53e Festival de Télévision de Monte-Carlo – 2e jour : Anastasia Griffith – Copper

Qu’elle soit urgentiste, princesse de conte de fées ou jeune femme de la haute société, a toujours su choisir ses rôles. L’actrice anglaise nous confie, autour d’une table ronde où elle a charmé son audience, ses impressions sur son personnage dans , son obsession pour les séries dramatiques et l’unique privilège d’avoir pu gifler… !

Elisabeth est un personnage à plusieurs facettes, pouvez-vous nous en dire plus sur elle ?

Nous venons juste de terminer de tourner la saison 2 et on découvre beaucoup de choses sur Elisabeth. J’en suis ravie car dans la 1re saison, j’ai souvent eu la sensation qu’on restait à la superficie du personnage. Elle vit avec beaucoup de contraintes. À l’époque en Angleterre, il y avait énormément d’attentes envers les femmes et en arrivant aux États-Unis, le Nouveau Monde, elle pensait que sa vie serait différente alors que la cinquième avenue est identique au Londres qu’elle a quitté. Aussi elle essaie par tous les moyens de se sortir de cette cage dorée, non pas par conviction féministe mais par pur désir d’indépendance. Et pour arriver à ses fins, elle n’hésite pas à manipuler et à manigancer. Mais il est important de ne pas la juger pour ça car l’époque était très différente. Dans la saison 2, on arrive à avoir un peu d’empathie pour elle : on découvre ses peurs et les vraies raisons de son comportement.

Copper cast

Kevin va-t-il découvrir l’implication d’Elisabeth dans l’incendie du final de la 1re saison ?

Non, il ne va pas le découvrir lui-même mais la vérité finit par éclater. Ces scènes sont assez difficiles à tourner pour moi car je dois trouver un moyen de comprendre Elisabeth et ce n’est pas toujours facile. J’espère que le public me suivra. La 1re saison était dangereuse en ce sens qu’Elisabeth était présentée comme la méchante. Alors qu’à l’époque les femmes issues de la bourgeoisie était très facilement jugées. Il y avait beaucoup de noirceur dans la cinquième avenue. Paradoxalement Five points était un quartier pauvre mais où la vie était plus simple, plus légère.

Depuis , on vous a vu dans beaucoup de séries. Avez-vous ressenti un changement dans votre carrière suite à ce rôle ?

OUI ! Je n’étais pas arrivée depuis 3 semaines aux États-Unis que j’ai décroché le rôle dans Damages. Cela a été étrange et très rapide parce-que j’avais un agent là-bas mais je ne m’étais jamais réellement concentrée sur une carrière américaine. Damages est l’une des meilleures séries diffusées depuis ces dix dernières années et me retrouver au générique a été exceptionnel. À l’époque je ne réalisais pas ma chance mais rétrospectivement le respect que m’a conféré ce rôle m’a été d’une grande aide.

Anastasia griffith OUATQuand vous avez accepté le rôle de Kathryn dans , saviez-vous que vous alliez être un obstacle pour un couple aussi légendaire que Blanche-Neige et le ?

C’est une bonne question (rires). Non pas du tout mais très rapidement j’ai réalisé que j’allais être dans un triangle amoureux avec Blanche-Neige et le Prince Charmant et que ça n’allait pas forcément tourner en ma faveur ! Mais c’était très drôle. Et puis je peux dire que j’ai giflé Blanche-Neige et ce n’est pas donné à tout le monde !

Quelle a été la réaction des fans ?

Plutôt bonne parce-que le personnage était bien écrit. Elle a globalement géré la situation de manière plutôt gracieuse même si au début son pendant féerique agissait comme une garce. Mais rapidement on comprend pourquoi et on finit par avoir de l’empathie pour elle. Quant à son personnage dans Storybrooke, au début elle ne sait pas vraiment où elle va. Mais la générosité dont elle a fait preuve a conquis le public qui a finalement voulu qu’elle aussi ait son happy ending. Ce qu’elle a eu, plus ou moins.

Va-t-on retrouver votre personnage dans la saison 3 ?

Je ne sais pas, on ne m’a pas contactée encore. J’adorerai mais il faut voir si le planning colle avec celui de Copper.

Vous êtes née à Paris d’une mère irlandaise et d’un père américain, vous avez été élevée à Londres, comment cette diversité culturelle vous influence t-elle ?Anastasia griffith

C’est intéressant parce-que je n’y ai jamais vraiment pensé jusqu’à ce que la question de l’accent commence à se poser. J’ai de plus en plus l’accent américain, ce qui a le don d’énerver ma famille restée au Royaume-Uni. Mon frère () est aussi acteur et n’a jamais perdu son accent anglais. Mais moi je ne me suis jamais sentie obligée de m’attacher à une quelconque nationalité en particulier. J’adorerai jouer dans des productions européennes. Je sais que la barrière de la langue peut poser problème mais je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas monter un projet européen multilingue que l’on vendrait aux américains et qui serait une sorte de contrepoint à ce qu’ils proposent.

Quelles sont les séries télé que vous regardez ?

J’adore ! Sinon je regarde aussi et , que j’ai découvert récemment. Je suis vraiment attiré par les séries dramatiques plutôt bien faites. Je suis complètement obsédée par Downton Abbey. Pour les fêtes de fin d’année, je suis retournée dans ma famille que je n’avais pas vue depuis longtemps et pendant trois jours je suis restée enfermée à rattraper mon retard pour être fin prête pour la diffusion de l’épisode de Noël. Qui m’a déçue d’ailleurs. Je l’ai trouvé facile et la fin était tellement évidente !

Découvrez la bande annonce de la 1re saison de Copper :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kLC28IGCAPI[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.