Test Blu-ray : X-Files – Saison 11

– Saison 11

 
 
États-Unis : 2018
Titre original :
Créateur :
Acteurs : ,
Éditeur :
Durée : 7h30 environ
Genre : Série TV, Fantastique, Science-fiction
Date de sortie DVD/BR : 22 août 2018

 

 

La vérité n’a jamais été si proche : Mulder et Scully apprennent qu’ils ne sont pas les seuls à rechercher leur fils, abandonné à la naissance, William. Et le destin du monde pourrait bien en dépendre…

 

 

La saison

[5/5]

Exceptionnelle par sa longévité, mais également grâce (ou à cause) de son interruption durant une quinzaine d’années, la série X-Files – entretient de fait un rapport au temps tout à fait singulier. On ne pourra nier que cela a plus ou moins toujours été le cas, même durant les dix premières années d’existence du show (le titre du premier film adapté de la série, en 1998, n’était-il pas déjà The X-Files : Fight the future ?), mais les quinze ans d’absence de Mulder et Scully à la TV ont définitivement permis aux auteurs historiques du show Chris Carter, , et de placer les notions de « temps » et de temporalité au centre de toutes les préoccupations.

Alors même qu’à l’occasion de cette onzième saison, X-Files s’inscrit un peu d’avantage dans la « durée » pour le spectateur avec dix épisodes au lieu des six tournés l’année précédente, les auteurs de la série semblent s’être mis d’accord pour suivre une ligne directrice claire, qui nous ramène toujours à cette fameuse notion de temps. Le temps, c’est donc le passé, le présent et bien sûr le futur. La série s’impose comme très ancrée dans le présent, dans une réalité tristement contemporaine, se permettant souvent même un regard ouvertement très critique sur l’administration Trump. Mais si la Maison Blanche en prend pour son grade, Carter tire également à boulets rouges sur plusieurs décennies de scandales et de mensonges américains, dressant par un exemple un triste résumé de 70 ans de politique US (épisode 1, La vérité est ailleurs, 3ème partie), ou en s’attardant sur les procès de Salem (épisode 8, Les forces du mal) ou sur le fiasco de la guerre du Vietnam (épisode 6, Le retour du monstre), dont les retombées ressurgissent jusqu’à notre époque. Comme le dit d’ailleurs Scully dans l’épisode 8, « Time has a way of shedding light on injustices »…

Mais les auteurs sur cette saison de X-Files fustigent également à leur façon la société contemporaine en général, et les ravages qu’ont pu faire les réseaux de communication sur la notion de « vérité », qui se retrouve à de nombreuses reprises discutée au cours des épisodes. Bien sûr, la série se sert du « passé » comme point de comparaison, pointant du doigt les erreurs commises ayant conduit, au fur et à mesure, à construire cette nouvelle société surconnectée et totalement submergée d’écrans, brocardée dans l’épisode 7, intitulé Rm9sbG93ZXJz, qui prend comme point de départ une expérience bien réelle : celle de l’intelligence artificielle « Tay », lâchée le 23 mars 2016 par Microsoft sur la plate-forme Twitter et déconnectée 24 heures plus tard. Pour Chris Carter et ses auteurs, tel est le triste constat de l’ère du « social media » : derrière chaque écran se cache une possibilité de mentir, de manipuler ou d’influencer son prochain, une bouteille à la mer en attente d’un hypothétique naufragé qui y reconnaîtrait « sa » vérité.

 

 

Fatalement, passé et présent mènent au futur, mais qui se conjugue lui aussi au présent, dans le sens où il apparaît sous forme de « prescience » dans les visions de Scully, qui seront la base de la lutte à venir afin de modifier le futur. Gouvernement, hommes en noir, FBI, illuminati et autres sociétés secrètes : tous luttent pour imposer « leur » vision de l’avenir, qui se chamboulent dans l’esprit de Scully et de son fils William comme autant de futurs hypothétiques auxquels il faut se préparer. Plus que jamais auparavant, X-Files analyse le passé et observe le présent afin de combattre l’avenir / Fight the future – on ne pourra pas enlever à Carter et à sa création son absolue cohérence.

Mais la série s’appuie également sur « son » propre passé, faisant régulièrement intervenir des personnages et des références que seuls les fans du show ayant vu et revu les neuf saisons réalisées entre 1993 et 2002 pourront comprendre. Bien sûr, que les autres se rassurent, il y a comme d’habitude des « loners » ou épisodes ne s’appuyant pas sur la mythologie X-Files, mais ces derniers tendent aussi à titiller la thématique temporelle, en évoquant l’avenir personnel de Mulder et Scully, leur vieillissement (épisode 3, Les jumeaux diaboliques, épisode 9, Rien n’est éternel – où l’on découvre que Mulder doit porter des lunettes de vue), leurs erreurs passées (épisode 5, Ghouli), voire même non seulement d’hypothétiques visions de l’avenir mais également des version alternatives du passé – en effet, dans le quatrième épisode intitulé en français L’effet Reggie, Darin Morgan s’amuse à imaginer qu’un troisième agent aurait travaillé durant toutes ces années aux côtés de Mulder et Scully. On le voit ainsi côtoyer les deux agents dans une série de flashbacks de quelques-uns des meilleurs épisodes des neuf premières saisons… Et même dans un générique de début modifié en conséquence !

Bref, à nouveau, cette saison de X-Files – Aux frontières du réel ravira les fans de la série, qui y retrouveront tous une poignée d’excellents épisodes – que notre préférence aille aux loners ou aux épisodes mythologiques, les épisodes de cette onzième saison ont le mérite de proposer des intrigues originales dans la droite lignée des grands classiques du show, et faisant qui plus est constamment évoluer les personnages au fur et à mesure des mutations de la société occidentale. Brillant !

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

A l’occasion de la sortie de cette onzième saison de X-Files – Aux frontières du réel sur support Blu-ray, nos amis de chez 20th Century Fox ont, comme à leur habitude, parfaitement soigné leur copie : les dix épisodes sont répartis sur trois galettes Haute Définition, l’encodage est en 1080p et impose un piqué de folie, des couleurs pimpantes, des noirs très profonds et une profondeur de champ très satisfaisante : il n’y a absolument rien à redire, l’image affiche une belle précision – c’est du très beau travail technique. Côté son, la VO est encodée en DTS-HD Master Audio 5.1, et propose une spatialisation extraordinaire qui assurera à coup sûr une immersion parfaite pour le spectateur dans cette nouvelle saison aux côtés de Mulder et Scully. La version française doit quant à elle se contenter d’un mixage en DTS 5.1, efficace, ample et dynamique, mais forcément un peu moins spectaculaire.

Du côté des bonus, le coffret édité par 20th Century Fox nous propose tout d’abord de nous plonger dans deux commentaires audio : ceux de Carol Banker (réalisatrice) et Gabe Rotter (scénariste) sur l’épisode 6, Le retour du monstre (que l’on tient pourtant pour l’un des plus faibles de la saison), ainsi que ceux de Chris Carter (créateur du show / réalisateur / scénariste), Craig Wrobleski (directeur photo) et Eleanor Infante (monteuse) sur l’épisode 10, La vérité est ailleurs, 4ème partie. Très techniques, les commentaires de Chris Carter et sa clique sont cependant intéressants – à ne pas manquer si vous y avez loupé les premiers pas en tant qu’actrice de West Duchovny, la fille de David… On continuera ensuite avec une courte featurette sur le tournage « écoresponsable » du show, qui fait écho au même genre de sujet que l’on avait déjà pu suivre au cœur du coffret de la dixième saison. Plus intéressante est la discussion avec David Duchovny et Gillian Anderson, qui permettra aux fans des deux acteurs de constater qu’ils n’ont pas perdu leur sens de l’humour. En un peu moins d’un quart d’heure, ils évoquent une belle quantité de sujets, leur âge et le temps qui passe étant au centre de beaucoup de leurs réflexions. On prolongera le plaisir avec un focus tout particulier sur le personnage de , et sur l’importance qu’il a pu avoir concernant la sacro-sainte « place de la femme » dans le petit monde de la série américaine. Un personnage éloigné des stéréotypes en vigueur à la création du show en 1993… Pour mémoire, Chris Carter avait du batailler sévère afin d’imposer Gillian Anderson à la production, qui aurait préféré opter pour une blonde longiligne. On y apprend également que Gillian Anderson a son étoile sur le « Hollywood Walk of Fame » depuis janvier 2018 – David Duchovny a quant à lui connu cet honneur deux ans auparavant.

Mais ce n’est pas tout – au contraire, puisque c’est ensuite un making of de la saison 11 qui nous attend, nous donnant la possibilité de nous plonger pendant 50 minutes au cœur de la genèse et du tournage de cette saison. Rien n’est laissé de côté, du processus d’écriture au tournage, en passant par les différentes thématiques (la mémoire, la relation Scully / William…) ou par les effets spéciaux, notamment sur l’épisode 4, L’effet Reggie, qui est, on le rappelle pour ceux qui n’auraient pas suivi, le plus marrant de la saison. Et puisqu’on en est à rire, on embrayera ensuite avec le classique bêtisier, qui laisse deviner une ambiance de tournage assez relax et détendue (quand on peut se permettre de faire des blagues à base de vibromasseurs, c’est que tout va bien, non ?).

Last but not least, on terminera avec un sujet en forme de « rétrospective » consacrée aux 25 ans de X-Files – Aux frontières du réel. Un sujet jouant forcément sur la corde de la nostalgie, mais dressant finalement en environ 45 minutes un portrait assez juste et souvent passionnant de la série. Même si beaucoup des anecdotes qui y sont racontées sont connues des fans de la série et furent largement dispensées au sein des coffrets DVD sortis ces vingt dernières années, ce documentaire a le mérite de proposer un regard différent sur la naissance et l’évolution du show, avec tout le recul temporel nécessaire. Au total ce sont donc plus de trois heures de suppléments que l’on trouvera au cœur de ce coffret X-Files – Saison 11 : une sacrée valeur ajoutée à une saison / série de toute façon indispensable !

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles