Test Blu-ray : L’homme aux poings de fer 2

0
184

L’homme aux poings de fer 2


États-Unis : 2015
Titre original : The man with the iron fists 2
Réalisateur :
Scénario : John Jarrell,
Acteurs : RZA, Schnitrnunt Busarakamwong,
Éditeur :
Durée : 1h30
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 2 juin 2015

 

 

Chine – 19ème siècle. Thaddeus, blessé, est recueilli par un couple de mineurs chinois. Mais une fois guéri, un conflit opposant les villageois, guerriers et autres mercenaires éclate…

 

 

Le film

[3/5]

Roel Reiné a un parcours de cinéaste vraiment atypique. Après avoir oeuvré aux Pays-Bas en tant que réalisateur de TV pendant presque 15 ans, le bonhomme s’expatrie et signe à son arrivée aux États-Unis en 2009 le très intéressant Primal, resucée de Predator plutôt bien foutue et techniquement assez bluffante. Depuis, le lascar s’est fait une renommée en signant de nombreuses suites pour le marché du « direct to video » d’action, tendance bourrin : The marine 2, Death race 2 et 3, 12 rounds 2, Le roi scorpion 3, En territoire ennemi 4… Reiné tourne vite et bien, il livre des produits carrés, pile formatés pour un marché de la vidéo friand de sensations fortes. Souvent assez secs et brutaux, s’autorisant même quelques dérives dans le gore, ses films composent habilement avec leurs budgets étriqués, et proposent juste la petite touche de personnalité et d’inspiration nécessaire pour satisfaire les amateurs, en se démarquant du tout venant des « yes man » aux noms interchangeables.

Il n’est donc point étonnant que RZA se soit tourné vers lui pour signer la suite de son Homme aux poings de fer. Bercé aux films de la Shaw Brothers depuis sa plus tendre enfance, au point de devenir littéralement obsédé par ce genre cinématographique (avec ses potes rappeurs au sein du Wu-Tang Clan, ils étaient tous fans de films d’arts martiaux Hong-Kongais), RZA est un amoureux du genre, et ne cherche pas à l’anoblir ou à « l’élever » comme aurait pu le faire un Tarantino : son idée est d’avantage de retrouver l’essence des bandes d’arts martiaux cheapos et pas toujours très bien torchées qu’il dévorait dans sa jeunesse. Aussi L’homme aux poings de fer 2 suit-il une intrigue linéaire et relativement « cliché », dans le plus pur style des films d’exploitation des années 70. Roel Reiné était donc bien l’homme de la situation.

En l’état, L’homme aux poings de fer 2 est donc le parfait petit film d’exploitation, pensé et réalisé pour passer du bon temps entre amis devant une pizza ou autres substances. Un peu lent à démarrer peut-être, le film se rattrape aisément dans son dernier tiers, riche en outrances volontiers débiloïdes et fun. On attend maintenant la suite des aventures du forgeron aux poings de fer, en espérant que la franchise conserve cet esprit fun au fil des films.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Le Blu-ray édité par Universal Pictures Vidéo nous propose une expérience visuelle et sonore tout à fait recommandable. Définition, piqué, couleurs et contrastes sont au taquet, et l’image s’avère très satisfaisante, il n’y a rien à redire. Côté son, et comme d’hab avec cet éditeur, seule la VO est proposée dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 explosif et ultra-dynamique (le film est d’ailleurs, et de façon finalement assez surprenante, suffisamment généreux en action pour solliciter de façon régulière le caisson de basses), tandis que la VF doit se contenter d’un « simple » encodage en DTS 5.1, certes efficace mais ne pouvant tenir la comparaison avec son ainé en HD.

Rayon suppléments, on ne trouvera, on suivra avec attention le commentaire audio de Roel Reiné (sous-titré), au cours duquel le réalisateur revient sur certains points techniques très précis, notamment sur l’utilisation de telle ou telle caméra. Certains passages ne font que paraphraser le film, mais l’ensemble est bien mené et riche en anecdotes et éclaircissements amusants. Certains propos s’avèrent redondants avec ceux abordés durant le court making of du film, laissant également la parole aux acteurs, et notamment à RZA. On trouvera également une poignée de scènes coupées, dont beaucoup concernent le personnage de Cha Pow (pointu), réduit à sa portion congrue dans le montage final.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici