À la une Critiques de films Drame — 04 novembre 2011
L’Exercice de l’État

L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller avec Olivier GourmetL’Exercice de l’Etat

France : 2011
Titre original : L’Exercice de l’État
Réalisateur : Pierre Schoeller
Scénario : Pierre Schoeller
Acteurs : , ,
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h52
Genre : Drame
Date de sortie : 26 octobre 2011

Globale : [rating:3][five-star-rating]

L’arrivée à grands pas des prochaines élections présidentielles favorise la multiplication des films sur les hommes politiques, de près ou de loin : , , . Ce dernier avait été sélectionné à Cannes en 2011 dans la catégorie « un certain regard ».

Synopsis : Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’État dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique… Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. À quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un État qui dévore ceux qui le servent ?

L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet

Des politiques et des hommes

L’Exercice de l’État est le troisième film de Pierre Schoeller après et (téléfilm), respectivement en 2008 et 2004. Ici, il met en scène Olivier Gourmet (, ) en ministre des transports, accompagné fidèlement par son directeur de cabinet, Michel Blanc (, ) et son attachée presse, Zabou Breitman (). Schoeller brosse le portrait d’une équipe politique, portée par un homme avec un semblant de cœur, qui s’attache à donner ses congés de paternité à son chauffeur, mais qui oublie que sa fille est partie au Caire. Les relations entre les personnages sont instables et floues.

Olivier Gourmet oscille entre l’homme surbooké en quête de pouvoir et le mari absent voire alcoolique. Néanmoins, le réalisateur filme avant tout un ministre en souffrance : étouffement, vomissement, sensation d’asphyxie, blessures, accident de voiture. L’interprétation est juste, soutenue par des personnages peu expressifs, mais qui se définissent par leurs actions.

L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet

« Des pouvoirs cosmiques phénoménaux … dans un vrai mouchoir de poche ! »

Le film, contrairement à ce qui pourrait être attendu, n’est pas une dénonciation du pouvoir. Ici, il n’est pas question de droite ou de gauche, mais seulement d’une histoire d’hommes. Schoeller met en scène la pratique (ou l’exercice) du pouvoir. Il nous dévoile les multiples arrangements et manipulations de ces hommes pour assouvir leur soif d’ambition. Car cette dernière est finalement plus forte que tout.

Pierre Schoeller ne s’enferme donc pas dans un genre attendu, et joue parfois d’une ambiance un peu fantastique, insistant sur une musique étrange. Il crée ainsi une tension palpable qui revient de plus en plus forte chaque fois qu’on s’y attend le moins. Le film s’ouvre d’ailleurs par une scène de rêve, où les désirs et les craintes d’un homme sont exprimés : sexe, danger, pouvoir, complot. Cette incursion dans le récit d’éléments non réalistes lui attribue un certain cachet, ce qui permet à L’Exercice de l’État de ne pas être simplement un film sur la politique, mais bien un objet original.

Résumé

Malgré un rythme efficace et une manière d’aborder cette histoire intéressante, il manque un petit quelque chose à L’Exercice de l’État pour être un film percutant et nouveau.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=VGPMVui0How[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Laurie

Cet article a été rédigé par Laurie Villenave, Rédactrice de Critique Film.

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *