Accueil Tags Guy Marchand

Tag: Guy Marchand

Test Blu-ray : Ripoux contre Ripoux

0
Ripoux contre Ripoux ne reprend pas tout à fait là où l’on s’était arrêté – comme un enfant en train de jouer au gendarme et au voleur, Claude Zidi adresse un clin d’œil au spectateur : on « disait que » les deux personnages du film n’avaient pas quitté la police.

Test Blu-ray : L’hôtel de la plage

2
Deux ans à peine après le carton À nous les petites anglaises, Michel Lang prenait le parti d’emmener une joyeuse bande de comédiens en vacances à Locquirec, dans le Finistère, à l’occasion du tournage de L'hôtel de la plage.

Vu sur OCS : Tendre poulet

0
Ça commence comme une comédie romantique au fort accent burlesque. Un homme et une femme se rencontrent, tout à fait par accident, puisque elle, en voiture, a failli le renverser, en mobylette, sur un carrefour dont la circulation était vaguement ordonnée par des feux.

Test Blu-ray : Les sous-doués en vacances

0
Les sous-doués en vacances fait partie de ces petits plaisirs complètement désuets qui essaient, le plus souvent en vain, de vous faire rire, mais qui font preuve d’une telle énergie pour brasser du vide qu’elles en deviennent immédiatement attachantes. Développant avec plus ou moins d'inspiration un scénario-prétexte propre à enchaîner les gags plus ou moins stupides / plus ou moins efficaces

Test DVD : Convoi exceptionnel

0
Depuis une trentaine d'années, et alors que les films de Bertrand Blier s'espacent de plus en plus dans le temps, il semble qu'un certain consensus critique se soit créé autour de chacun des nouveaux films du papa des Valseuses.

Test DVD : Ôtez-moi d’un doute

0
Un film drôle et émouvant, à voir et à revoir.

Albi 2017 : Ôtez-moi d’un doute (Deuxième avis)

0
Qu'est-ce qui définit la paternité de nos jours, où les familles recomposées sont la norme et où les dispositifs pour se créer des repères de substitution pullulent ? A cette question, vieille comme le monde, Ôtez-moi d'un doute ne cherche point à apporter une réponse définitive. Cette comédie franco-belge insiste au contraire sur la pluralité des conceptions de ce qui fait un bon père, laissant de surcroît une place de choix à une intrigue romantique en parallèle, qui se démarque par la même fraîcheur de ton que le reste du récit.

Critique : Otez-moi d’un doute

1
Un film à la fois drôle et émouvant, le genre de film pour lequel on a envie d'écrire : "si vous n'allez qu'une fois au cinéma cette année, allez voir "Otez-moi d'un doute" !"

Test DVD : Hibou

0
Comme il semble loin, le temps où la simple évocation des noms d’Éric et Ramzy suffisait à réunir des millions de spectateurs dans les salles de cinéma. Entre 2001 et 2004, près de deux millions de spectateurs s'étaient déplacés à trois reprises pour rire à gorge déployée devant La tour Montparnasse infernale, Double zéro et Les Dalton. Si ces films sont très loin d’être les meilleurs de leur filmographie en commun, le public répondait présent : c'était ce qu'on appellera « l’âge d’or » d’Éric et Ramzy. Passée cette période bénie, les deux lascars ont réussi avec Seuls two (2008) et Halal police d'état (2011) à frôler le million d'entrées, et leurs plus mauvais scores au box-office plafonnaient respectivement à 300.000 (Steak, 2007) et 350.000 (La tour 2 contrôle infernale, 2016).

Test Blu-ray : Mortelle randonnée

0
S’il est probablement le film que Claude Miller aimait le moins au sein de sa filmographie, Mortelle randonnée constitue un « lien » indispensable entre deux pans de son œuvre, un trait d’union réunissant au cœur d’un polar surréaliste d’une richesse incroyable une partie des acteurs qui peuplaient ses premiers films (Patrick Bouchitey, Michel Such), se mêlant à la « bande » créée autour de Garde à vue (Michel Audiard, Michel Serrault, Guy Marchand). C’est également le film qui a fait prendre conscience à Miller de la direction qu’il désirait réellement faire prendre à sa carrière – après les expérimentations formelles pratiquées sur ce film, on ne trouvera plus dans sa filmographie de traces de ce genre de photographie léchée et de plans composés avec un soin maniaque par le chef opérateur Pierre Lhomme pour flatter les pupilles du spectateur.

Test DVD : L’Art de la Fugue

0
L'Art de la Fugue est ce qu'on appelle un film choral, même si un des personnages est davantage présent que les nombreux autres qui gravitent autour de lui. Ce personnage s'appelle Antoine, il est le cadet d'une fratrie de trois frères, il est homosexuel. Plus âgé que lui : Gérard ; plus jeune : Louis. Tous les 3 sont en couple, avec des fortunes ou des envies diverses.

Critique : L’Art de la fugue

0
Le cinéma choral à la française, contrairement à celui de nos voisins italiens, est souvent redoutable, ne citons que ceux de Danièle Thompson (Le Code a changé notamment, un sommet du genre) qui ne sont pas les pires pourtant comme peuvent en témoigner les spectateurs de Sous les jupes des filles d'Audrey Dana...