La sélection du Festival de Locarno 2014

0
382

Surprise ! C’est Lucy, le nouveau long-métrage de Luc Besson avec Scarlett Johansson qui sera présenté en ouverture sur la Piazza Grande de la 67ème édition du Festival de Locarno en Suisse qui aura lieu cette année du 6 au 16 août prochain et qui est plus reconnu pour présenter des films d’auteur exigeants que des blockbusters, même si c’est aussi, parfois, un élément de sa programmation. Le film sort en salles en France le 6 août prochain.

lucy 05

Les jurys

Les derniers lauréats du Lion d’or à Venise (l’italien Gianfranco Rosi pour le documentaire Sacro GRA) et de l’Ours d’or à Berlin (le chinois Diao Yi’nan pour le film noir Black Coal) feront partie du jury du Concorso internazionale qui décernera le Pardo d’oro, le premier au poste de président. Il seront accompagnés des réalisateurs allemand Thomas Arslan (Gold) et des actrices brésilienne Alice Braga (La Cité de Dieu, Je suis une légende, Elysium) et danoise Connie Nielsen (Gladiator, Basic, Nymphomaniac).

JURY INTERNATIONAL 2

Le réalisateur syrien Ossama Mohammed (Eau argentée en sélection officielle hors-compétition lors du dernier Festival de Cannes) présidera le jury de la compétition Cinéastes du présent aux côtés de Thierry Jobin, directeur artistique du festival de Fribourg depuis 2010, Don McKellar, réalisateur (Last Day) et acteur (Exotica, Existenz) canadien, de l’actrice française Clémence Poésy (Jeanne captive) et de Mary Stephen, monteuse franco-hongkongaise des films de Eric Rohmer de La femme de l’aviateur en 1980 jusqu’aux Amours d’Astrée et de Céladon en 2007 dont le tournage est le sujet de Maestro de Lea Fazer qui sort le 23 juillet prochain.

Le jury des Pardi di domani (Léopards de demain) limités aux compétitions suisse et internationale de courts métrages sera présidé par l’acteur hollandais Rutger Hauer (Turkish Délices, Blade Runner, La Légende du saint buveur). Il sera accompagné de Helvécio Marins Jr, réalisateur et programmateur brésilien, du réalisateur espagnol Lois Patiño (primé aux Concorso Cineasti del presente en 2013 avec Costa da morte), du réalisateur ukrainien Myroslav Slaboshpytskiy (grand vainqueur de la Semaine de la critique 2014 avec le repoussant The Tribe) et de la réalisatrice suisse Nicole Vögele.

Le jury qui sera chargé de récompenser le meilleur premier film présenté dans les sections Compétition internationale Cinéastes du présent, Piazza Grande, Fuori concorso et Signs of Life sera décerné par les critiques et programmateurs Emmanuel Burdeau (France), Luciano Monteagudo (Argentine) et Andréa Picard (Canada).

 

La programmation

Compétition internationale
A Blast de Syllas Tzoumerkas (Grèce)
Alive de Park Jung-bum (Corée)
Cavalo Dinheiro de Pedro Costa (Portugal)
Cure – The Life Of Another d’Andrea Štaka (Suisse)
Dos Disparos de Martín Rejtman (Argentine)
Durak de Yury Bykov (Russie)
Fidelio, l’odyssée d’Alice de Lucie Borleteau (France)
Gyeongju de Jamie Seo (Corée)
La Princesa de Francia de Matías Piñeiro (Argentine)
La Sapienza d’Eugène Green (France) avec Fabrizio Rongione
L’Abri de Fernand Melgar (Suisse), documentaire
Listen up Philip d’Alex Ross Perry (Etats-Unis), avec Jason Schwartzman, Elisabeth Moss, Jonathan Pryce, Krysten Ritter et Josephin De la Baume
Mula Sa Kung Ano Ang Noon de Lav Diaz (Philippines)
Nuits Blanches sur la jetée de Paul Vecchiali (France), avec Pascal Cervo
Perfidia de Bonifacio Angius (Italie)
The Iron Ministry de J.P. Sniadecki (Etats-Unis)
Ventos de Agosto de Gabriel Mascaro (Brésil)

Cinéastes du présent
Buzzard de Joel Potrykus (Etats-Unis)
Christmas, Again de Charles Poekel (Etats-Unis)
Exit de Chienn Hsiang (Taiwan/Hong Kong)
Frère et soeur de Daniel Touati (France), documentaire
Hold your breath like a lover de Kohei Igarashi (Japon)
La Creazione di significato de Simone Rapisarda Casanova (Canada/Italie)
Lelaki Harapan Dunia de Liew Seng Tat (Malaisie)
Los Enemigos del dolor d’Arauco Hernández (Uruguay)
Los Hongos d’Oscar Ruiz Navia (Colombie)
Navajazo de Ricardo Silva (Mexique) avec Richard Lewis
Sae-Chul-Bal de Jang Woojin (Corée)
Songs from the north de Yoo Soon-Mi (Etats-Unis/Corée), documentaire
Sud Eau Nord Déplacer d’Antoine Boutet (France), documentaire
They chased me through Arizona de Matthias Huser (Suisse)
Un jeune poète de Damien Manivel (France)

Piazza Grande
A Hitman’s solitude before the shot de Florian Mischa Böder (Allemagne) avec Benno Fürmann
À la vie de Jean-Jacques Zilbermann (France) avec Julie Depardieu, Suzanne Clément, Johanna Ter Steege et Hippolyte Girardot
Dancing Arabs de Eran Riklis (Israel) avec Tawfeek Barhum, Yael Abecassis et Ali Suliman
Geronimo de Tony Gatlif (France) avec Céline Sallette
Le Guepard de Luchino Visconti (Palme d’or 1963) dans le cadre de la rétrospective Titanus
Hin und weg (Tour de Force) de Christian Zübert (Allemagne) avec Jürgen Vogel
The Hundred-Foot Journey de Lasse Hallström (Etats-Unis)
Land Ho! de Aaron Katz et Martha Stephens (Etats-Unis, Islande)
Love Island de Jasmila Žbanić (Croatie) avec Ariane Labed et Franco Nero
Lucy de Luc Besson (France)
Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris (France) avec Isabelle Carré
Pause de Mathieu Urfer (Suisse) avec Baptiste Gillieron, Julia Faure et André Wilms
Les Plages d’Agnès d’Agnès Varda
Schweizer Helden de Peter Luisi (Suisse)
Sils Maria d’Olivier Assayas (France) avec Juliette Binoche, Kristen Stewart et Chloë Grace Moretz

Les sélections compétitives sont surtout marquées par des noms à la renommée limitée même si certains sont déjà reconnus. Dans la compétition internationale, l’on retrouve le portugais Pedro Costa au cinéma rude, le fantasque Eugène Green aux dialogues chantants et appuyés, le russe Yury Bykov dont le film The Major avait été présenté à la Semaine de la Critique 2013, Fernand Melgar Léopard d’or en 2008 pour La Forteresse et revenu depuis pour Vol spécial, l’américain Alex Ross Perry, représentant talentueux du Mumblecore à qui l’on doit déjà The Color Wheel, Lav Diaz le philippin qui aime les films longs (4h10 pour Norte, présenté à Un Certain Regard en 2013 et étrangement inédit en salles, c’est vrai que ce n’est pas facile à distribuer…) ou encore Paul Vecchiali, 83 ans, déjà présent à Pantin en juin dernier pour un nouveau court-métrage. Dans la section Cinéastes du présent, Un jeune poète est le premier long de Damien Manivel, remarqué pour ses courts-métrages La Dame au chien en 2010 avec déjà Rémi Taffanel et Un dimanche matin en 2012.

« Il ne faut pas se contenter de plaire au public, mais aussi le bousculer, le surprendre » offre en notes d’intention Carlo Chatrian, directeur artistique pour la deuxième année consécutive. Il succédait à Olivier Père, très remarqué à ce poste.

FILS DE AFF

Signs of Life

Une nouvelle section consacrée aux nouvelles formes de narration, propose de découvrir un film par jour en parallèle aux séances de la Piazza Grande. Parmi les films choisis, Fils de est le troisième long-métrage non pornographique d’une figure libre du cinéma indépendant français, HPG, qui avait déjà réalisé On ne devrait pas exister et l’hilarant Les Mouvements du bassin. Dans ce nouveau film où apparaitront notamment Ludovic Berthillot (Le roi de l’évasion), Karina Testa et un certain 25cm (!), Hervé/HPG filme sa récente paternité et s’interroge sur ses responsabilités. Entre tournages X, préparation des biberons et discussions en famille, unse semaine tragi-comique dans la vie de HP.

Les autres films :
Al-Rakib Al-Khaled (The Immortal Sergent) de Ziad Kalthoum (Syrie), documentaire
Amori e metamorfosi de Yanira Yariv (France/Italie)
Antigona despierta (Antigone Awake) de Lupe Pérez García (Espagne)
Com os punhos cerrados (Clenched Fists) de Pedro Diogenes, Ricardo Pretti et Luiz Pretti (Brésil)
El escarabajo de oro (The Gold Bug) de Alejo Moguillansky et Fia-Stina Sandlund (Argentine)
Favula de Raul Perrone (Argentine)
Fort Buchanan de Benjamin Crotty (France/Tunisie) avec Andy Gillet et Mati Diop
Los Ausentes (The Absent) de Nicolás Pereda (Mexique)

Avec encore une section consacrée aux grands auteurs avec cette année une thématique sur le film essai avec les derniers films de Jean-Luc Godard (Adieu au langage) et de Jean-Marie Straub (A propos de Venise).

 

Les hommages

La réalisatrice française Agnès Varda recevra le Pardo d’onore pour l’ensemble de sa carrière et dans le cadre de cet hommage, le festival projettera Cléo de 5 à 7 (1962), Les Créatures (1966), Lions Love (…and Lies) (1969), Documenteur (1981), Sans toit ni loi (1985), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000) et Les Plages d’Agnès (2008), le court métrage Oncle Yanco (1967) ainsi que les cinq épisodes de la série réalisée pour la télévision Agnès de ci de là Varda (2011). Pas d’information quant à la diffusion de son petit hommage pour le Centenaire de la naissance de Henri Langlois où elle évoque un voyage vers la Bulgarie en compagnie du père de la Cinémathèque Française avec ses deux cravates.

agnes varda

Carlo Chatrian, Directeur artistique du Festival a déclaré être ‘ particulièrement heureux d’accueillir Agnès Varda à Locarno et de pouvoir ainsi reparcourir l’ensemble de sa carrière. Narratrice et témoin de son temps, elle a fait de la recherche linguistique et de la liberté formelle sa règle. Agnès Varda nous rappelle que le cinéma est un acte de création qui implique pleinement, tant sur le plan émotionnel que sur le plan politique, celui ou celle qui tient la caméra ou la dirige. ‘

Seront également honorés de trophées honorifiques le réalisateur espagnol Victor Erice (L’Esprit de la ruche), les comédiennes américaine Mia Farrow et française Juliette Binoche et les acteurs français Jean-Pierre Léaud (Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel) et Armin Mueller-Stahl (Music Box, Shine).

Le prix Raimondo Rezzonico créé en hommage à celui qui fut président du festival pendant vingt ans et décédé en 2002 et qui honore chaque année un producteur indépendant sera remis à la hong-kongaise Nansun Shi, qui a notamment fondé la Film Workshop avec Tsui Hark en 1984. On lui doit notamment la série des Il était une fois en Chine (1991-1997), Le syndicat du crime de John Woo ou Infernal Affairs d’Andrew Lau et Alan Mak. Elle succède notamment à Paulo Branco, Karl Baumgartner, Jeremy Thomas, Agat Films (Guédiguian et compagnie), Christine Vachon, Menahem Golan, Mike Medavoy, Arnon Milchan ou Margaret Ménégoz l’an dernier.

Nansun Shi (photo de Teo Keng Beng)
Nansun Shi (photo de Teo Keng Beng)

 

 

Le prix Vision sera remis à Garrett Brown, le créateur de la Steadicam qui fut honoré d’un Oscar honorifique en 1977 pour cette invention utilisée pour la première fois sur En route pour la gloire de Hal Ashby et magnifiée dans le Shining de Stanley Kubrick. Il a également travaillé sur Rocky de John G.Avildsen et Wolfen de Michael Wadleigh. Ces quatre films seront projetés dans le cadre de cet hommage.

garrett brown

Une rétrospective sera consacrée à la Titanus, la plus ancienne maison de production italienne, fondée en 1904 et encore en activité aujourd’hui, même si son âge d’or reste celle du cinéma italien dans son ensemble, entre le milieu des années 40 à la fin des années 70. Dario Argento sera invité dans le cadre de cette très large rétrospective où l’on verra notamment son premier film, L’Oiseau au plumage de cristal. Il présentera également une série de courts-métrages inédits en dehors de l’Italie. À voir notamment des films de Giuseppe De Santis, Mario Serandrei, Luchino Visconti, Raffaello Matarazzo, Luigi Comencini, Roberto Rossellini, Luigi Zampa, Augusto Genina, Alberto Lattuada, Michelangelo Antonioni, Federico Fellini, Mario Monicelli, Dino Risi, Riccardo Freda, Valerio Zurlini, Francesco Rosi, Vittorio De Seta, Vittorio De Sica, Elio Petri, Mauro Bolognini, Ermanno Olmi, Mario Bava, Sergio Corbucci ou Lina Wertmüller. La rétrospective est organisée conjointement avec la Cineteca di Bologna, où sont regroupées les archives de la Titanus.

Enfin, Le Festival organisera une carte blanche au cinéma brésilien et une présentera une sélection de films de l’Afrique sub-saharienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici