(500) jours ensemble

0
420
photo de (500) jours ensemble avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel

L'affiche de (500) jours ensemble avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel(500) jours ensemble

USA : 2009
Titre original : (500) days of Summer
Réalisateur : Marc Webb
Scénario : Scott Neustadter et Michael H. Weber
Acteurs : Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel, Geoffrey Arend
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 1h35
Genre : Comédie romantique
Date de sortie : 30 septembre 2009

Globale : [rating:3.5][five-star-rating]

(500) jours ensemble est le premier film de Marc Webb, essentiellement connu pour avoir réalisé de nombreux clips vidéos. En effet, Marc Webb n’a réalisé que trois films parmi lesquels figure The Amazing Spider-Man dont la sortie est prévu pour 2012. (500) jours ensemble nous plonge dans une danse romantique et hésitante où chacun est confronté à la vision de l’amour de l’autre.

Synopsis : Tom Hansen est un jeune homme romantique qui croit encore en l’amour et au coup de foudre unique. Alors qu’il travaille comme rédacteur de carte de voeux, une activité qu’il pratique malgré lui, il fait la connaissance de Summer, la nouvelle assistante de son patron, une jolie jeune fille débordant de joie de vivre. Persuadé d’un coup du destin, il se met en tête de la conquérir. Le seul ennui ; Summer ne partage pas du tout l’avis de Tom au sujet de l’amour et refuse d’appartenir à quiconque et de perdre son indépendance. Malgré des avis différents, Tom et Summer finissent par se rapprocher. Mais tandis qu’il se voit déjà passer sa vie à ses côtés, elle, préfère une relation superficielle par crainte de s’engager.

 photo de (500) jours ensemble avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel

Un film ordinaire mais pas que !

La voix-off nous aura prévenu ; (500) jours ensemble ne raconte pas une histoire d’amour, mais d’une rencontre entre un garçon et une fille. Conscients de cet avertissement, nous suivons, dans le désordre, les 500 jours qui ont suivis la rencontre de Tom et Summer, de leur premiers regards au début de leur idylle en passant par des moments de doute. Une histoire pour le moins ordinaire à quelques exceptions près, qui feront la différence.

L’idée de raconter l’histoire dans le désordre est bien trouvée et réalisée avec intelligence, comme si les jours étaient contés tels des souvenirs qui réapparaissent au fur et à mesure dans notre mémoire. Passant des moments de tendresse entre les deux personnages à l’avenir incertain qui semble les guetter, le film joue avec nos émotions et nous brouille le cerveau peu à peu. En effet, plus l’histoire avance et plus on se pose de questions sur le futur ambigu de nos deux héros, ce qui ne manquera pas d’attiser notre curiosité.

Néanmoins, le fait que tout soit raconté dans le désordre est tellement répété que l’on finit par s’emmêler les pinceaux et on a finalement du mal à faire le lien entre certains évènements ; par exemple, après les avoir vu sortir ensemble au musée, au parc, Tom se retrouve dans le bureau de son directeur, mécontent de son travail, lui demandant si ses résultats médiocres au travail sont liés au départ de l’entreprise de Summer. Or, à aucun moment Summer n’annonce qu’elle quitte New Hampshire Greetings. Il en va de même lorsque l’on apprend que Summer va se marier. D’ailleurs, l’une des grandes questions reste de savoir avec qui elle s’est marié. Tous ces petits détails donnent au final un certain nombre de longueurs. Des moments de complicité, certes, mais dont le sens est souvent difficile à cerner et rendent de nombreux passages ennuyeux.

Cependant, il y a aussi quelques surprises, notamment au niveau du montage. On retrouve à deux reprises des séquences filmées en noir et blanc ; la description du passé presque merveilleux de Summer ainsi que celle où Tom, son responsable, McKenzie, son collègue de travail et Paul, son meilleur ami, se confient à la caméra sur leur vision de l’amour. Dans le même genre, on trouve des extraits de films en noir et blanc où Tom s’imagine être le personnage principal aux côtés de Summer. La séquence entièrement crayonnée est également très bien réalisée et s’intègre parfaitement au film, en faisant référence au regret de Tom ne n’avoir pas pu réaliser son rêve d’architecte. Autre point travaillé avec intelligence ; la séquence des attentes et de la réalité. En effet, l’écran divisé en deux permet de connaître les pensées de Tom et surtout ses espérances lorsqu’il se rend à la fête de Summer. Or, on prend vite conscience de sa frustration face à la réalité des faits.

Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel sexy hot

Des scènes cultes

Le scénario, lui, est quand même un peu ordinaire. L’originalité du film vient bien sûr du montage atypique et de certaines scènes tout à fait extraordinaires, jouées avec talent et humour ; le magasin Ikea, devenu pour l’occasion un véritable terrain de jeu pour notre petit couple, victimes de robinets cassés et de télévision qui ne fonctionne pas, sans oublier d’autres subtilités fraîchement amusantes. Nous n’oublierons pas non plus la scène de triomphe de Tom au lendemain d’une nuit d’amour avec sa douce, se déchaînant dans une chorégraphie endiablée au rythme de «You make my dreams» et embarquant toute une foule avec lui.

Quant à l’avertissement du narrateur, celui-ci est respecté mais du début à la fin du film, on aura envie de croire en leur histoire d’amour naissante malgré les retournements de situations incessants. En effet, un parfait équilibre est tellement flagrant entre eux, sans tenir compte de leur points de vue divergent sur l’amour, qu’il nous est presque impossible d’imaginer qu’ils ne finiront pas ensemble à la fin du film. C’est donc avec un petit pincement au cœur que l’on découvre le dénouement.

Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel sexy hot

Des contraires qui s’attirent

Changement de registre pour Joseph Gordon-Levitt dans cette comédie romantique aux côtés de Zooey Deschanel, actrice avec laquelle il avait déjà tourné dans le film Manic de Jordan Melamed. Tous deux forment un couple harmonieux et pourtant leur avis différent sur l’amour ne fait qu’accroître le gouffre qui s’est crée au fil du temps. Ils ont chacun une idée très arrêtée sur la question des relations amoureuses mais on se sentira sensiblement plus proche de Tom que de Summer. En effet, en dépit de son idéalisme sentimental, Tom semble être quelqu’un de très humain, n’hésitant pas à exprimer son besoin d’aimer et d’être aimé ; on se rappellera d’ailleurs des confidences qu’il fait à sa psychologue attitrée, sa petite soeur, Rachel, à qui il confit toutes ses pensées au sujet de sa relation avec celle qu’il aime.

Summer, quant à elle, est qualifiée de « satanée machine sans sentiments » ou de « robot » lorsque Tom se confie à Allison, une jeune femme qu’il rencontre par le biais de ses amis. Et on ne pourra manifestement pas dire le contraire ; celle-ci paraît dépourvue de sentiments amoureux et reste égoïste face à la nature de leur histoire. Autre point qui peut attirer ou, au contraire, repousser, c’est sa manière d’être toujours ailleurs, dans son monde. Tout le long du film, on aura l’impression qu’elle plane à 15 milles et son rire particulier lui donneront des faux airs de fille niaise.

Après le dénouement quelque peu décevant de l’histoire Tom-Summer, nous sommes surpris par le rebondissement final très subtil et joliment amené. Une fin qui, malgré l’échec d’une histoire en marquera une autre.

Résumé

Malgré quelques longueurs, (500) jours ensemble est un bon film de divertissement qui change par son dénouement. Joseph Gordon-Levitt se révèle dans un autre genre cinématographique qui lui va comme un gant. Quant à Zooey Deschanel, elle joue son rôle de petite ingénue à la perfection. En bref, un très bon casting, beaucoup de rires et de l’émotion !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=BYd72Z1tdwE[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici