Test DVD : Comet

0
140

 
États-Unis : 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Sam Esmail
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h27
Genre : Romance, Fantastique
Date de sortie DVD : 5 avril 2015

 

 

La rencontre entre Dell et Kimberly est le point de départ d’une tumultueuse relation amoureuse de six ans. Une montagne russe émotionnelle, entre Paris et New York, jusqu’aux collines d’Hollywood…

 

 

Le film

[4/5]

Pour se convaincre que la science-fiction et une certaine idée du romantisme peuvent parfois faire bon ménage, il suffit de se dire que la passion, la foi en l’autre et l’amour fusionnel peuvent, à l’occasion, frôler le mysticisme pur. Le mysticisme étant un des piliers de la science-fiction, le mélange ne semble finalement pas si saugrenu et l’américain Sam Esmail aura su avec Comet trouver l’essence d’une belle histoire d’amour à travers le récit volontairement fragmenté d’un couple (Justin Long / Emmy Rossum, parfaits) que le spectateur va rencontrer dans plusieurs situations (cinq situations clairement établies pour être exact), se répondant en écho comme dans autant d’univers parallèles.

S’agit-il du même couple, à différents stades de l’évolution de son histoire, ou s’agit-il de personnes différentes ? En attendant la révélation finale, Esmail opte pour l’ellipse, le non-dit ; quelques éléments directement hérités de la science-fiction viennent perturber le récit qui parvient rapidement à imposer sa nature poétique, puissante, touchée par la grâce, emmenant le spectateur vers des pics d’émotion absolument inattendus. Comet est un grand petit film, audacieux, original (pour ne pas dire unique) et, qui plus est, formellement maitrisé. Une vraie surprise de cinéma à découvrir séance tenante…

 

 

Le DVD

[4/5]

C’est Factoris Films qui nous offre aujourd’hui la possibilité de découvrir Comet sur support DVD, et la galette proposée par l’éditeur français est d’ailleurs en tous points excellente. La définition est exemplaire, sans le moindre problème de compression ou autre pétouille technique. L’éditeur, rôdé au support, nous propose un encodage maitrisé, dont on ne percevra les limites techniques que sur certains arrière-plans affichant un léger bruit vidéo, ainsi que sur les scènes nocturnes, un poil plus granuleuses. Côté son, VF et VO sont proposées en Dolby Digital 5.1, dans un mixage aux effets discrets, privilégiant de façon très nette l’ambiance aux effets spectaculaires (qui seraient de toutes façons en contradiction avec l’esprit du film).

En guise de bonus, Factoris Films nous propose quelques bandes-annonces de ses sorties à venir en avant-programme.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici