Test DVD : Vous n’aurez pas ma haine

0
1020

Vous n’aurez pas ma haine

France, Allemagne, Belgique : 2022
Réalisation : Kilian Riedhof
Scénario : Marc Blöbaum, Jan Braren, Stéphanie Kalfon, Kilian Riedhof
Acteurs : Pierre Deladonchamps, Zoé Iorio, Camélia Jordana
Éditeur : Blaq Out
Durée : 1h38
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 28 décembre 2022
Date de sortie DVD : 2 mai 2023

Comment surmonter une tragédie sans sombrer dans la haine et le désespoir ? L’histoire vraie d’Antoine Leiris, qui a perdu Hélène, sa femme bien-aimée, pendant les attentats du Bataclan à Paris, nous montre une voie possible : à la haine des terroristes, Antoine oppose l’amour qu’il porte à son jeune fils et à sa femme disparue…

Le film

[3/5]

Vous n’aurez pas ma haine fait partie de ces films dont le sujet et l’émotion qu’il dégage dans l’inconscient collectif dépassent très largement le cadre de l’œuvre de cinéma. A l’origine du film, il y a le livre d’Antoine Leiris, qui nous proposait un bouleversant témoignage de ce qu’était devenu sa vie suite à la mort de sa femme, maman de leur bébé de 17 mois, lors des attentats au Bataclan le 13 novembre 2015. Pour l’auteur, il ne s’agissait pas de tenter d’expliquer ce qui s’est passé, ni de faire le procès des meurtriers, mais plutôt de trouver un exutoire aux sentiments qui se bousculaient en lui juste après le drame. Il y partageait notamment sa volonté de ne pas s’enfermer dans la haine et de refuser de se laisser aveugler par un désir de vengeance. Aller de l’avant, malgré tout : « Toute leur vie un petit garçon et son papa vous feront l’affront d’être libres et heureux ensemble. »

Adapté pour le cinéma par Kilian Riedhof, Vous n’aurez pas ma haine conserve en partie la force poignante du récit d’origine, et la relation qui se noue à l’écran entre Antoine (Pierre Deladonchamps) et Melvil (Zoé Lorios) aura assurément de quoi tirer quelques larmes aux spectateurs les plus sensibles. Malheureusement, le passage au grand écran a imposé aux scénaristes une certaine dramatisation de la souffrance du personnage principal, pas forcément gérée de façon très subtile (flashbacks, longs plans sursignifiants destinés à souligner l’absence de la femme du héros), ce qui contribue finalement à ce que le spectateur perde « l’immédiateté » du témoignage d’Antoine Leiris, qui se noie dans un pathos pas toujours extrêmement digeste.

Pour autant, on suppose que la découverte de cette version cinématographique de Vous n’aurez pas ma haine pourra amener certains spectateurs à (re)découvrir le livre d’Antoine Leiris, et donc finalement à découvrir la lente reconstruction de cet homme et de son enfant sous un angle plus direct et authentique. On notera par ailleurs que quelques années après le drame, d’autres cinéastes ont également tenté d’aborder les tragiques événements du Bataclan l’année dernière au cinéma, avec un certain succès public d’ailleurs : on pense à des films tels que Novembre (Cédric Jimenez, 2.4 millions d’entrées), Revoir Paris (Alice Winocour, 532.000 entrées) ou encore Un an, une nuit (Isaki Lacuesta), qui vient tout juste de sortir dans les salles. En revanche, avec seulement un peu plus de 14.000 entrées en France, cette version cinéma de Vous n’aurez pas ma haine est passée totalement inaperçue aux yeux du public lors de sa sortie dans les salles en novembre dernier. Tellement inaperçue que début mai 2023, et alors que le DVD du film vient de sortir sous les couleurs de Blaq Out, la page Wikipédia consacrée au livre d’Antoine Leiris nous précise qu’une adaptation cinématographique est en cours de production, mais que malheureusement, « en 2023, le projet n’a toujours pas abouti »…

Le DVD

[4/5]

Proposé par Blaq Out en DVD uniquement (la faute à des résultats en salles pas forcément à la hauteur des attentes du distributeur), Vous n’aurez pas ma haine s’offre une galette sobre et efficace, allant à l’essentiel, en composant de façon adroite avec les limites d’un encodage en définition standard. L’image est propre et lumineuse, le piqué assez précis et les couleurs naturelles : c’est tout simplement parfait. Côté son, l’éditeur nous propose de découvrir le film dans un mixage en VF et Dolby Digital 5.1, relativement immersif et convaincant. Pour les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de système de spatialisation sonore, Blaq Out nous propose également un mixage Dolby Digital 2.0 sobre et tout aussi efficace. Pas de suppléments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici