À voir sur Amazon Prime Video : Vigilante chronicles

0
921


États-Unis : 2016
Titre original :
Réalisation :
Scénario : , Christian Sesma
Acteurs : Paul Sloan, ,
Distributeur : Amazon Prime Vidéo
Durée : 1h27
Genre : Action
Date de sortie : 3 juillet 2019

Note : 3/5

Le Justicier et le Kid, deux anciens membres des forces spéciales, mettent leur talent au service de la lutte contre le crime. Au cours d’une mission, le Justicier abat un malfaiteur qui avait des liens avec la mafia arménienne. C’est le début d’une sanglante guerre des gangs…

36 bonnes raisons de voir Vigilante chronicles

On sait ce que vous êtes en train de vous dire : « Pourquoi diable me parle-t-on ici de ce Vigilante chronicles, qui m’a foutrement l’air une série Z d’action dont personne n’a jamais entendu parler ? » Pour être tout à fait honnête, on a plusieurs bonnes raisons pour évoquer aujourd’hui ce petit film. Celles-ci ne sont pas uniquement liées au fait que cette période post-confinement a généralisé le télétravail chez les éditeurs vidéo et dans les boites de communication. Par conséquent, les Blu-ray / DVD que nous avons reçu ces derniers jours afin d’en rédiger des tests se comptent sur les doigts d’une main. Entre deux tests vidéo, on a donc pris le parti de traiter ici des films sortis uniquement en digital (VOD, SVOD, Streaming), sans sortie « physique ». Par souci d’équité, on se doit néanmoins d’évoquer non seulement les sorties du géant Neflix, mais également les films distribués uniquement via d’autres services de SVOD, tels que Disney +, OCS, MUBI, le Vidéo-club Carlotta Films, Amazon Prime Vidéo ou encore Canal+ Séries. Vigilante chronicles est donc quant à lui uniquement disponible sur Amazon Prime Vidéo.

Mais l’égalité de traitement entre les différents services de SVOD n’est bien sûr pas la seule raison de nous être penchés sur Vigilante chronicles. On a découvert le film lors de la préparation de notre critique de Jay et Bob contre-attaquent… encore, alors que nous nous penchions sur la filmographie du phénomène Jason Mewes, complice de toujours de Kevin Smith et interprète du personnage très haut en couleurs de Jay. On était franchement curieux de le découvrir dans d’autres univers que celui de Smith, et pour cela… Hé bien, il faut s’armer de courage et se lancer dans l’exploration des bas-fonds les plus interlopes de la série Z américaine. L’auteur de ces lignes étant plutôt amateur de Bis et de cinéma d’action, l’idée de découvrir Jason Mewes au cœur d’un film où il côtoyait à l’écran Quinton ‘Rampage’ Jackson (Barracuda dans L’agence tous risques 2010), et surtout l’excellent ne pouvait que nous réjouir à l’avance. Ajoutons à cela une affiche délicieusement racoleuse, sur laquelle tout un wild bunch de gueules cassées brandit leurs gros guns bien saillants vers le ciel – ce qui accentue naturellement leur nature évidente de bons vieux substituts phalliques.

Voila donc tout un tas de bonnes raisons pour découvrir Vigilante chronicles au plus vite, et ce même si le film est disponible sur Amazon depuis juillet 2019. Et puisqu’on en est à évoquer nos raisons de voir le film, on aimerait à notre tour obtenir une réponse du distributeur du film en France, Free Dolphin Entertainment. Quelles peuvent donc être les raisons ayant poussé les têtes pensantes de chez Free Dolphin à changer le titre original du film, Vigilante diaries, en Vigilante chronicles ? C’est pour nous un véritable mystère.

36 bonnes raisons d’aller jusqu’au bout

Si le nom de Christian Sesma est probablement inconnu de la plupart d’entre vous, les amateurs de DTV d’action savent en revanche qu’il s’agit d’une des valeurs montantes de la série B. Sesma est en effet un artisan honnête, travaillant avec des budgets faméliques, mais s’avérant le plus souvent capable de faire de l’or avec les moyens de merde qu’on lui alloue. À l’image de William Kaufman (Shoot the killer, The marine 4, Jarhead 3…) ou de Roel Reiné (Death Race : Inferno, Chasse à l’homme 2…), il fait partie de ces artisans capables de transcender leur petit budget en termes de tenue et de production design. L’idée est réellement d’en donner au spectateur pour bien plus que son argent, comme ont déjà pu le prouver les films de Christian Sesma que l’on a pu voir en France jusqu’ici.

La balade de Crazy Joe (2010), tout autant que Mad dog ou Blackwater (tous deux tournés en 2015, tous deux avec Luke Goss) n’étaient certes pas de très bons films, mais ils sont la preuve que Sesma était pleinement capable de dépasser les attentes que l’on plaçait dans ses projets. Les mauvaises langues diront que cela n’était pas difficile puisque nos attentes en l’occurrence étaient absolument nulles, mais le fait est que le nom de Christian Sesma a su trouver sa place dans nos mémoires dans la colonne des cinéastes à suivre, en attendant que l’alliance du bon sujet et du bon budget leur permette de se dépasser réellement et de créer « LA » petite bombe de leur carrière (comme Avi Nesher avec Timebomb ou Joseph Merhi avec Rage).

On n’en est certes pas encore là avec Vigilante chronicles. Néanmoins, on ne pourra que s’incliner devant la photographie du film, le Cinemascope épatant ainsi que devant les compositions de plans que nous propose ici Sesma, qui en font à coup sûr l’un de ses films les plus habiles à ce jour. L’un de ses films les plus ambitieux également, avec une intrigue se déplaçant dans plusieurs pays du globe (Arménie, Royaume-Uni, États-Unis). Sorti en 2016, Vigilante chronicles est en réalité la suite d’une web-série de 2013, malheureusement interrompue au bout de sept épisodes. Écrite par Paul Sloan et déjà réalisée par Christian Sesma, la série mettait également en scène Paul Sloan et dans la peau du « Justicier » et du « Kid ». Jason Mewes était déjà de la partie à l’époque, et tous ont répondu présent pour redonner corps au bébé de Paul Sloan, acteur peu connu mais qui assure une présence à l’écran bien réelle. Son charisme et sa stature en imposent réellement, même quand il se retrouve face à des mastards confirmés du cinéma d’action comme Michael Jai White.

36 bonnes raisons de ne pas s’emballer non plus

Si bien sûr Vigilante chronicles parvient à se démarquer du tout venant du DTV d’action tourné en Roumanie pour la moitié du budget « placement de produit » sur n’importe quelle production Disney, c’est parce qu’il propose quelque chose d’un peu différent, même si la narration tend un peu à ressembler à une suite de sketches un peu décousue, avec notamment une poignée de personnages en trop. Durant la première partie, le gros de l’intrigue est assez incompréhensible, mais les acteurs sont sympathiques, dans le genre gueules cassées caractérisés à partir d’un élément de leur personnalité. Dans l’ensemble, le cast s’avère convaincant, sauf dans le cas de Michael Madsen, qui en fait des caisses et balance ses monologues comme si c’était du Tarantino (hum). James Russo fait une courte apparition remarquée, de même que qui reprend le rôle de « Crazy Joe » qu’il tenait déjà dans La balade de Crazy Joe. Dans le rôle du méchant arménien (qui ne sera d’ailleurs pas le bad guy du film dans sa totalité), Arman Nshanian en fait également beaucoup, mais ça passe plutôt bien vu la personnalité très très méchante du personnage. Chavo Guerrero Jr, catcheur des années 2000, fait également une apparition. Du côté des actrices, on notera surtout l’affrontement entre Levy Tran et Mary Christina Brown à la fin du métrage, un des plus sympathiques combats mano a mano du film d’ailleurs.

Car paradoxalement, malgré sa photo très réussie et impressionnante, c’est du côté des scènes d’action que le film perd des points. Mal conçues, mal découpées, donnant parfois l’impression d’être exécutées au ralenti (le combat à Glasgow, la course-poursuite en voiture finale), les scènes d’action desservent clairement le film, alors qu’au contraire, Sesma et son équipe auraient du tout miser sur celles-ci. Il aurait suffi d’une bonne équipe de cascadeurs et d’un coordinateur de combats efficace pour porter le film à un niveau supérieur. C’est très fâcheux. C’est d’autant plus fâcheux que le film développe vraiment quelques idées et scènes assez singulières, comme celle de l’enterrement en Arménie, ou la scène du concert, qui dégage une atmosphère étrangement mélancolique. On notera également quelques clins d’yeux et références verbales et/ou visuelles à des classiques du cinéma populaire tels que Robocop, Predator, Indiana Jones ou La guerre des étoiles. On ignore si ces dernières ont été soufflées à Paul Sloan et Christian Sesma par Jason Mewes, grand geek devant l’éternel.

On n’a peut-être pas réellement dénombré 36 raisons de voir et d’apprécier – avec bienveillance – cette sympathique série Z d’action qu’est Vigilante chronicles. Il est même bien possible pour que les différentes raisons énumérées ici ne soient pas de « bonnes » raisons de voir le film de Christian Sesma. Cela dit, ce ne sont pas non plus de bonnes raisons pour ne pas le voir. Laissez donc se réveiller l’amateur de Zéderie qui sommeille en vous… En cette période de déconfinement, cela paraît même le film idéal afin d’organiser une petite soirée pizzas avec des amis… Dans le respect des gestes-barrière bien sûr !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici