Critiques de films Documentaire — 05 mars 2012
Bovines

Français : 2011
Titre original : Bovines
Réalisateur :
Scénario : Emmanuel Gras
Acteurs : Inconnus
Distribution : Happiness Distribution
Durée : 1h02
Genre : Documentaire
Date de sortie : 22 février 2012

Globale : [rating:4][five-star-rating]

Depuis quelques années, le documentaire animalier au cinéma s’est résumé à quelques pingouins et animaux amoureux. Bien loin d’Un jour sur terre ou plus récemment de Félins, Bovines est le premier long métrage du réalisateur Emmanuel Gras. Moins exotiques, mais plus proches de nous, ces vachettes nous dévoilent leur intimité de près dans les prés. 

Synopsis : Dans les champs, on les voit, étendues dans l’herbe ou broutant paisiblement. Grosses bêtes placides que l’on croit connaître parce que ce sont des animaux d’élevage. Lions, gorilles, ours ont toute notre attention, mais a-t-on jamais vraiment regardé des vaches ? S’est ont demandé ce qu’elles faisaient de leurs journées ? Que font-elles quand un orage passe ? Lorsque le soleil revient ? A quoi pensent-elles lorsqu’elles se tiennent immobiles, semblant contempler le vide ? Mais, au fait, pensent-elles ? Au rythme de l’animal, au milieu d’un troupeau, Bovines raconte la vie des vaches, la vraie.

Bovines photo du film documentaire

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les vaches sans jamais avoir osé le demander

Bovines ou quand un réalisateur filme des vaches pendant 1h05. Un sujet pas facile et ambitieux… En totale opposition au documentaire de type disneyen, où chaque geste de l’animal est souligné par une voix-off célèbre et une musique larmoyante, le réalisateur filme ces mammifères dans leur plus simple appareil. Des vaches qui broutent, ruminent, font leur besoin, donnent naissance… La vache est à la fois le sujet de base mais également l’unité narrative. Ainsi, il ne s’agit pas de montrer comment le fermier s’occupe de ses bêtes, si les abattoirs répondent aux normes européennes ou si Marguerite est copine avec la Noiraude, mais bien de nous faire redécouvrir ces ruminants. Ces animaux si familiers, que l’on retrouve aux quatre coins des champs, mais qu’on prend si peu le temps de regarder. Bovines nous ouvre les yeux. La présence humaine est plus que rare et apparait toujours de manière intrusive, en position d’ennemi.

Bovines photo du film documentaire

Rien n’est dit, mais tout y est. Emmanuel Gras n’a pas besoin de poser quelques mots explicatifs, les images parlent d’elles-mêmes. Et c’est en cela que le réalisateur fait du grand cinéma, ses images donnent sens, rappelant un peu le temps du muet. Ses outils narratifs sont centrés sur le cadrage et le son, articulés autour d’un montage efficace. Le discours se construit au fil des plans, se créant de la nature, de ses bruits et de ses protagonistes. La caméra cadre ses actrices pour les sublimer, les dissimulant dans une brume opaque ou suivant leur circuit de broutage sur fond vert, rappelant des figures de jeux vidéo. Le cadre est réfléchi et intelligent, mais il faut quand même aimer un tant soit peu les vaches pour regarder ces bêtes !

Résumé

Emmanuel Gras a été vachement inspiré, donnant à son animal ultra commun, à l’apparence stupide, une aura sensible et communautaire. Vous ne regarderez plus votre steak de la même manière!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=GFWqrDSDIqY[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Laurie

Cet article a été rédigé par Laurie Villenave, Rédactrice de Critique Film.