10 minutes du film Le Hobbit, un voyage inattendu dévoilées !

0
189
Le Hobbit, un voyage inattendu


Bilbo le Hobbit

10 minutes du Hobbit dévoilées !… pas à nous malheureusement car pas mal de monde à la rédac aurait bien aimé en être ! La Warner a en effet présenté des extraits de la première partie du dyptique (, ) réalisé par Peter Jackson aux professionnels lors du salon CinemaCon. Petit compte rendu du montage diffusé en 48 images/secondes et en 3D.

Attention Spoilers below

  • Concernant le scénario on apprend que le fameux combat contre les trolls sera humoristique.
  • Radagast le brun aura des petits oiseaux dans son chapeau et une barbe remplie de fientes, il possèdera en outre un traîneau tiré par des petits lapins.
  • Elrond, Galadriel et Gandalf discutent de l’épée du Roi Sorcier qui a disparu de son tombeau, tombeau que Gandalf va visiter.
  • Legolas est montré prêt à tirer des flèches sur la compagnie naine. Tauriel (le fameux personnage féminin inventé par Jackson et incarné par Evangeline Lilly) et lui menacent Thorin mais ils sauveront les Nains empêtrés dans les toiles d’araignée.
  • On aperçoit brièvement Saruman lors du conseil Blanc.
  • Bilbon âgé (interprété par Ian Holm comme dans la trilogie) sera le narrateur de l’histoire, devant un Frodon s’apprêtant à découvrir « toute la vérité ». Les deux films seront donc montés en flashback.
  • Les Nains sont montrés se cachant dans des tonneaux.
  • Gandalf se fait attaqué par Thráin, père de Thorin, devenu fou dans les cachots de Dol Guldur.

Le Hobbit, un voyage inattendu

Sur le plan technique maintenant, on peut dire que la projection a partagé l’assistance. , se voulait une vitrine technologique, tourné en 48 images/secondes avec les fameuses Red Epic. Si le public a salué la technicité sans faille – piqué exceptionnel hyper réaliste et sans flou-, il y a eu en revanche beaucoup plus de circonspection concernant le rendu. En effet l’image serait tellement nette que l’on n’aurait plus l’impression de voir un film : tous les défauts seraient donc hyper visibles, les décors ressembleraient ainsi à des décors de cinéma, les acteurs qui sembleraient détachés, jusqu’à leur maquillage apparent. On aurait plus l’impression de voir un making-of plutôt qu’un film avec un rendu cinéma, dans le sens où on est habitué à le voir. Le seul point positif qui ressort de cette technicité seraient les images en décors naturels et vus d’hélicoptère à couper le souffle.

S’il y a un point où l’on s’accorde à peu près c’est sur le sujet de la 3D qui semble la meilleure jamais vue. Il est bien sûr trop tôt pour émettre un avis définitif, d’autant plus que tout cela est issu de bruits de couloirs.

L’autre question qui se pose actuellement c’est: les salles de cinéma seront-elles équipées à temps pour projeter le film dans les conditions optimales? C’est le Hollywood Reporter qui publie un article sur cette innovation technique. On apprend que 50.000 projecteurs devraient être mis à jour d’ici la sortie du premier film et que tout cela a une conséquence directement sur la production du film. Park Road Post Production a du développer de nouveaux outils pour gérer l’étalonnage numérique* qui a débuté en 2010, pour un film qui enregistre entre 6 et 12 terabits de données par jour. Les salles attendent pour le moment les directives des studios et du distributeur du film, mais la rumeur possible d’une bande annonce en 3D et 48 images/secondes dés cet été devraient prendre les exploitants de court!

: et : Histoire d’un aller et retour sortiront respectivement le 12 décembre 2012 et le 11 décembre 2013.

*l’étalonnage numérique est un procédé qui permet de travailler avec précision et sur de nombreux paramètres le rendu d’une image du film. Le directeur de la photographie peut ainsi retravailler la densité des couleurs, l’éclairage, les textures…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici