Animation Critiques de films — 15 février 2012
Le Jardinier qui voulait être Roi

Tchèque : 2011
Titre original : ,
Réalisateur : ,
Scénario : David Sukup, Kristina Dufková
Acteurs :
Distribution : MAUR Film
Durée : 1h05
Genre : Animation
Date de sortie : 15 février 2012

Globale : [rating:3.5][five-star-rating]

Le jardinier qui voulait être roi est un programme jeune public, constitué de deux courts- métrages : La raison et la chance et L’histoire du chapeau à plume de geai. D’origine tchèque, les réalisateurs se sont servis de diverses techniques d’animation avec en vedette des marionnettes en pâte à modeler

Le Jardinier qui voulait être Roi photo du film

La raison et la chance, réalisé par David Súkup

Synopsis : M. Raison et M. Chance se croisent sur un pont. Ne voulant pas se céder le passage, ils finissent par se disputer. Finalement, M. Raison le laisse passer en premier mais affirme tout de suite que l’on ne peut pas vivre sans lui… Ce qui ne laisse pas Chance indifférent. Ils se lancent alors un défi : M. Raison va entrer dans la tête d’un éleveur de cochon pour l’aider à réussir dans la vie… Mais, peut-on vraiment vivre sans chance ?

Ce court-métrage est un conte quasiment philosophique, à savoir qui de la chance ou la raison gagne ? Le récit amène cette réflexion de manière ludique et plaisante. Le discours s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes de manière intelligente, abordant les thèmes de la volonté, du libre-arbitre, de l’ambition, de l’amour (et de la sexualité).

Le film a été développé en 3D, permettant de faire ressortir d’autant plus les volumes de la pâte à modeler. C’est le premier film d’animation tchèque faisant appel à cette technique. L’esthétique du film n’en est que plus embellie mais le relief n’amène, comme souvent, rien de plus à l’histoire.

L’histoire du chapeau à plume de geai, réalisé par Vlasta Pospišilová

Synopsis : Le vieux roi avait trois fils, auxquels il confia la mission de ramener un chapeau qu’il oublia des années auparavant dans une auberge des Terres Lointaines : celui qui lui ramènera son chapeau sera couronné roi !

Le réalisateur a choisi de travailler avec différentes techniques : dessins, pâte à modeler, 3D, images d’archives… Certes, cela permet d’aborder les techniques du cinéma d’animation avec les plus jeunes et le travail autour des images en prises de vues réelles permet d’aborder le détournement des images et ceux qu’on peut leur faire dire. Néanmoins, cela crée un pot-pourri multi-techniques assez décevant. L’histoire est construite autour d’un récit initiatique segmenté en 2 parties : la quête du chapeau et la vie du roi fou du volant. La structure globale manque de liant et d’une continuité narrative.

Afin de pouvoir former la paire avec le court-métrage précédent, celui-ci a également bénéficié de la 3D mais cette fois-ci après fabrication (donc une 3D gonflée). Le rendu final est mal élaboré, donne mal aux yeux (du même genre que la pub Oasis) et vraiment inutile, dans le sens où cette fois, on peut regarder le film sans les lunettes, le flou généré par le procédé n’étant pas très prononcé.

Résumé

Le jardinier qui voulait devenir roi est un programme jeune public original qui se démarque assez clairement par son discours et parfois sa forme, de ce que peut proposer l’animation française, américaine ou anglaise. Le ton est assez drôle et parfois osé, permettant de découvrir une culture et un cinéma différent.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=885sadviadI[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Laurie

Cet article a été rédigé par Laurie Villenave, Rédactrice de Critique Film.