http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Festivals News — 22 mars 2015
Festival Films de Femmes Créteil 2015 : palmarès

Objects in mirror 02

Voici la liste des films primés lors de la 37ème édition du Festival de Créteil, en espérant que ces films sans distributeur en trouvent un pour accéder à leur public, les films de fiction iranien et espagnol primés par le jury méritant largement de sortir en salles, portés chacun par une actrice impressionnante, pour le premier, en femme enceinte qui va se mettre en danger pour une assiette brisée qui devient le symbole de son enfermement social et en ex-star pop meurtrie par la mort de son frère et qui ne peut plus sortir de chez elle. Si le festival remettait des prix d’interprétation, elles l’auraient chacune largement mérité dans des registres très différents, même si leur personnage ont en commun de partager un même sentiment d’enfermement et de vivre chez elle comme dans une prison, sociale pour l’une, morale pour l’autre.

Coup de cœur de notre site, d’Anna Sofie Hartmann (Allemagne) (critique) ne reçoit pas de prix mais sa mise en scène subtile en pointillés, qui évoque le récent Helen de Joe Lawlor et Christine Molloy, est la plus fascinante de la compétition 2015. Avec les trois autres films cités ci-dessus, Of girls and horses est l’autre grande réussite de cette sélection, une belle histoire, simple et organique, avec deux adolescentes très différentes qui se rencontrent dans un haras. Quatre films sans faute sur huit, c’est une bonne moyenne, d’autant que le pakistanais et l’éthiopien Price of love d’Hermon Hailay ont de réelles qualités même si leur dénouement déçoit et que certains éléments narratifs et/ou de mise en scène sont trop maladroits. Parmi les autres films primés, signalons le court-métrage honoré avec pertinence par le jury UPEC, un bel exercice de style visuel et de montage, où un jeu innocent dans une cour de récréation grecque dérive vers une menace universelle troublante.

Todos estan muertos

Todos estan muertos

Le palmarès complet :

Grand Prix du jury du meilleur long-métrage de fiction : Objects in mirror de Narges Abyar (Iran)

mentions spéciales : Todos estan muertos de Beatriz Sanchis (Espagne) et Thou wast mild and lovely de Josephine Decker (Etats-Unis)


à titre personnel, la comédienne Astrid Adverbe qui faisait partie du jury, a également souhaité mettre en lumière deux autres films qui méritent une distribution en salles : Of girls and horses de Monika Treut (Allemagne) et She’s lost control d’Anja Marquandt (Etats-Unis)

Prix du jury Anna-Politkovskaïa du meilleur long-métrage documentaire : L’Axe optique de Marina Razbezhkina (Russie)

l'axe optique 1
mention spéciale : En tierra extrana d’Iciar Bollain (Espagne)

Prix du public du meilleur long-métrage de fiction : Dukhtar d’Afia Nathaniel (Pakistan)

Prix du public du meilleur long-métrage documentaire : : Palestinian Women capture the occupation de Judith Montell et Emmy Scharlatt (Etats-Unis / Israël)

in the image 01
Prix du public du meilleur court-métrage français : de Cristèle Alves Meira (France-Portugal)

SOL BRANCO
Prix du public du meilleur court-métrage étranger : The Chicken d’Una Gunjak (Allemagne / Croatie)

Prix du jury Graine de Cinéphage du long-métrage de fiction : Todos estan muertos de Beatriz Sanchis

Prix du jury UPEC (Université Paris Est Créteil) du court-métrage européen : Schoolyard de Rinio Dragasaki (Grèce)

Schoolyard

Schoolyard

Prix France Télévision au féminin : , la révolte des rêves de Vanessa Escalante (France)

Prix scénario Images de ma ville : Martin Trajkov, prometteur réalisateur à qui l’on doit Masque(s), court-métrage à l’ambiance agréablement horrifique avec un clown dans un étrange état psychologique au milieu d’enfants innocents et dont la tonalité n’est pas sans évoquer le ça de Stephen King, projeté au festival dans le cadre de Happy hour, une sélection de films signés de jeunes auteurs locaux. Ce prix lui permettra de tourner un autre court (Au coeur de la nuit) qui devrait être projeté au festival en… 2017.

Les salles de la MAC reprennent une partie du palmarès ce dimanche 22 mars

Grande salle :

13h : Schoolyard + L’Axe optique

15h : The Chicken + Dukhtar

17h : Todos estan muertos

19h : Endemic’s Greed + In the image : Palestinian Women capture the occupation

21h : Sol Branco + Objects in mirror

D’autres films (non primés) seront visibles dans la Petite salle :

13h : Gigi ; 19h : Mitsou, deux films de la rétrospective Jacqueline Audry

15h : L’étoile du jour de Sophie Blondy, dans le cadre de l’Autoportrait Béatrice Dalle

21h : d’Ashley Sabin et David Redmon + Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau, section Turbulences

Enfin, le festival joue les prolongations à la Lucarne avec les projections suivantes :

Espace

Espace

 

dimanche 22 :

14h30 :

18h30 : Espace (15mn) + Vue imprenable (1h06)

21h : Vers le ciel (20mn) + Himalaya, la terre des femmes (1h20)

Le Monde en un jardin

Le Monde en un jardin

 

lundi 23 :

14h30 : Le Monde en un jardin

16h30 : Naoshima

18h30 : J’ai pas sommeil

21h : Un château en Italie

mardi 24 :

14h30 :

16h30 : Respire

18h30 :

21h : (suivi d’un débat)

Articles semblables

Partage

Auteur

Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles