Critique : Heureux gagnants

0
335

Heureux gagnants

France : 2024
Titre original : –
Réalisation : Maxime Govare, Romain Choay
Scénario :  Maxime Govare, Romain Choay
Interprètes : Audrey Lamy, Fabrice Eboué, Pauline Clément, Sami Outalbali, Anouk Grinberg
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 1 h 43
Genre : Comédie
Date de sortie : 13 mars 2024

3,5/5

Le film à sketchs consiste en une œuvre composée de plusieurs histoires indépendantes liées par un thème commun, à l’image du film The French Dispatch de Wes Anderson.

C’est la forme cinématographique choisie par Maxime Govare et Romain Choay dans le film Heureux Gagnants. Cette comédie suit les destins sombres de gagnants aux lotos et comment des millions d’euros vont bouleverser leurs vies pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

Alors qu’un pan conséquent de la comédie française est conspué par les spectateurs, Heureux Gagnants apparaît comme une bouffée d’air frais dans le paysage cinématographique hexagonal.

Synopsis : 1 chance sur 19 millions. Plus de probabilité d’être frappé par une météorite que de gagner au loto. Pour nos heureux gagnants, le rêve va rapidement se transformer en cauchemar, et leur vie va voler en éclat dans un spectaculaire feu d’artifices de comédie noire et de sensations fortes.

Heureux Gagnants présente quatre arcs narratifs distincts. Le premier arc du film met en scène un père de famille fauché à qui il ne reste plus que quelques heures pour valider son ticket gagnant au loto. Il sera prêt à tout pour empocher les cinq millions qui lui sont promis, quitte à enfreindre la loi. La seconde partie du film s’intéresse à une femme néo-millionnaire qui craint que son argent ne distorde ses relations amoureuses. Dans le troisième court-métrage du film, trois hommes qui s’apprêtent à commettre un attentat découvrent qu’ils ont gagné aux lotos. Le dernier arc narratif se concentre sur les employés d’un EPHAD qui vole le ticket gagnant à l’Euromillions d’un de leurs patients fraichement décédé.

Maxime Govare et Romain Choay placent leurs protagonistes dans des situations extrêmes, absurdes et incongrues qui mettent à mal leurs systèmes de valeurs et confrontent notre rapport à l’argent. A travers son intrigue, le film expose comment l’appât du gain peut déformer nos rapports à la famille, la morale, la mort, la religion ou l’amour et parfois même se substituer à ces dernières. Pour servir son propos, Heureux Gagnants utilise principalement l’humour noir. Govare et Choay s’amusent à torturer leurs personnages et traitent de thématiques sombres comme le terrorisme ou la mort avec sarcasme et ironie. Cela n’empêche pas les cinéastes de s’aventurer sur d’autres terrains de l’humour. Entre les punchlines assassines des personnages, les runnings gags, ou retournement de situations loufoques, Heureux Gagnants ne manque pas d’occasions de faire rire le spectateur.

Malgré ses bonnes intentions, le long-métrage n’évite pas l’un des défauts inhérents à sa forme de films à sketchs à savoir l’inégalité de qualité entre les différents sketchs qui le compose. Certains arcs narratifs sont moins réussis que d’autres en termes de fond et d’humour. On pourrait reprocher au second court-métrage d’être moins intéressant que ses comparses d’un point de vue thématique même si les interactions entre les personnages de Pauline Clément et Ines Melab font partie des moments les plus drôles du long-métrage. On pourrait reprocher à la troisième partie son humour répétitif et son épilogue prévisible, malgré le travail d’écriture réalisé sur le personnage de Sandra campé par Anouk Grinberg.

Cependant, le tout reste relativement homogène grâce à la volonté de Govare et Choay de pousser les curseurs de leurs écritures toujours un peu plus loin, mais aussi à grâce aux performances des acteurs. Que ce soient Fabrice Eboué et Alexandra Lamy dans le rôle d’un couple au bord de la rupture financière tiraillé par les valeurs de la famille et l’argent, Pauline Clément en jeune ingénue déçue par les hommes, Sami Outalbali en jeune radicalisé en quête de sens ou Anouk Grinberg dont la morale se substituera peu à peu à l’appât du gain, le casting de Heureux Gagnants sublime l’écriture des auteurs, permet de créer de l’empathie avec les personnages et ajoute un zeste de drame à la comédie.

Conclusion

Comédie ambitieuse par ses thématiques et son humour noir corrosif, Heureux Gagnants sort des carcans habituels de la comédie française pour nous offrir une œuvre singulière qui questionne notre rapport à l’argent à travers des hommes et des femmes du quotidien. Le film est la preuve que la comédie française peut s’ouvrir à différents styles d’humour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici