Accueil Tags Jonathan Goldstein

Tag: Jonathan Goldstein

Test Blu-ray : Game night

0
On a déjà évoqué dans la section vidéo tout le bien que l'on pense du cinéma de John Francis Daley et Jonathan Goldstein, scénaristes doués ayant mélangés leurs mojos respectifs afin de passer derrière la caméra et de nous livrer courant 2015 l'une des comédies américaines les plus énormes de ces dernières années avec le formidable Vive les vacances, remake/reboot d'une franchise paresseuse des années 80 que les duettistes avaient littéralement atomisé, explosant au passage nos zygomatiques, qui ne s'en sont d'ailleurs toujours pas réellement remis.

Test Blu-ray : Spider-Man – Homecoming

0
On retrouve dans Spider-Man : Homecoming une qualité rare, qui était pendant une période assez longue, en gros à quelques années près la première décennie du siècle, la chasse gardée quasiment exclusive des productions Pixar. En plus de leur savoir-faire technique, ces dernières avaient le don – hélas perdu depuis au fil des suites au mode opératoire répétitif – d’incorporer dans leurs intrigues un nombre conséquent de références à l’état d’esprit actuel des civilisations occidentales, leur permettant de préserver une incroyable fraîcheur de ton de Toy Story jusqu’à Wall-E. Malgré un scénario aux multiples auteurs, les sixièmes aventures de Spider-Man en quinze ans adoptent d’une seule voix une ligne de conduite similaire, en ce qu’elles déplacent la source de l’étonnement dû à l’existence des personnages extraordinaires vers un mode de lecture, où les super-héros sont presque perçus tels des hommes comme les autres. Cette banalisation généralisée de la cause des Avengers et apparentés va de pair avec justement la difficulté de se faire un nom au sein du spectre de la perception publique, qui considère ces sauveurs caricaturaux de l’humanité comme des vedettes populaires interchangeables à volonté. Le récit répond à cette perte irrémédiable de l’admiration sans partage avec quelques piques savoureuses, véhiculées autant par l’attitude vexée car frustrée de Spider-Man version gamin que par les apparitions épisodiques de Captain America, réduit à un emploi bêtement pédagogique et sans doute jamais plus hilarant que lors de l’indispensable mini-séquence à la fin du générique.