Test DVD : L’affaire de la fille au pyjama jaune

1
555

L’affaire de la fille au pyjama jaune

Italie, Espagne : 1977
Titre original : La ragazza dal pigiama giallo
Réalisateur : Flavio Mogherini
Scénario : Flavio Mogherini, Rafael Sánchez Campoy
Acteurs : Dalida di Lazzaro, Michele Placido, Howard Ross
Éditeur : Le chat qui fume
Durée : 1h40
Genre : Thriller
Date de sortie DVD : 19 janvier 2016

 

 

Après avoir retrouvé sur une plage le cadavre d’une jeune femme brûlée, la police de Sydney a un suspect mais Thompson, un inspecteur à la retraite, décide de continuer l’enquête. En parallèle, une jeune femme, Glenda essaie de vivre son amour avec Antonio malgré le fait qu’elle continue à voir d’autres hommes que lui. Ces deux histoires vont se croiser dramatiquement…

 

 

Le film

[3,5/5]

Sorti en 1977, L’affaire de la fille au pyjama jaune arrive un poil après la bataille : comme le péplum ou le western spaghetti, le giallo a lentement décliné au fil des ans et à laissé place à d’autres genres de cinéma d’exploitation, et dans la deuxième moitié des années 70, les producteurs ne se risquaient plus des masses à investir dans ce genre de récit. D’ailleurs, on irait même jusqu’à se demander s’il appartient réellement à la catégorie du « giallo », dans le sens où le film de Flavio Mogherini n’emprunte que très peu les codes du genre : pas de tueur psychopathe aux gants de cuir caressant une arme blanche, pas de dérives baroques ni dans le récit ni dans la forme, un seul et unique meurtre, etc.

Jusqu’ici inédit en France, L’affaire de la fille au pyjama jaune s’offre pourtant un casting quatre étoiles, en affichant à l’écran les trognes de Dalila Di Lazzaro (aperçue dans Trois hommes à abattre dans le rôle de la compagne d’Alain Delon), Howard Ross (L’île de l’épouvante), Michele Placido (futur réalisateur de Romanzo criminale, récemment vu dans l’excellent Arrivederci amore, ciao), ou encore Ray Milland (Le crime était presque parfait) et Mel Ferrer (Le jour le plus long) dans de petits rôles. Se déroulant non pas en Italie mais en Australie, le film de Flavio Mogherini suit parallèlement une enquête au cœur de laquelle les enquêteurs ont l’idée scabreuse d’exposer un cadavre afin que quelqu’un la reconnaisse (ce qui s’est vraiment déroulé en Australie dans les années 30) et la trajectoire d’une jeune femme aux mœurs dissolues, slalomant entre son mari et ses deux amants. Finement construit, plutôt solidement écrit, le film est une curiosité à découvrir – on appréciera par ailleurs la musique signée Riz Ortolani, même si la répétition thème du générique interprété par Amanda Lear tendra plutôt à provoquer l’hilarité que la tension.

Derrière la caméra, Flavio Mogherini fait preuve d’un savoir faire indéniable, nous livrant ça et là quelques séquences développant une tension certaine. Plus costaud encore, le retournement de situation final n’est étonnamment pas trop éventé, et constituera sans doute une agréable surprise pour le spectateur. En deux mots comme en cent, cette Affaire de la fille au pyjama jaune se révèle une sympathique incursion détournée dans le genre du giallo, qu’on pourra s’étonner de ne découvrir que quarante ans après sa sortie dans les salles ritales.

 

 

Le DVD

[4,5/5]

C’est Le chat qui fume, grand défenseur du bis en France, qui nous propose aujourd’hui de découvrir L’affaire de la fille au pyjama jaune sur support DVD. Le film affiche d’ailleurs une forme insolente, avec un master restauré irréprochable composant de façon très habile aves les limites du support. La définition est précise, les couleurs vives, c’est parfait. Proposé en VO italienne Dolby Digital 2.0 mono d’origine claire et frontale, ce film inédit s’offre donc une présentation tout simplement remarquable ; on fermera les yeux sur la ou les petites fautes d’orthographe qui émaillent les sous-titres (on n’en a repéré qu’une, mais nous ne sommes pas infaillibles en la matière).

Dans la section suppléments, on retrouvera tout d’abord une poignée de bandes-annonces de l’éditeur, afin de prolonger l’expérience du film avec un entretien avec Howard Ross, durant lequel l’acteur italien, sympathique adepte de la gonflette, évoque sa carrière et ses souvenirs de tournage sur L’affaire de la fille au pyjama jaune : il y évoque notamment le refus de Dalila Di Lazzaro de tourner nue, ce qui visiblement l’amusait fortement. Il y précise également que lui n’a pas eu l’insigne honneur de se rendre à Sydney où ont été tournées quelques scènes.

On notera pour terminer le soin apporté par Le chat qui fume au packaging de sa nouvelle collection Giallo : présenté dans un digipack slim à trois volets, le DVD s’offre une maquette très réussie, composée par un graphiste de grand talent.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici