Critique : le lendemain

1
383

Le lendemain

le lendemain affichePologne, Suède : 2015
Titre original : Efterskalv
Réalisateur : Magnus von Horn
Scénario : Magnus von Horn
Acteurs : Ulrik Munther, Mats Blomgren, Alexander Nordgren
Distribution : Nour Films
Durée : 1h41
Genre : Drame
Date de sortie : 1 juin 2016


Note : 3/5

Réalisateur suédois de 32 ans, Magnus von Horn a étudié le cinéma en Pologne, à l’école de cinéma de Łódź. Après plusieurs court-métrages tournés en Pologne et en langue polonaise, c’est en suédois mais toujours avec une production polonaise qu’il a tourné en 2011 le court-métrage Neige Tardive. Le Lendemain est son premier long métrage. Ce film, présenté en 2015 à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes, est une production polonaise, en langue suédoise et tournée en Suède.

Synopsis : John, encore adolescent, rentre chez son père après avoir purgé sa peine de prison et aspire à un nouveau départ. Mais la communauté locale n’a ni oublié, ni pardonné son crime. Sa présence attise les pires pulsions chez chacun, l’atmosphère devient menaçante, proche du lynchage. Rejeté par ses anciens amis et abandonné par ses proches, John perd espoir et la violence qui l’a conduit en prison refait peu à peu surface. Dans l’impossibilité d’effacer le passé, il décide d’y faire face.

le lendemain 6

Quel acte a-t-il commis ?

A quel usage est destiné ce bâtiment dans lequel un homme vient chercher John, un grand adolescent ? Il n’y a pas de grilles, mais il semble particulièrement difficile d’en sortir, le chemin de la sortie étant parsemé de nombreuses portes vitrées nécessitant des clés pour arriver à les ouvrir. Ne serait-ce pas une prison suédoise pour adolescents ? Mais alors, quel acte a donc pu commettre John pour s’y retrouver enfermé ? Pas question pour le réalisateur de lâcher le morceau tout de go ! Au point qu’une forme d’ennui peut guetter le spectateur pendant la première demi-heure du film, avec le retour à la ferme familiale de John et de Martin, son père, l’homme qui est venu le « libérer ». Que voit-on durant ce début du film ? On voit Martin et ses deux fils, John et Filip, le petit frère, vaquer aux travaux de la ferme. Et puis, arrive pour John le retour à la vie scolaire, le retour au lycée qu’il fréquentait avant son séjour carcéral. A partir de ce moment, c’est par bribes, petit à petit, que le spectateur va apprendre ce qui s’est passé deux ans auparavant et on va vite comprendre que c’est du lourd : une jeune fille qui agresse John dans un supermarché, un grand nombre de ses condisciples qui veulent quitter la classe au cas où John y resterait, l’un d’entre eux qui réclame carrément, pour John, l’application de la peine de mort. Il est évident qu’un tel rejet ne peut rester sans conséquences. Reste à savoir qui va y trouver son compte : John ? les élèves qui jettent l’opprobre sur lui ? Personne ?

 

le lendemain 3

Un retour difficile

C’est en effectuant des repérages pour son court-métrage Neige Tardive que Magnus von Horn a trouvé la matière de Le Lendemain. En l’occurrence, un rapport de police sur un crime commis par un adolescent de 15 ans : ne pouvant supporter que celle qui était sa petite amie soit tombée amoureuse d’un autre garçon, il avait fini par l’étrangler tout en n’arrivant pas à expliquer comment il en était arriver là. Le lendemain raconte l’histoire d’un adolescent qui, après avoir commis un acte terrible, doit affronter les autres à sa sortie de prison, ses anciens camarades de classe, sa propre famille, alors qu’il a du mal à s’affronter lui-même. Cette histoire prend place dans une famille de paysans qui, dans certaines circonstances, apparaissent complètement déconnectés de toute émotion : pour le grand-père de John, lorsqu’un chien va mourir, pourquoi perdre son temps à l’aider à mourir avec douceur alors qu’il est si facile de le tuer d’un coup de fusil ? L’histoire prend place également dans uns société, la société suédoise, qui ne sort pas franchement grandie par ce que nous en montre Magnus von Horn. Dans cette société dans laquelle l’enfant est roi, la moindre menace proférée par un adulte envers un enfant ne saurait être tolérée, mais, par contre, le film nous montre la violence qui peut régner dans les rapports entre adolescents. Dans cette société suédoise, comme, malheureusement un peu partout dans le monde, comme, par exemple, ce que nous montrait du Danemark le film La Chasse de Thomas Vinterberg, un groupe de personnes peut se monter collectivement la tête pour rejeter sans pitié aucune un individu, un peu fautif, beaucoup fautif ou pas fautif du tout.

le lendemain 1

Des choix judicieux

Pour nous raconter le drame que vit John à sa sortie de prison, Magnus von Horn a fait un choix audacieux mais qui s’avère judicieux. Il a choisi l‘austérité : son film n’est accompagné d’aucune musique, la campagne est triste, le temps n’est guère ensoleillé. Le suspense qu’il a su installer s’en retrouve renforcé. Très souvent, il filme les protagonistes à une distance respectable, procédé intelligent qui permet d’alléger chez le spectateur l’impression étouffante créée par le déroulement de l’action. Dans ses meilleurs moments, Le Lendemain arrive à faire penser à certaines œuvres de Haneke, celles de ses débuts autrichiens. Dans ce film qui a obtenu trois « Guldbagge Awards » (l’équivalent suédois des Oscars) en janvier dernier (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle), on note les premiers pas au cinéma, parfaitement réussis dans le rôle de John, de Ulrik Munther, un jeune chanteur pop suédois dont la notoriété n’a pas atteint notre pays, mais qui est très populaire en Suède, aux Etats-Unis et au Japon.

Conclusion

Proche, par certains côtés, de ce que nous a proposé Haneke dans le passé, Le lendemain, film à la fois polonais et suédois, s’avère très prometteur. Même si on peut regretter que la première partie soit un peu trop longue, la façon dont Magnus von Horn nous dévoile petit à petit le passé de John, la peinture austère et acérée qu’il fait de la famille de John et des élèves du lycée dans lequel John espérait arriver à tourner la page, tout cela montre des qualités évidentes de mise en scène et de direction d’acteurs. Quant au chanteur pop suédois Ulrik Munther, il fait une entrée remarquée dans le monde du cinéma.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici