parajumpers ugo jacket the windows 7 ultimate product key you typed is invalid for activation parajumpers web store parajumpers ugo jacket canada goose jacket edmonton canada goose youth price parajumpers masterpiece owner
À la une Critiques de films Drame — 14 janvier 2013
Lincoln

affiche

États-Unis, Inde : 2012
Titre original : -
Réalisateur :
Scénario : Tony Kushner d’après Doris Kearns Goodwin
Acteurs : , , , ,
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 2h29
Genre : Drame
Date de sortie : 30 janvier 2013

Globale : [rating:4][five-star-rating]

On pourrait presque dire « enfin » à propos du de Spielberg. C’est en 1999 que sa passion du président Américain trouva un exutoire grâce à la sortie du livre biographique « Team of Rivals » de Doris Kearns Goodwin. Pourtant, depuis la mise en chantier du film en 2005 le projet n’a eu de cesse d’être repoussé pour cause de planning surchargé du réalisateur dont on connaît la boulimie, ce qui coûta au métrage son acteur principal longtemps rattaché au projet, Liam Neeson, se considérant trop vieux désormais pour le rôle. Alors, est-ce que cette bérézina trouve un dénouement heureux ?

SynopsisLes derniers mois tumultueux du mandat du 16e Président des États-Unis. Dans une nation déchirée par la guerre civile et secouée par le vent du changement, Abraham met tout en œuvre pour résoudre le conflit, unifier le pays et abolir l’esclavage. Cet homme doté d’une détermination et d’un courage moral exceptionnels va devoir faire des choix qui bouleverseront le destin des générations à venir.

réunion

Un film austère

Le plus beau compliment qu’on puisse faire à un réalisateur confirmé est de lui dire qu’il arrive sans cesse à nous surprendre. Même si ce n’est pas toujours le cas pour , qui a une filmographie colossale, on peut dire avec Lincoln qu’il nous prend totalement par surprise car à contrepied de son image de réalisateur de divertissements luxueux. Dans sa forme le film est tout le contraire qu’on pourrait imaginer. Vous pensez voir un biopic sexy avec des airs de film historique et de nombreuses scènes de batailles ? Et bien vous avez tout faux ! Totalement le contraire même, et plus proche d’un métrage à petit budget. Pour décrire simplement ce que vous vous apprêtez à voir : 2h30 de dialogues, de performances d’acteurs, d’introspection, le tout entrecoupé de scènes de discours exaltés. Même pour Spielberg le pari formel de Lincoln est assez osé ! Il en ressort un film très austère qu’il va être difficile d’appréhender pour le commun des mortels (surtout si vous êtes fatigués de votre journée). La photographie est simplement sublime avec des effets d’ombre et de lumière mettant sans cesse en valeur l’homme dont le réalisateur est clairement fasciné. C’est peut-être même un reproche qu’on pourrait lui faire, on se dit parfois qu’il ne semble pas forcément objectif et on ressent son admiration pour l’homme.

Ceci dit, on imagine aisément le calvaire du distributeur pour vendre le film ; heureusement niveau prestige de noms célèbres il en a à foison.

ombres et lumière

Un faux biopic et un sujet fort

Autre point qui risque également de surprendre (même s’il est clairement annoncé depuis le début) : Lincoln, bien que se déroulant à travers le prisme du 16e président des Etats-Unis n’est absolument pas centré sur sa vie. En effet il revient sur le dernier combat de son mandat et de son existence à savoir le vote du 13e amendement qui a mis fin à l’esclavage sur le sol américain, présenté comme une cause politique (fond de guerre de sécession) face au combat de vie d’un homme. On retrouve toutes les obsessions de Spielberg réunies dans un film : l’esclavage comme cause (La couleur pourpre), le drame historique à portée universelle (La liste de Schindler), le film de guerre (Il faut sauver le soldat Ryan, en plus intimiste). C’est un parti pris qui risque de faire débat tant l’adaptation sur grand écran de la vie du président pouvait se prêter à bon nombre de choses passionnantes, de sa jeunesse modeste jusqu’à la perte de son premier enfant – sujet assez peu évoqué dans le film de Spielberg même s’il donne lieu à deux très belles scènes. Pourtant dans la période évoquée il est passionnant tant le sens du détail est là, et le scénario une pièce d’importance dans la compréhension de tout le processus qui a mené à l’adoption de l’amendement. Alors certes pour s’intéresser à Lincoln mieux vaut être passionné d’Histoire, américaine en l’occurrence, et ce n’est donc pas sûr que le public français s’intéresse franchement à tout ceci.

Le film pourrait quasiment être décrit comme un thriller politique tant le suspens lié aux échanges entre démocrates et républicains est brillamment mis en place, tandis qu’une délégation sudiste doit arriver d’un jour à l’autre en vue de négocier la fin des hostilités ce qui rendrait impossible le vote souhaité par le président. Mais pour qu’un tel amendement passe, il faut la majorité des 2/3 au parlement, rendant le processus démocratique complexe et qui suppose d’acheter l’allégeance de certains pour gagner leur voix. Le film montre donc de quelle façon Lincoln va réussir à obtenir les voix non démocrates qui lui manquent. Cela révèle une part sombre de l’homme près à tout jusqu’aux plus vils instincts pour arriver à ses fins dans la cause qu’il veut défendre. Rien n’est vraiment explicité pour qui n’est pas un expert en politique américaine, en cela le film est tout sauf académique et ne prend pas le spectateur pour un idiot, mais n’est de fait pas très didactique et surtout assez froid ce qui accentue le côté austère de l’ensemble. Les scènes montrant le quotidien de Abraham Lincoln sont assez peu nombreuses mais fascinantes pour comprendre l’homme, dans sa relation ambiguë avec sa femme, dans sa froideur avec son deuxième fils quand il offre tant d’amour à son cadet. Enfin dans sa relation aux autres, présenté comme un personnage fort sympathique bien que trop bavard et appréciant particulièrement raconter des anecdotes (qui n’ont souvent qu’un rapport très vague à la situation !).

Cela dit, sans être un véritable biopic, Lincoln parle beaucoup de Lincoln l’homme politique évidemment. Précisons que est vraiment formidable : il ne joue pas, il est le président. On parie même, car on est des fous sur CF, que le monsieur aura l’oscar du meilleur acteur le mois prochain. Le restant du casting est également très propre, de en Mme Lincoln à en passant par .

femme

 

Résumé

Lincoln en surprendra plus d’un, prenant à revers le spectateur qui n’aura finalement pas droit à une grande fresque sur la guerre de sécession ni même un film sur l’homme, mais une étude politique riche et complexe. Si vous avez la chance de rentrer pleinement dedans, le métrage de Spielberg est aussi passionnant que culotté !
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Nicolas B

Cet article a été rédigé par Nicolas Balazard, Responsable adjoint de Critique Film. Twitter : @NicoBalazard