Critique : Le Havre

1
342
Photo du film Le Havre de Aki Kaurismäki

L'affiche du film Le Havre de Aki Kaurismaki

France, Allemagne, Finlande : 2011
Titre original :
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Pyramide Distribution
Durée : 1h33
Genre : Drame
Date de sortie : 21 décembre 2011

5/5

Si vous n’avez pas été au cinéma en 2011, ce n’est pas grave, le seul film de l’année qui compte vient de sortir sur les écrans et il s’appelle .

Synopsis : Marcel Marx, ex-écrivain et bohème renommé, s’est exilé volontairement dans la ville portuaire du Havre où son métier honorable mais non rémunérateur de cireur de chaussures lui donne le sentiment d’être plus proche du peuple en le servant. Il a fait le deuil de son ambition littéraire et mène une vie satisfaisante dans le triangle constitué par le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty, quand le destin met brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d’Afrique noire.

Quand au même moment, Arletty tombe gravement malade et doit s’aliter, Marcel doit à nouveau combattre le mur froid de l’indifférence humaine avec pour seules armes, son optimisme inné et la solidarité têtue des habitants de son quartier. Il affronte la mécanique aveugle d’un Etat de droit occidental, représenté par l’étau de la police qui se resserre de plus en plus sur le jeune garçon réfugié. Il est temps pour Marcel de cirer ses chaussures et de montrer les dents.

Photo du film Le Havre de Aki Kaurismäki

On est un peu hors du temps (mobilier, téléphones, voitures, chansons de Damia, chansons de Little Bob sont ceux des années 30, 50, 60 et 70) et pourtant on est totalement plongé dans notre aujourd’hui. Il faut voir le travail des couleurs, à la fois évident et subtil. Tout le film baigne essentiellement dans deux couleurs maîtresses : un bleu – vert et un rouge – ocre, que l’on retrouve dans les décors, les peintures des murs, le mobilier, les habits de Marcel comme peut-être une résonance aux couleurs du Havre, bassins bleutés dans un crépuscule illuminé du flamboiement des lumières du port. Elles donnent en tout cas une puissance incomparables aux images à la fois stylisées et finalement si réelles. C’est aussi les impers noirs du commissaire et clair du voisin qui dans leur opposition ne reflètent pas cependant le caractère stéréotypé que l’on pourrait leur porter spontanément.

, , Jean-Pierre Daroussin, Evelyne Didi, Jean-Pierre Léaud, Elina Salo, Quoc Dung Nguyen, Pierre Etaix, Roberto Piazza, François Monnie, Blondin Miguel portent le film avec le même décalage que les décors et pourtant là encore une vérité criante.

C’est un film d’émotion. On est pris à la gorge, comme rarement, quand la police ouvre le contenaire abritant les clandestins et que la caméra balaie les visages reflétant un fatalisme poignant, quand Marcel se rend à l’hôpital et voit la chambre de sa femme vide….. Et pourtant jamais Kaurismäki n’utilise les ficelles faciles du mélo, du misérabilisme et du lacrymal. C’est de l’art, du grand, de l’intelligence, de la finesse. C’est éblouissant. C’est lumineux.

Photo du film Le Havre de Aki Kaurismäki
dépeint sans misérabilisme un monde éprouvé par la crise, un monde de petits, mais un monde de dignité, un monde de respect, un monde de vrais valeurs, un monde d’humanité, un monde de confiance, un monde où la solidarité est une évidence, un monde où l’autre existe. C’est un cinéaste finlandais qui comprend aujourd’hui au mieux le cœur de notre société française.

Résumé

Quand on voit et que l’on a appris le jour même que l’insupportable couple Beckam vient de claquer 42 000 € pour décorer sa maison de Noël on est pris d’une irrépressible nausée………..

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WzKaJsF5Vqs[/youtube]

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici