Mysterious skin

1
445
Photos du film Mysterious skin avec Joseph Gordon Levitt, Brady Corbet

L'affiche de Mysterious skin avec Joseph Gordon Levitt, Brady CorbetMysterious skin

USA : 2004
Titre original : Mysterious skin
Réalisateur : Gregg Akari
Scénario : Gregg Akari
Acteurs : Joseph Gordon Levitt, Brady Corbet, Michelle Trachtenberg
Distribution : MK2 Distribution
Durée : 1h40
Genre : Drame
Date de sortie : 30 mars 2005

Globale : [rating:5][five-star-rating]

Mysterious Skin est l’adaptation cinématographique du livre du même nom de Scott Heim. Il est réalisé par Gregg Akari, aussi scénariste, producteur et directeur de la photographie, connu pour ses films déjantées (le plus récent étant Kaboom, sorti en 2010). Interdit aux moins de 16 ans à sa sortie, Mysterious Skin nous plonge dans l’enfance traumatisée de deux enfants en quête de réponses.

Synopsis : A huit ans, Brian Lackey, jeune joueur de base-ball timide, se réveille dans la cave de sa maison, le nez en sang, incapable d’expliquer ce qui a pu lui arriver. Après cet incident, il est victime de saignements de nez, d’évanouissements inexpliqués et de cauchemars où il y voit un autre garçon, Neil Mc Cormick, qui pourrait avoir la clé de l’énigme. Les années passent et Brian se met à croire qu’il a été enlevé par des extraterrestres. Il décide de retrouver Neil. Celui-ci, traumatisé par la relation qu’il a eu avec son coach de base-ball lorsqu’il avait huit ans, est devenu un petit voyou au physique irréprochable, jouant de ses charmes pour gagner de l’argent. Une fois retrouvé, Brian tente de résoudre le mystère qui semble les lier.

Photos du film Mysterious skin avec Joseph Gordon Levitt, Brady Corbet

Générations décalées

Dès les premières minutes du film, une ambiance étrangement malsaine s’impose pour ne plus nous quitter. De plus, la musique de Robin Guthrie et Harold Budd nous envahit d’une sensation insoutenable de mystère et d’émotions. L’un après l’autre, les deux adolescents se remémorent l’été 1981, époque où un drame a bouleversé leur existence à tout jamais. Un drame qui les lierait peut-être…

Malgré leur jeune âge de l’époque, on se rend vite compte qu’ils sont confrontés à un certain nombre de choses qu’ils ne sont pas censés vivre ou voir ; Brian retrouvé le nez en sang dans la cave de sa propre maison sans aucun souvenir de ce qui a pu lui arriver, Neil se masturbant en observant sa mère et sa conquête du moment en plein préliminaires, son coup de foudre pour son coach de base-ball ainsi que son semblant d’histoire d’amour avec ce dernier… tout cela nous laisse perplexe et surtout nous met aussi très mal à l’aise quant à ces situations peu communes. Il y a un immense décalage entre le monde de l’enfance et les sujets qui y sont évoquées.

Le film contient plusieurs scènes violentes et choquantes, à l’image d’un monde où animosité et dangerosité gouvernent les agissements d’individus détraqués. Néanmoins, sans utiliser la moindre image pornographique, les scènes restent suggestives et évocatrices, témoignant de l’agressivité des actes. Celles- ci sont surtout présentes lorsque l’on observe avec compassion la vie de Neil, devenu une machine sexuelle pour hommes mûrs. Des scènes plus dures les unes que les autres. Je retiendrai d’abord sa rencontre avec un homme malade, où l’on se sentira soudain comme dévasté mais surtout la scène de cette passe qui tourne au viol baignant dans une violence sans nom et laissant Neil le visage ensanglanté et meurtri.

Autre élément dérangeant, l’image des deux enfants tant sublimée de façon à faire ressortir au maximum leur innocence et leur pureté, pourtant salie par le regard malsain de leur coach sportif qui prendra un plaisir enfantin à les attirer dans un gouffre d’initiations morbides. Des interrogations se posent quant au comportement de Neil après ces aventures insalubres. On se souviendra notamment à Halloween lorsque, avec la complicité de Wendy, sa meilleure amie, il agresse un autre enfant en lui plaçant des fusées d’artifices dans la bouche avant de les faire exploser et, afin de ne pas « se faire cafter », choisit de lui montrer « ce que son coach lui a enseigné ». Une perversité cruelle et gênante qui laisse place à l’incompréhension.

Photo du film Mysterious skin avec Joseph Gordon Levitt, Brady Corbet

Deux personnalités, un lien

Lorsque l’on suit les histoires de Brian et Neil, on peut aisément en conclure qu’ils n’ont rien en communs et cela se voit autant sur le plan physique que sur le plan mental. Mais tous deux ont un lien mais ont choisit de vivre ce drame d’une manière différente : Brian, le blond à l’image d’élève modèle, timide, solitaire et asexué décide d’oublier son passé et vit reclus dans la solitude et se persuade d’une autre réalité en prétendant avoir été enlevé par les extraterrestres ; Neil, le brun à la beauté du diable, déjanté et un brin insolent, choisit de se venger de l’homme qui lui a volé son enfance en offrant du plaisir contre quelques liasses de billets.

Mais malgré leurs personnalités radicalement différentes, tous eux sont à la recherche d’une même chose : la quiétude. Témoins de fragments d’enfance, de souvenirs flous d’une jeunesse détruite, nous suivons l’errance de ces personnages attachants dans leur quête vers la paix.

Au cours de leur quête, chacun rencontre des personnes au passé peu ordinaire. Alors que Neil quitte l’Arkansas pour rejoindre Wendy à New York tout en continuant à vendre ses charmes à de parfaits inconnus, Brian, lui, va rencontrer une jeune femme témoignant avoir été enlevée, elle aussi, par des extraterrestres. Une rencontre pour le moins surprenante mais qui se révélera utile puisque c’est grâce à elle et à Éric, un ami proche de Neil également homosexuel, qu’il va réussir à se concentrer sur sa rencontre avec celui à qui il est lié.

Quant au thème de la pédophilie qui est tout de même le thème de fond de l’histoire, il est traité tantôt avec subtilité, tantôt avec violence et immoralité. Cela dit, la relation établie entre Neil et son entraîneur cet été 1981 reste, pour moi, un mystère. On a alors, comme une superposition de sentiments face à cette relation : un sentiment d’amusement et d’amitié ; ils passent de bons moments ensemble, à jouer à des jeux vidéos « super cool », à aller au cinéma voir des films gores et à manger des confiseries, issus dans placards remplis du coach. A première vue, on n’y fera peut-être pas attention, mais après une deuxième vision du film, on peut s’apercevoir qu’il y a peut-être quelque chose de louche. Autre sentiment, l’indifférence. A la suite du premier rapport sexuel avec son entraîneur, Neil ne semble pas traumatisé. Au contraire, il va même renouveler ses expériences avec son « premier amour » (on l’apprend lorsque Éric écoute la cassette audio enregistrée par le coach et Neil au début du film). Tout cela nous laisse donc un peu perplexe et très inquiet sur la nature des sentiments de Neil à l’égard de l’adulte et ce n’est qu’à la fin du film où l’on découvre vraiment la culpabilité, le regret et la tristesse de Neil, sentiments qu’il avait tenté de camoufler jusque là.

Images du film Mysterious skin avec Joseph Gordon Levitt, Brady Corbet

Des interprétations extraordinaires

Chacun des personnages a son charme et quelque chose de particulièrement attachant. Mais j’attribue tout de même ma médailles d’honneur aux exceptionnels Joseph Gordon-Levitt et Brady Corbet pour leur interprétation tout à fait époustouflante. Il dégage des personnages de Neil et Brian une immense sensibilité en même temps qu’une tristesse infinie, ce qui nous laisse compatissants et émus.

Lorsqu’ils se retrouvent enfin le jour de Noël, Neil révèle à Brian ce qui s’est passé durant cette période sombre. Et c’est le moment où l’on se retrouve définitivement désemparé quant à la barbarie des propos . De son discours ressort la brutalité des faits, mais aussi une étrange beauté, celle de deux adolescents brisés qui se retrouvent dans le souvenir d’un même drame et qui nous fera verser quelques larmes.

Résumé

Choquant et émouvant à la fois, Mysterious Skin est un film brutal qui nous plonge dans le monde malsain de la pédophilie et de ses conséquences sur les victimes. Une histoire émouvante, interprétée par des acteurs hors du commun. Selon moi, le film le plus touchant que je n’ai jamais vu !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=5Lp5v4oQZRw[/youtube]

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici