Festival du Grain à Démoudre 2013

0
37

Ce week-end s’achevait la 14ème édition du festival de cinéma du Grain à Démoudre, qui se tenait du 16 au 24 novembre à Gonfreville l’Orcher, dans la banlieue du Havre, après une semaine de projections et festivités dédiées au septième art.

Festival du Grain à Démoudre 2013

Comme chaque année depuis quatorze ans, Gonfreville l’Orcher a vécu une semaine intense, rythmée par le festival de cinéma du Grain à Démoudre, la singularité de celui-ci étant d’être organisé par une trentaine de jeunes âgés de douze à vingt-cinq ans, tous passionnés par le septième art. Ce sont eux qui ont façonné le programme de la semaine, sélectionné les courts et longs métrages de la compétition officielle (parmi 300 courts-métrages et 80 longs-métrages reçus et visionnés par leurs soins), et se sont occupés, en amont comme durant les festivités, de l’organisation, la présentation, l’accueil, etc…

Le week-end d’ouverture a notamment été marqué par un ciné-concert consacré au mythique 2001 l’Odyssée de l’Espace de Kubrick et un drive-in au cours duquel les spectateurs ont pu assister à une projection en extérieur de Misery de Rob Reiner depuis leur voiture.

Du lundi 18 au jeudi 21 novembre, le jeune public a été à l’honneur en journée, avec des projections de longs-métrages (Princess Bride, L’Histoire Sans Fin, Max et les Maximonstres, Kerity la Maison des Contes, etc…), de courts-métrages d’animation, mais également des ateliers d’initiation au stop-motion, au montage, aux effets spéciaux, ou encore aux techniques de Méliès, animés par des professionnels. Le soir, le programme s’adressait au grand public, avec la diffusions de courts-métrages, de documentaires ou encore de clips.

Avant d’ouvrir la compétition officielle, deux grands films cultes ont été proposés au lycéens le vendredi 22 novembre, à savoir Boulevard du Crépuscule de Billy Wilder et Shining de Stanley Kubrick. La semaine a également été marquée par la projection de Leviathan, film expérimental de Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel, l‘avant-première nationale de Rêve d’Or de Diego Quemada-Diez, ainsi que des rencontres autour de l’audiodescription ou encore l’écriture du scénario, avant de s’achever sur la projection du film mashup de György Palfi Final Cut Ladies and Gentlemen.

wajma 1

La compétition officielle était composée de :

Cinq courts-métrages :

–      Prora de Stéphane Riethauser (Suisse)

–      Five Ways to Kill a Man de Christopher Bisset (Allemagne)

–      Electric Indigo de Jean-Julien Collette (Belgique, France)

–      Catching a Lion de Vladimir Kanic (Croatie, Canada)

–      The Devil de Jean-Gabriel Periot (France)

Cinq longs-métrages :

–      Arcadia de Olivia Silver (USA)

–      Sarah Préfère la Course de Chloé Robichaud (Canada)

–      Old Stock de James Genn (Canada)

–      Wajma, une Fiancée Afghane de Barmak Akram (France, Afghanistan)

–      The Lunchbox de Ritesh Batra (Inde, France, Allemagne)

 

Trois jurys différents avaient pour mission de départager les films : le grand jury, composé de professionnels du cinéma ; le jury jeunes cinéphiles, composé des lauréats du concours national de films lycéens (dont les films ont été diffusés avant l’ouverture de la compétition officielle) ; le jury du lycée Jean Prévost, composé de neuf lycéens de 15 à 17 ans.

A l’issue du vote, les lauréats ont été désignés au cours de la cérémonie de clôture, dimanche 24 novembre : Du côté des longs-métrages, Wajma, une Fiancée Afghane a obtenu le prix du jury jeunes cinéphiles et le prix du public (critique), tandis que The Lunchbox a récolté le grand prix du jury et le prix du lycée Jean Prévost. En ce qui concerne les courts-métrages, Electric Indigo a raflé le prix du public et le prix du lycée Jean Prévost, tandis que le jury jeunes cinéphiles et le grand jury ont respectivement récompensé Five Ways to Kill a Man et The Devil.

Du Grain à Démoudre a une fois de plus tordu le cou aux clichés et prouvé que les jeunes  savent faire preuve d’un vrai regard de cinéphiles, en programmant des films forts et très différents, qui s’adressent à tous les publics. Du Grain à Démoudre n’est définitivement pas un festival de cinéma comme les autres, où, loin des paillettes cannoises, les jeunes et les moins jeunes, les organisateurs et les cinéphiles, tous se retrouvent ensemble, comme une grande et belle famille, pour célébrer ensemble leur amour pour le septième art.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=DOQ7QL_CQmY[/youtube]

Pour plus d’informations sur le festival.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici