analystes les plus prestigieux s’expriment devant la caméra du documentariste et décortiquent avec bonheur et plan par plan cette séquence célébrissime, mille fois citée et pastichée, qui a profondément modifié la réalisation et le montage des films.

Une atmosphère étouffante

Qui ne connaît pas cette scène magistrale du meurtre sous la douche (et sa musique mythique) ? La belle Marion Crane, incarnée par Janet Leigh, se retrouvait sauvagement attaquée par « la mère », personnalité secondaire de Norman Bates, portée par Anthony Perkins. La salle de pain, siège de la pureté et l’intimité, devenait le lieu de la sexualité (voyeurisme) et de l’agressivité, chamboulant à jamais les codes du cinéma international. Derrière cette séquence, Alfred Hitchcock délivrait un message à cette Amérique des années 60 trop naïve : « Personne n’est en sécurité, même dans la salle de bain, sous la douche ».

Un dénouement expéditif

Alexandre O. Philippe est connu pour ses documentaires décapants Doc of the Dead et The People vs George Lucas. En 2017, il livre avec 78/52 Les derniers secrets de Psychose, une exploration des racines cinématographiques. Avec Psychose  et cette scène culte, le cinéma a profondément changé. D’ailleurs, il a fallu 78 plans et 52 coupes pour parvenir à l’instant parfait (on comprend mieux le nom du documentaire). Alexandre O. Philippe donne la parole à Peter Bogdanovich, Jamie Lee Curtis, Bret Easton Ellis, Mick Garris, Neil Marshall, Elijah Wood mais aussi Guillermo Del Toro, Walter Murch ! Les réalisateurs, cinéastes et acteurs analysent et expliquent pourquoi cette scène a marqué à jamais l’Histoire du cinéma et leur histoire personnelle.

Conclusion

Une scène culte décortiquée dans tous les sens, une plongée dans les secrets du cinéma, la prise de conscience que quelques secondes à l’écran peuvent prendre des heures, des jours voir des semaines à être réalisé. Une petite pépite de documentaire à découvrir absolument.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici