Décès de l’acteur David Douche

3
113

DAVID DOUCHE la vie de jésus 02

Mort de l’acteur flamand à l’âge de 42 ans dans l’incendie de son appartement avec son épouse le 8 décembre. Il restera l’interprète d’un seul film, , le premier long-métrage de , drame social rugueux qui avait obtenu une mention spéciale pour la Caméra d’or lors du en 1997. Dans ce premier essai d’un cinéaste majeur du cinéma français, il était Freddy, un jeune chômeur épileptique confronté à sa haine, sa jalousie, son racisme et à la misère sociale. Son interprétation nerveuse, récompensée au Festival de Taormina, en Sicile, était restée dans les mémoires mais hélas sans suite. Il a ensuite connu des années difficiles, le retour à la vie «normale» semblant difficile pour lui, peinant à conserver un emploi stable.

Bruno Dumont a partagé sa réaction à l’annonce de son décès à La Voix du Nord : «David habitait à Bailleul dans la rue des Foulons, décor principal et rue où habitera Freddy. David fut ainsi recruté parmi d’autres jeunes au casting. Ce fut d’abord peu probant tant David, sans y croire, méfiant naturellement, rechignait à l’exercice : il jouait mal, faux, mais, curieusement, s’y soumettait pourtant et revenait toujours aux autres rendez-vous. Dans tout ce cafouillage, il avait une telle fougue, si contenue, que je fis le pari qu’il serait Freddy et que j’en prendrais mon parti. Il accepta le rôle. Bien m’en a pris : une tête de lard donc, mais un acteur de génie et dès le premier jour jusqu’à la fin».

Il ajoute : «J’ai appris sa mort mardi soir et en suis si triste. Un homme redoutable, par sa vie entière et la force qu’elle lui avait donnée. Son passage au cinéma illumina ainsi tout un film, La Vie de Jésus, et tous les dilemmes obscurs des questions morales. D’un trait. C’est David qui le fit, sous sa présence, son jeu, à ce visage, à son front. Pour nous et par « Freddy », il fit mystérieusement la bascule du mal vers les lueurs triomphales et infimes des clartés du jour. Sans lui, rien. Sinon la platitude de la haine, le prêchi-prêcha. La misère et la gloire de sa vie, à l’écran, à la rue. Sans distinction. Et pas de pitié pour lui – comme les sots – tant il était libre et digne. Il était redoutable, vraiment. « Freddy », ici le garde, sans fin».

DAVID DOUCHE la vie de jésus 01

Un autre acteur emblématique du réalisateur, , vu dans Flandres, Hadewijch et Hors Satan, est lui aussi disparu jeune, à 37 ans seulement, en 2013. Parmi les acteurs non-professionnels, au moins lorsqu’ils les rencontrent, découverts par Bruno Dumont, deux noms se détachent encore. a reçu le prix d’interprétation à Cannes pour L’Humanité en 1999 et est apparue ensuite dans les cinq années qui ont suivi dans Une part du ciel de Séverine Liénard (dans le rôle principal), Quand la mer monte de Gilles Porte et Yolande Moreau puis Holy Lola de Bertrand Tavernier mais hélas plus rien depuis 2004. C’est surtout qui se permet une jolie carrière. Révélée par Flandres, on la voit ensuite dans Séraphine de Martin Provost, Home d’Ursula Meier ou D’amour et d’eau fraiche de Isabelle Czajka.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici