Accueil Tags Takashi Shimura

Tag: Takashi Shimura

Critique : L’ange ivre (1948) / Chien enragé (1949)

0
Souvent cité pour ses films de sabres japonais, Kurosawa aura pourtant marqué le début de sa collaboration légendaire avec Mifune au détour du film noir. Libéré des contraintes étatiques et de la censure gouvernementale, le polar servira d’écrin à la frontalité de son discours servi par le jeu naturel d’un Mifune transcendant d’authenticité. Il considère à juste titre L’ange ivre comme son véritable premier film personnel, et ce même si La légende du grand judo est considéré comme son premier coup de maître. On rappellera que le contexte politique de l’époque ne permettait quasiment aucune latitude discursive pour les réalisateurs qui se devaient de proposer des films avant tout nationalistes.. Cette aisance générique se confirmera par la réalisation quasi-successive de Chien enragé

Test Blu-ray : Les salauds dorment en paix

0
Les salauds dorment en paix et les héros ont le sommeil fragilisé par le poids de la culpabilité, de la difficulté de mener à bien la lutte pour une certaine idée de la justice. Contraints de manipuler et de cacher certaines vérités pour faire exploser la vérité, ils sont contraints de se salir mais sont victimes de leurs mansuétudes. Les éléments plus sombres sont aggravés par l’apparente légèreté du ton dans les rapports entre certains des personnages, perdus par leurs actes de générosité. Beaucoup d’humour dans ce film noir qui annonce les polars paranoïaques à l’américaine et où on joue avec les fantômes. Ceux qui sont morts et ceux qui ne le sont pas vraiment pèsent sur cette histoire au rythme haletant. La mémoire de la guerre sous-tend les motivations de ceux qui luttent pour la justice dans un monde corrompu. Une critique forte des réflexes de servilité et de l’esprit de sacrifice absurde dans la communauté japonaise entre cadres et employés, qui n’hésitent pas à toutes les pratiques pour arriver à leurs fins et cacher leurs méfaits, y compris en utilisant leurs proches.

Critique : Les Salauds dorment en paix

2
Pas de doute, pas d'incertitude : Akira Kurosawa est l'un des plus grands réalisateurs de l'Histoire du cinéma. C'est à vérifier cette semaine au Champo à Paris. Certaines de ses pièces maîtresses seront projetées (Yojimbo, Le Château de l'Araignée) mais aussi de belles pépites qui devraient l'être comme cette très libre variation de la pièce Hamlet. À voir ce samedi 12 mars à 16h10 et 21h10.

Test Blu-ray : Godzilla (1954)

0
Réponse tardive et conscientisée au King Kong américain de Cooper et Schoedsack (1933), Godzilla nait des plaies d'un pays ravagé par les bombes nucléaires lâchées sur Hiroshima et Nagasaki (1945) et incarne à lui seul, à l'aide d'un type en costume de lézard écrasant des maquettes Tokyoïtes, le péril atomique. Sérieux, solennel, le film de Honda tente d'éveiller les consciences et met sur la table un dilemme moral quant à la course au nucléaire