Festival de Deauville 2012: jour 6

0
293

Belle 6e journée au festival de Deauville, au programme : de l’incrédulité en compétition, encore plus d’incrédulité en conférence de presse, un Michel Gondry génial (en film et en vrai), un mug (perdu), une bonne bouteille de rouge et un super film en avant première. Voici la suite des aventures de la team CF.

FRANCINE

Il est des films dont on se demande sérieusement l’état des réalisateurs au moment d’écrire le scénario (enfin scénario…). Francine fait définitivement parti de cette catégorie d’OFNI totalement étranges voire surréalistes et qui ont peu de chance de trouver un distributeur en France. L’histoire en bref : une femme limite prostrée et totalement étrangère aux relations humaines trouve son réconfort auprès d’animaux. C’est contemplatif à mourir –en même temps prévisible, les réalisateurs venant du monde de la photo- d’une lenteur sans nom ; bref, chiant à mourir. Même l’aspect pseudo psychologique du film est inintéressant, le personnage principal ne suscitant absolument aucun émoi.

Le plus dur dans la journée du cinéphile reste le fait de voir ce genre de film au levé, en se demandant ce qu’on a pu faire de mal pour avoir mérité ça. Ça l’est encore plus quand le professionnalisme sadique du rédac chef, poussé par notre amie blogueuse geekette Nivraë, nous a obligé à aller en conférence de presse pour ledit film. On vous rassure, on n’a pas plus compris le film par cet intermédiaire mais on a pu constater que certains journalistes aiment trouver des significations hautement psychologiques à tout !

Remis de nos émotions et après une pause déjeuner fort agréable nous allons voir l’un des films les plus attendus de ce festival, The We & The I du génial et déluré Michel Gondry.

francine

The We & the I

Après une intro survolté et un générique génial annonçant les vacances estivales d’un groupe de jeunes dans un lycée du Bronx, le cadre du film prend place dans un bus, permettant à Gondry de nous livrer un huit-clôt hautement sensoriel. Si certains reprocherons l’excessif montage à cent à l’heure typique du réalisateur, force est de reconnaître qu’il filme magnifiquement cette bande de jeunes et leurs préoccupations, survoltés comme le montage et comme le bouillonnement de ce microcosme raccroché à twitter, facebook etc… Et du chaos suscité par le brouhaha incessant des différentes intrigues l’ordre va se créer au fur et à mesure que les protagonistes vont sortir du bus et se livrer sans concession. Et c’est en cela que The We & the I est génial, de par sa mise en scène survolté, son ambiance et ses jeunes acteurs novices. Il y a une vraie fraîcheur et en tout cas on a beaucoup aimé.

S’en est suivi une conférence de presse où Gondry, vrai personnage, a amusé la galerie, allant même jusqu’à dessiner pendant les questions qu’on lui posait tout en se livrant généreusement sur son film. Bref, du délire !

Michel Gondry

Après toutes ces émotions notre rédac chef a voulu faire du shopping, en comprenant que le centre de Deauville ce n’est pas la foir’fouille et que hormis les boutiques de luxe il n’y avait pas grand-chose. Au final le seul souvenir abordable se révélant un mug (cadeau oublié plus tard lors d’une séance sic). Une bonne bouteille de lambrusco plus tard, on est repartis sur la croisette hips pardon le CID pour le troisième et dernier film.

Des hommes sans loi

Un des gros films de ce festival, sans être une grande exclusivité car déjà présenté à Cannes et sortant dans quelques jours. Sans être hyper original sur le fond, le film reste néanmoins hyper efficace de par sa mise en scène, son casting quatre étoiles offrant surement son plus grand rôle à Tom Hardy.

Pour résumer cette journée : beaucoup de haine envers Julien, nous préparons une vengeance sordide, et nous lui laissons la parole pour la petite blagounette du jour, inaugurant la chronique de ‘la blague du chef’ « tu as un peu la voix du doubleur de Jim Carrey Julien – Jim Carrey il est pas mal mais je préfère Jim Rectangle ».

À la prochaine!^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici