Andrew Stanton revient sur la déconvenue John Carter

0
53

Andrew Stanton revient sur le flop de John Carter

Le réalisateur de regarde avec du recul son travail sur le flop John Carter et évoque la réception du tentpole. Sans langue de bois.

 

D’une manière injuste, a été intimement lié au désastre de John Carter. Un flop d’abord commercial, vu aujourd’hui comme le plus important de l’histoire du cinéma. La déconvenue a coûté 200 millions à et le patron a dû démissionner. En bout de course, John Carter n’amasse qu’un petit 74 millions de dollars aux États-Unis, trois fois moins que le budget initial, promotion exclue. Alors, on a cherché des explications à ce flop retentissant, sachant que John Carter est loin d’être un nanar de première. La longueur du film, le scénario un poil trop kitsch, la performance désastreuse de son acteur principal, le manque d’expérience d’Andrew Stanton dont il s’agissait du premier au live-action pour cet enfant de la maison . Ce sont surtout les méthodes de la production qui ont dérangé. Comme Stanton l’explique si bien au LA Times, il est issu d’une maison où tout réécrit et repensé pour atteindre la perfection, tout du moins pensent-ils. Andrew Stanton (les succès du Monde de Némo ou de Wall-E sont à mettre à son actif, ne l’oublions pas) a voulu insuffler cet esprit dans John Carter. Le problème est que la production y a vu l’incapacité du réalisateur à trouver le bon feeling et les qualités nécessaires pour tenir une si grosse entreprise. « Il y avait comme un air de voué à l’échec », accorde Andrew Stanton.

 

Et si Stanton n’a pas travaillé dans des conditions idéales, la campagne marketing qui commence alors que le film se tourne encore, n’aide pas. En effet, Stanton a débuté le tournage d’un film intitulé John Carter of Mars. Il est assez évident pour le public que c’est une adaptation sans aucun doute possible du classique de Burroughs. Sauf que Disney a décidé d’enlever le « of Mars » pensant viser un public plus large. S’en suit une confusion et de nombreuses interrogations sur l’absence du titre d’origine. Stanton a donc dû surfer sur cette confusion, mais la vague n’était pas bonne.

 

A l’heure actuelle, Andrew Stanton planche sur la suite du Monde de Némo, et c’est presque un fardeau pour lui. L’explication réside dans les retombées de John Carter alors que Stanton avait déjà commencé à écrire la suite et rêvait d’une saga épique. « Je vais sûrement être traité par de nombreuses personnes sarcastiques, mais Le Monde de Némo est en réaction au mauvais timing de John Carter, et non à sa suffisance », avoue-t-il. Stanton ne ferme donc pas la porte à l’éventuelle saga mais pose quelques conditions comme une liberté créative plus importante et un calendrier moins restrictif.

 

John Carter, Rich Ross, Disney, Andrew Stanton, Le Monde de Némo, Pixar,

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici