parajumpers ugo jacket the windows 7 ultimate product key you typed is invalid for activation parajumpers web store parajumpers ugo jacket canada goose jacket edmonton canada goose youth price
World War Z

WWZ_affiche

États-Unis : 2013
Titre original : -
Réalisateur :
Scénario : , , , ,
Acteurs : , , ,
Distribution : Paramount Pictures France
Durée : 1h56
Genre : Science fiction, action
Date de sortie : 03 juillet 2013

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Dans l’histoire des consignes pourries, fait très fort. En tout cas son distributeur : il nous a été en effet demandé de ne PAS utiliser le mot en « Z » dans nos papiers, qui est pourtant dans le titre, dans la bande annonce, et dans la presse pour présenter le film depuis des mois. Qu’à cela ne tienne, votre rédacteur, plutôt chafouin mais ne voulant pas braver l’interdit, a décidé de remplacer le fameux mot en « Z » par le nom de code « Patate » dans la critique à suivre. Une critique forcément très tuberculeuse.

SynopsisUn jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations Unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos… Les gens s’en prennent violemment les uns aux autres et un virus mortel semble se propager. Les êtres les plus pacifiques deviennent de redoutables ennemis. Or, les origines du fléau demeurent inconnues et le nombre de personnes infectées s’accroît tous les jours de manière exponentielle : on parle désormais de pandémie. Lorsque des hordes d’humains contaminés écrasent les armées de la planète et renversent les gouvernements les uns après les autres, Lane n’a d’autre choix que de reprendre du service pour protéger sa famille : il s’engage alors dans une quête effrénée à travers le monde pour identifier l’origine de cette menace et trouver un moyen d’enrayer sa propagation…

WWZ_brad pitt

Le cul entre deux chaises

On n’avait pas vu la crinière blonde au vent depuis Troie en 2004, à croire qu’il l’arbore pour ses projets insignifiants. est l’adaptation du livre de  qui nous place en plein milieu d’une contamination à l’échelle planétaire qui transforme les populations en patates. Et des patates plutôt énergiques puisqu’en groupe elles sont présentées comme des marées humaines détruisant tout sur leur passage, sautant, courant, s’entassant. Hormis l’éternel débat old school « les patates doivent-elles être lentes à la George A. Romero ou rapides à la Je suis une légende ? » force est de constater que l’aspect énergique et dynamisant du film est surement son plus gros point fort : les événements s’enchaînent rapidement, il y a beaucoup d’action, le tout va très vite, bref on ne s’ennuie pas. La contrepartie se trouve sûrement dans cette histoire un peu obscure qui place le spectateur directement en plein événement, les bases étant posées dans le seul générique d’ouverture avec des fils d’actualité nous décrivant une sorte de rage sévissant aux quatre coins du globe. Et ces événements sont tellement catapultés, propulsant en messie à la rescousse du monde, qu’évidemment on n’y croit pas une seconde.

WWZ_zombies

Des symboles d’ailleurs, le film n’en manque pas, les américains adorant placer du mystique biblique un peu partout pour toucher les masses de brebis égarées. Brad Pitt est à la fois Jésus et Moïse devant prouver sa foi et se révélant le leader de l’humanité et porte-parole divin. La contamination n’est rien de plus qu’une plaie divine s’abattant pour éprouver l’homme et le tester. Même en temps que film de patates il n’est pas satisfaisant : le production s’est retrouvée devant un choix cornélien, celui de faire un film d’horreur PG-13 (interdit aux moins de treize ans non accompagnés). Avec Brad Pitt pour rassurer la ménagère de moins de cinquante ans qui amènera ses gamins pour leur inculquer un cours de catéchisme fun mais pas trop choquant. Imaginez quand même un film de patates sans une once de sang, la caméra se détournant carrément de l’action pour nous monter la tête d’un Brad Pitt médusé en lieu et place, la démarche est plutôt rageante. Il n’y a qu’une ou deux scènes dans tout le film qui suggèrent la peur, qui lui donnent ce petit côté survival pas désagréable du tout qu’on voudrait voir beaucoup plus, las…

WWZ_labo

Les dernières scènes du films sont un exemple de bêtise totalement hallucinant. Il y a au détour d’un plan le placement de produit le plus ridicule – et pas subtil – de l’histoire du cinéma, on vous laisse la surprise, il se voit comme le nez au milieu de la figure. En plus de ça l’image biblique est tellement exacerbé que l’horreur devient comique. Si on ajoute à cela une scène avec une patate totalement ridicule claquant des dents comme un lapin en manque de carottes, et le fait que Brad Pitt te dit droit dans les yeux que c’est la fin du film, que ça va mieux, mais pas totalement et qu’il y aura une suite, on s’esclaffe en postillonnant sur son fauteuil ! On sait que World War Z a été un development hell, réécrit de nombreuses fois par de nombreuses mains (il n’y a qu’à voir le nombre de scénaristes crédités, et encore ce ne sont que les crédités). La Paramount a même décidé de refaire tourner à la fin de son film des mois après le tournage initial, ce qui est de base rarement bon signe quand à la certitude des décisions prises et à la qualité de l’ensemble ! Maintenant qu’on l’a vu, on comprend largement. Il y a de très bonnes idées dans World War Z mais toutes gâchées par de vastes égarements.

WWZ_Zombie

Résumé

Un film de patates qui ne s’assume pas donne une salade très disparate : les bonnes idées sont noyées dans une sauce aigre sans saveur et au milieu des égarements dans sa composition.
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Nicolas B

Cet article a été rédigé par Nicolas Balazard, Responsable adjoint de Critique Film. Twitter : @NicoBalazard