Chicken Run

0
290
Chicken Run de Peter Lord et Nick Park

Chicken Run avec Mel Gibson, Julia Sawalha, Miranda RichardsonChicken Run

Angleterre, France, USA : 2000
Titre original : Chicken Run
Réalisateur : ,
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Pathé Distribution
Durée : 1h24
Genre : Animation
Date de sortie : 13 décembre 2000

Globale : [rating:5][five-star-rating]

Après nous avoir enchanté avec les (trois) Aventures de , revoici le studio Aardman pour son premier long-métrage d’animation !

Synopsis : En 1950, en Angleterre, la vie paisible du poulailler de la ferme Tweedy semble plaire à ses locataires. La nourriture est abondante et l’endroit est chaleureux. Mais la poule Ginger est loin de partager l’avis de ses consœurs : elle rêve de grand espace et de liberté. Chaque jour, elle essaie sans succès de s’évader de la basse-cour. Ses espoirs reprennent vie lorsqu’un coq libre et solitaire, Rocky, atterrit dans la basse-cour. Ginger voit alors en lui le sauveur de toutes les poules. S’il pouvait leur enseigner à voler, elles seraient capables de s’enfuir. Car elles n’ont pas le choix : M. Tweedy, le propriétaire de la ferme, a décidé de les passer à la casserole un jour ou l’autre…

Chicken Run de Peter Lord et Nick Park

Bien que distribué en France par Pathé, ce quatrième long-métrage produit par DreamWorks est un peu à part dans la filmographie de la firme américaine, cette dernière n’ayant au final que peu participé au film. Le mérite revient donc à ses créateurs, Nick Park et Peter Lord, plus connus comme étant les créateurs de Wallace et Gromit…

Par les créateurs de Wallace & Gromit

En 1996, le studio britannique Aardman Animations décide de pondre son tout premier long-métrage, lui qui n’avait alors que mis en scène des courts et moyen-métrages dont les plus connus étant basés sur les aventures de leurs personnages fétiches Wallace et Gromit. Épaulé par Pathé Productions, il va pourtant s’incliner face au studio américain DreamWorks qui, flairant le succès potentiel, s’impose comme co-producteur, distributeur partout dans le monde (excepté en Europe) et détenteur des droits de merchandising. D’accord, c’est pas joli-joli mais – fort heureusement – cela n’intervient absolument sur le long-métrage lui-même, ce dernier portant indéniablement la patte du studio anglais.

Chicken Run raconte les incroyables tentatives d’évasion d’une bande de poules qui, menées par la téméraire Ginger et le nouveau venu Rocky, un coq mythomane atterrit dans la basse-cour par la voie des airs, vont tout faire pour échapper à la mort certaine qui les attend dans le poulailler. Nous retrouvons donc immédiatement l’humour déjanté de Wallace et Gromit avec ces personnages délurés, ces inventions toujours plus ingénieuses (dont le style est emprunté à Wallace par ailleurs) et bien entendu cette animation rare qu’est le stop-motion, véritable atout majeur du studio. Continuant de travailler avec de la pâte à modeler, Nick Park et Peter Lord ne cesse donc pas de nous émerveiller grâce à leur magnifique animation, résultat d’un long et minutieux travail de trois ans.

Chicken Run de Peter Lord et Nick Park

Une débandade unique de volatiles attachants

Quand le tout numérique continue de plus en plus s’imposer dans le domaine, les deux réalisateurs-animateurs délaisse la mode aux gros studios pour se concentrer sur cet impressionnant boulot d’image par image d’une incroyable fluidité. Quant à cette histoire inédite, elle est pleine de rebondissements, d’humour et d’action, pour le plaisir des petits comme des grands ! Il faut dire que, outre le pitch sévèrement drôle, les personnages tous plus attachants les uns que les autres nous titillent les zygomatiques du début à la fin, que ce soit nos deux principaux héros Ginger la débrouillarde anglaise et Rocky le beau-parleur américain, les autres poules comme Babette la trouillarde tricoteuse, Mac Bec le cerveau de la bande et Bernadette l’éternelle cynique sans oublier le vieux Commandant Poulard ou encore Ric et Rac, deux rats businessmen aussi intéressés que malicieux.

Fortement inspiré de de John Sturges, Chicken Run regorge d’action et de gags monstrueux agrémenté de quelques passages tendres histoire de souffler un peu sans s’ennuyer, les deux réalisateurs prouvant qu’ils sont toujours maîtres de l’animation en stop-motion, que ce soit en court, moyen et désormais long-métrage.

P.S. : Si le doublage français était de qualité au cinéma (et en VHS), avec Valérie Lemercier, Gérard Depardieu, Josiane Balasko, et Claude Piéplu aux micros, on regrettera cependant les changements de voix inopportuns de la version DVD. Dommage de ce côté-là…

Résumé

Drôle, haletant, parfois touchant mais surtout terriblement déjantée, cette aventure en pâte en modeler ne peut laisser de marbre. À voir absolument si ce n’est pas déjà fait !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=l6XNTXkazdw[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici