Critique : Scream Girl

0
206

final girls affiche 2

Etats- Unis, 2015
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Joshua John Miller, M.A. Fortin
Acteurs : , ,
Distribution : –
Durée : 1h31
Genre : Comédie, Epouvante-horreur
Date de sortie : 18 novembre 2015 (en VOD)

Note : 4/5

Pas de doute, les 80’s sont plus que jamais à la mode ! Après et , présentés au dernier Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg et citant visuellement et musicalement cette décennie, voilà un long-métrage nous proposant d’aller plus loin, puisqu’il projette littéralement ses protagonistes… dans un slasher ! A découvrir en ouverture du prochain le 17 novembre 2015…

final girls 01

Synopsis : Max Cartwright, lors d’une soirée commémorative en l’honneur de sa mère actrice décédée il y a 3 ans d’un accident de voiture, se retrouve avec ses amis piégés dans son plus célèbre film d’horreur : Camp Bloodbath, un slasher sorti en 1986.

Un hommage aux slashers des 80ies

A la manière du paresseux et peu subtil de Drew Goddard ou du plus intéressant et très drôle d’Eli Craig, The Final Girls, à partir de son postulat fantastique, nous invite à un véritable hommage à ce sous-genre emblématique de la décennie des Jason Voorhees, Freddy Krueger et Michael Myers. Tout y passe : personnages stéréotypés (bimbo limite nymphomane, sidekick énervant et porté sur le sexe, boutonneux un peu geek, jeune fille innocente et pure…), lieux typiques du genre (forêt, camp de vacances…), procédés scénaristiques inhérents au genre (flash-back sur le trauma du psycho killer, l’inévitable strip-tease par devinez qui…).

final girls 02

Mais tout comme Turbo Kid, le film de Todd Strauss-Schulson ne se contente pas d’enfiler les références et de parodier une imagerie, un style mais n’oublie pas de raconter une histoire. Et contre toute attente, le film est non seulement d’une grande drôlerie, jouant avec jubilation sur les clichés et stéréotypes du genre mais aussi du cinéma (le jeu sur les titres, les effets de montage…), mais également très émouvant car The Final Girls est également, sans trop en dévoiler, une belle histoire de relation mère-fille. Le long-métrage peut faire peur à son démarrage avec ses effets spéciaux parfois approximatifs, la faute à un budget limité (l’accident de voiture) et son postulat de départ qui peut nous faire craindre une comédie potache mais dès l’intrusion dans le film dans le film (vous suivez?), le film prend sa vitesse de croisière et ne nous lâche jamais, compensant son manque de moyens par son énergie et sa mise en scène, proposant des scènes inventives et d’une grande réussite visuelle pour mieux appuyer l’humour.

final girls 03

Conclusion

Si vous avez bouffé du slasher ou film de boogeyman du temps antique de la VHS et des vidéos-clubs, voilà un film qui vous apportera une bouffé de nostalgie. Précipitez-vous également sur le film si vous aimez les films ironiques sur le 7ème Art tels Last Action Hero dont on peut sans démesure affirmer que The Final Girls est son cousin direct. 

Ah oui, au fait. Il y a Malin Akerman..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici