Test Blu-ray : La dernière reine

0
741

La dernière reine

Algérie, France: 2022
Titre original : –
Réalisation : Damien Ounouri, Adila Bendimerad
Scénario : Damien Ounouri, Adila Bendimerad
Interprètes : Adila Bendimerad, Dali Benssalah, Mohamed Tahar Zaoui, Nadia Tereszkiewicz
Éditeur : Jour2fête
Durée : 1h53
Genre : Drame, historique
Date de sortie cinéma : 19 avril 2023
Date de sortie DVD/BR : 22 août 2023

Algérie, 1516. Le pirate Aroudj Barberousse libère Alger de la tyrannie des Espagnols et prend le pouvoir sur le royaume. Selon la rumeur, il aurait assassiné le roi Salim Toumi, malgré leur alliance. Contre toute attente, une femme va lui tenir tête : la reine Zaphira. Entre histoire et légende, le parcours de cette femme raconte un combat, des bouleversements personnels et politiques endurés pour le bien d’Alger.

Le film

[4/5]

La reine Zaphira a-t-elle vraiment existé et fut elle au début du 16ème siècle l’épouse, ou, plutôt, l’une des épouse du roi Salim Touni qui régnait alors sur Alger, ou bien est-elle l’ « invention » de Jacques Philippe Laugier de Tassy, chancelier du consulat français à Alger en 1717-1718, qui fut, en 1725, le premier à rapporter les évènements de la vie de Zaphira dans son « Histoire du royaume d’Alger » ? Damien Ounouri et Adila Bendimerad, en tout cas, ont choisi de croire en son existence et ont scénarisé et réalisé ensemble ce film, La dernière reine, qui raconte à sa façon la dernière année, 1516, de l’existence de Zaphira. Une dernière année marquée par l’arrivée à Alger du corsaire Aroudj, un des frères Barberousse, venu pour libérer la ville des espagnols qui asphyxiaient Alger depuis 6 ans en contrôlant son port, mais qui avait manifestement d’autres idées en tête. Dans le film, le fait de prendre le pouvoir à Alger après s’être débarrassé de Salim Touni et épouser sa veuve Zaphira sont les deux principales de ces idées. Sauf que Zaphira, qui était profondément amoureuse de Salim Touni, ne l’entendait pas du tout de cette oreille.

En fait, La dernière reine s’avère être bien plus qu’un bon et beau film de pur divertissement avec ses scènes de bataille, ses intrigues de palais et sa peinture des relations amoureuses, c’est aussi un film qui cherchait à montrer et qui montre que l’Algérie a bel et bien eu une histoire, avec un grand H, avant la colonisation et que les femmes y ont joué un rôle particulièrement important. Bien que l’action se déroule en 1516, le film, sans aucune lourdeur ostentatoire, s’avère très contemporain dans son discours qui fustige toutes les formes d’occupation et de contrainte, que ce soit les occupations coloniales ou les contraintes exercées par les hommes sur les femmes. Premier film algérien de ce genre, La dernière reine a fait l’objet d’un beau travail sur les costumes ainsi que sur les langues utilisées en Algérie. Le rôle de Zaphira est remarquablement interprété par Adila Bendimerad, coréalisatrice du film, une comédienne algérienne qu’on avait découverte dans Les terrasses de Merzak Allouache, celui de Barberousse étant interprété par le comédien franco-algérien Dali Benssalah qu’on voit de plus en plus souvent dans des films hexagonaux, Je verrai toujours vos visages et La ligne étant les plus récents. Quant à l’interprète d’Astrid, une scandinave convertie à l’Islam, il s’agit de Nadia Tereszkiewicz, la comédienne que Valeria Bruni Tedeschi a choisie pour la représenter, sous le prénom de Stella, dans Les amandiers.


Le Blu-ray

[4/5]

Les 75 000 spectateurs recensés lors du passage de La dernière reine dans les salles hexagonales ont sans doute incité Jour2fête à sortir le film en Blu-ray tout autant qu’en DVD. Etant donnée la splendeur des costumes, confectionnés dans la Kasbah d’Alger sous la direction de Jean-Marc Mireté, étant donnée la beauté des images confectionnées par Shadi Chaaban, on ne peut que s’en féliciter : concernant les images, le résultat obtenu lors de ce transfert sur galette est une totale réussite. Quant au son, disponible en 2.0 et en 5.1, la spatialisation est excellente. Pas de version française pour ce film (On osera dire : tant mieux !) et 3 choix pour le sous-titrage : français, anglais et … absence de sous-titres.

Ce sont 4 bonus qui viennent s’ajouter au film sur ce Blu-ray. En effet, pour une fois, nous parlerons de la bande-annonce car il s’agit là d’une bande-annonce tout à fait spéciale, avec l’écran partagé en 2 paries égales : en bas, les images du film ; en haut, un story-board que l’on doit à l’artiste algérien Mahrez Si-Saber. Par ailleurs, une interview de 20 minutes de Damien Ounouri et de Adila Bendimerad, ayant pour titre « Alger la reine », permet au réalisateur et à la réalisatrice de La dernière reine de fournir de nombreux détails concernant la genèse et les interprètes de leur film ainsi que ce qu’ils avaient en tête en le réalisant. Autre supplément, un making-of de 5 minutes consacré aux effets spéciaux. Quant au 4ème supplément, il s’agit de Kindil El Bahr, un moyen métrage de 2016 réalisé par le seul   Damien Ounouri mais avec Adila Bendimerad comme coscénariste, un film présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes 2016 sur le lynchage à mort d’une jeune mère de famille lors d’une baignade au large et les suites que la plage a connues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici