The Secret

0
707

afficheThe Secret

Etats-Unis, Canada : 2012
Titre original : The Tall Man
Réalisateur : Pascal Laugier
Scénario : Pascal Laugier
Acteurs : Jessica Biel, Stephen McHattie, Jodelle Ferland, William B. Davis
Distribution : SND
Durée : 1h45
Genre : Thriller
Date de sortie : 05 septembre 2012

Globale : [rating:3.5][five-star-rating]

Premier film international en langue anglaise pour le frenchy  qui part d’un fait divers pour livrer un thriller des plus maîtrisés sur fond d’enlèvement d’enfants. Si le film n’a pas la puissance visuelle de son précédent métrage Martyrs, il devrait d’autant moins diviser de par un sujet plus convenu. Mais le convenu n’empêche pas d’agréables surprises.

Synopsis : Chaque année 750 000 enfants disparaissent aux États-Unis. La plupart d’entre eux sont retrouvés dans l’heure ou les jours qui suivent. En revanche, 0.3% d’entre eux disparaissent à jamais sans laisser de trace. A Cold Rock, petite ville minière isolée, plusieurs disparitions suspectes ont été répertoriées ces dernières années. Chaque habitant semble avoir sa théorie sur le sujet mais pour Julia, qui fait office de médecin dans cette ville sinistrée, ce ne sont que des légendes urbaines. Une nuit, son fils de 5 ans est enlevé sous ses yeux par un individu mystérieux. Elle se lance à sa poursuite sachant que si elle le perd de vue, elle ne reverra jamais son enfant.

jessica biel

Maladroit… mais saisissant

Ne jamais rater un début, jamais… Pourtant  ne commence pas sur les chapeaux de roues avec une introduction hyper poussive à base de retour dans le temps pour raconter ce qu’il a bien pu se passer pour arriver à cette situation visiblement ébouriffante. S’en suit un générique assez kitch sur fond de percussions avec une calligraphie douteuse intégrant le nom des intervenants dans les décors naturels. On se dit que Pascal Laugier, réalisateur de cinéma de “genre” a perdu son âme dans cette transition américaine, ce que la suite nous fera heureusement regretter d’avoir pensé. Ce qui marque dans les minutes suivantes c’est , vraiment juste et au-delà de ce qu’on pouvait imaginer, elle est surement la révélation de  tant son interprétation est sincère et à des kilomètres de ce qu’on connaissait de l’énervante Mary de 7 à la maison. Quand à l’enlèvement de son enfant, scène qui pourtant démarrait avec une ambiance sympathique, il s’étire inutilement en longueur jusqu’à n’en plus finir. Tout ça c’est le mauvais ou le moyen du film. A partir du moment où Julia se met en quête de retrouver le minot, l’intérêt ira grandissant jusqu’au final. L’important est tout d’abord de ne pas voir The Secret comme un film d’horreur: le réalisateur voudra parfois vous faire sursauter mais ça n’ira jamais bien loin. Son nouveau métrage est viscéral comme le précédent mais pas dans le même excès. Au-delà de ça, Pascal Laugier préfère livrer un thriller sur fond de constat social -la ville de Cold Rock qui se meurt à petit feu ayant perdu sa principale source de revenus- le tout dans un ambiance délicieusement envoûtante magnifiée par de superbes paysages à l’atmosphère étrange. Le film flirte parfois avec le fantastique sans jamais vraiment y mettre les pieds, développant cependant toute une symbolique autour de son sujet comme le mystère qui semble émaner de la population locale.

enfants

Un film de genre à la sauce américaine

Après ce début manqué, Laugier tisse les ficelles de son intrigue et vient soudain perdre le spectateur qui ne saura plus vraiment quels sont les tenants et les aboutissants. Dans ce qui paraît être un méli mélo incompréhensible, soudain les pièces du puzzle commencent à se mettre en place. Si l’évocation du Sixième Sens sur l’affiche du film est extrêmement exagérée, il faut reconnaître que le spectateur est complètement baladé par le réalisateur dans un vrai jeu “devinera, devinera pas?” même si le côté américain du métrage fait qu’on est parfois un peu trop pris par la main là où on voudrait être encore plus violenté. On pourra reprocher un final qui manque de panache et qui ne répond pas à toutes les questions mais ça ne gâche en rien le parti pris du réalisateur qui filme avec beaucoup de cohérence, magnifiant son héroïne et ses décors (mention spéciale à un long plan séquence qui suivra  dans sa maison et montrera l’évolution de son interprétation alors que des évènements se produisent à l’extérieur). Difficile de trop développer sans spoiler le film, mais on ne saurait vous le gâcher étant donné que tout son intérêt vient des rebondissements, parfois brillants, que nous impose le réalisateur tout en jouant avec nos nerfs dans un scénario des plus sadiques. Laugier se serait montré encore plus extrême et sans concession -après tout il l’a bien fait avec Martyrs- le film serait génial. Vraie personnification du mythe du croque-mitaine, la morale est en sus un poil malsaine sur la lutte des classes, des castes et des petites communautés. Au delà de ça il écope de la mention bonne surprise et c’est déjà pas mal.

Résumé

D’abord laborieux dans son exposition un peu longuette, le film se révèle ensuite très intriguant et se suit avec un intérêt certain. Sans être une révolution formelle, The Secret développe une intrigue plus complexe qu’on ne croyait et de fait plus jubilatoire qu’on osait l’espérer. 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=O9hwwZdhxbQ[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici