Arsenic et Vieilles Dentelles

0
438
Arsenic et vieilles dentelles image du film

Arsenic et vieilles dentelles affiche du film

USA : 1944
Titre original : Arsenic and Old Lace
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Warner Bros.
Durée : 1h58
Genre : Comédie, Thriller
Date de sortie : 1944

Globale : [rating:1][five-star-rating]

fait partie du patrimoine du cinéma américain. Vu et revu donc pour la plupart des spectateurs d’aujourd’hui un peu cinéphile. Presque 70 ans après sa sortie, quel regard y porter encore ?

Synopsis : Deux exquises vieilles dames font disparaître de vieux messieurs. Mortimer, leur neveu découvre l’affaire. Mais, l’affaire se corse pour lui quand il découvre que ses cousins, l’un gentil, l’autre méchant, sont également mêlés à l’histoire et que les cadavres s’amoncellent dans la cave.

Arsenic et vieilles dentelles image du film

Un tourbillon comique

reste plaisant c’est sur. Le comique de situation est savoureux. Ces vieilles dames fragiles et adorables qui, persuadées de leur apporter la paix, zigouillent, quasiment en tout innocence et persuadées de bien faire, de vieux messieurs isolés et abandonnés sont à l’origine de bien des bouleversements dans la vie de leur neveu le jour de son mariage. Les scènes s’enchaînent, les situations se télescopent, les personnages sont pris dans un tourbillon où se mêlent absurde et tendresse, les portes claquent, les cris fusent……..

Arsenic et vieilles dentelles image du film

Mais du théâtre filmé

On est effectivement au théâtre, du bon théâtre d’ailleurs, très classique, respectant les règles d’unité de lieu, d’unité de temps et d’unité d’action. Une belle comédie de boulevard matinée d’un soupçon de policier. Le tout excellemment filmé, sans temps mort, sans caméra qui ne se sait pas où se poser, sans scène extérieure artificiellement rajoutée. Une réalisation comme peu ont su, savent faire encore.

Le film est de toute façon tiré d’une pièce à succès du même nom de Joseph Kesselring, montée en 1941 à Broadway et qui fut jouée sans interruption jusqu’en 1944 avec déjà les absolument épatantes Jean Adair et (les sœurs Brewster) et John Alexander (Teddy). Priscilla Lane sait désarmer son Mortimer avec un regard à faire fondre les glaces et ne ménage pas effets pour jouer la stupeur et l’incrédulité. Mentionnons comme il se doit Peter Lorre, grand second rôle du cinéma américain, parfait dans son rôle de faux médecin terrorisé par son complice.

Résumé

Devant de tels comédiens sur une vraie scène, on serait encore aujourd’hui tordus de rire tout au long de la pièce. Devant un écran, le décalage existe quand même et on se prend à s’ennuyer un peu. Reste une certaine bienveillance pour un beau moment d’humour et le respect pour un cinéaste qui a marqué le 7ème art.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=90BkcBsFeEU[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici