American Translation

0
264
American Translation

American TranslationAmerican Translation télécharger Megaupload, Torrent, streaming, Megavideo, Goodsite, dvdrip, blu-rayAmerican Translation

FRA : 2010
Titre original : American Translation
Réalisateurs : ,
Scénario : Pascal Arnold
Acteurs : , , Jean-Marc Barr
Production : Zelig Films Distribution
Durée : 1h49
Genre : Drame
Date de sortie : 8 juin 2011

Réalisation :  [rating:2.5]
Scénario :       [rating:2.5]
Acteurs :         [rating:3.5]
Musique :       [rating:3.5]
Globale :         [rating:3.0]
[five-star-rating]

Mardi 30 mai 2011, Paris. Jean-Marc Barr (oui,oui le mec du Grand Bleu) et son acolyte Pascal Arnold présentent en avant première leur dernier film American Translation. Le duo n’en est pas à son coup d’essai et se retrouve pour réaliser leur cinquième film ensemble. Retrouvailles également avec les jeunes acteurs Lizzie Boucheré et Pierre Perrier qui ont inspiré ce projet et avec qui les deux hommes avaient travaillés sur leur précédent film Chacun sa nuit.

Synopsis : Aurore ( Lizzie Boucheré), la vingtaine, de père américain ( Jean-Marc Barr) et de mère française, profite d’un voyage d’affaire de son père pour l’accompagner à Paris et rester quelques temps dans leur luxueux appartement parisien. Un soir, elle croise le regard de Christophe (Pierre Perrier)jeune homme mystérieux et passionné. Un coup de foudre rock n’ roll qui se concrétise par un baiser fougueux dans les toilettes d’un hôtel. Très vite, ils deviennent inséparables, leur amour fusionnel grandissant de jour en jour. Un jour, Aurore fait une terrible découverte concernant Chris: il tue pour le plaisir.

American TranslationAmerican translation, tourné en quelques semaines aura mis quatre années à voir le jour et tout le monde a mis la main à la pâte comme le précise Jean-Marc Barr en désignant les deux acteurs, Pascal Arnold et le producteur : « à nous 4 nous avons dû exercer 12 fonctions différentes sur ce film »: Jean-Marc Barr, derrière la caméra mais aussi devant dans le rôle d’un père américain overbooké, Pierre Perrier, acteur mais aussi maquilleur et co-responsable du casting. Eh oui, Il faut être polyvalent quand on veut faire du cinéma en France, et cela montre tout le dévouement de cette équipe pour leur passion et leur projet.

Un sentiment Mi figue-Mi raisin

Que dire de ce film? On en ressort ni déçu ni époustouflé. La réalisation n’est pas mauvaise (simple et efficace), l’histoire se suit bien, les acteurs sont plutôt bons, de la bonne musique pop-rock ponctue le tout, et pourtant il manque cette petite étincelle qui vous coupe le souffle. Parfois un peu trop long, tout cela reste trop plat malgré l’histoire qui se veut corrosive.

Les histoires d’amour passionnelles et violentes, ce n’est pas nouveau au cinéma (Sailor et Lula, True Romance entre autres, voire Roberto Succo dans le style «je tombe amoureuse d’un type instable»). Alors on se demande ce qu’American Translation va apporter au « violove movie » (violent/love. Oui, j’aime bien inventer des mots). Un côté plus psychologique aux personnages ? On s’intéresse plus aux personnages qu’à l’action et au final, cela ralentit un peu le film. D’accord American Translation n’est pas un film américain où l’on se tue à tout va, un flingue à la main. cependant, une scène en particulier m’a fait étrangement penser à True Romance (je vous laisse la trouver). Arnold et Barr seraient-ils fans de Tarantino et Tony Scott?

American TranslationUne jeunesse déboussolée

Tout le film est centré sur le couple Aurore/Chris et le reste du casting est presque inexistant. Aurore fait partie d’une jeunesse dorée qui n’a jamais connu le besoin de travailler, ses parents cédant à tous ses caprices. Bien que profitant de tous ces privilèges la jeune fille se sent étouffée dans cette vie étriquée. Son besoin de rébellion et de briser les règles la pousse dans les bras de Christophe, jeune homme impulsif, épris de liberté . Pour Christophe, pas question de travailler: son argent, il le gagne au poker, sa maison, c’est son van. Sa vie, c’est la liberté et le refus de la norme. Le gendre idéal en somme.

Insouciants voire inconscients, les deux jeunes gens vivent leur amour à 100 à l’heure, sans réfléchir. D’ailleurs, Leur histoire d’amour démarre si rapidement que cela peut faire sourire… Cette jeunesse n’a aucun repère et ne vis que pour satisfaire égoïstement ses désirs. Chris est un garçon impulsif, instable, souvent inquiétant à cause de ses réactions imprévues. Il vit sa vie selon les envies du moment.

Le jeu des acteurs sonne juste, bien qu’il soit difficile de comprendre les personnages qu’ils interprètent ou de s’identifier à eux tellement cette histoire est atypique voire invraisemblable. Belle performance pour Pierre Perrier et Lizzie Boucheré qui font preuve d’un naturel déroutant dans leur interprétation de ces jeunes incompris en quête d’amour et de reconnaissance.

American Translation

Sexe, meurtres et rock n’ roll

Dans American Translation, les acteurs se mettent à nu au sens propre comme au sens figuré. Cette nudité récurrente chez Arnold/Barr n’est pas totalement « crue ». Les scènes d’amour s’enchaînent, rien n’est caché, le spectateur est au coeur de cette passion au point où cela pourrait gêner certains. D’un autre côté, c’est beau tout cet amour et ces scènes sont souvent des moments tendres d’intimité et de confidences. Mais surtout, cela montrent également à quel point les deux jeunes gens sont soumis à leurs pulsions, qu’elles soient sexuelles ou meurtrières. Retour donc à des besoins «naturels» et bien souvent la nature est le théâtre de l’assouvissement de leurs pulsions.

Au centre de leur histoire, des meurtres. L’enjeu ? leur amour survivra t-il à la passion morbide de Chris ? Et encore une fois, le spectateur n’est pas épargné, on assiste à l’exécution d’un jeune homme pendant presque cinq longues minutes…

L’enjeu, c’est aussi la compréhension. On a cependant l’impression que cette compréhension ne va que dans un sens. Aurore comprend Chris, Chris ne comprend pas Aurore. Elle est dépendante de son amour et de son impulsivité, il est dépendant de ce regard adorateur et compréhensif qu’elle lui porte. La compréhension se joue aussi au niveau de la langue. Il se trouve que Chris ne comprend pas un mot d’anglais. Pour ainsi dire, il ne comprend pas Aurore car la jeune fille utilise l’anglais pour exprimer ses pensées les plus intimes. C’est la langue de l’émotion pour elle, une langue que Chris ne saisis pas et qu’il ne cherche pas à comprendre.

résumé :

Pulsionnel et passionnel, ce film n’est pas à mettre devant tous les yeux (interdit aux moins de 16 ans et cela se justifie bien entre les scènes érotiques et les scènes violentes). Au final, un sentiment mitigé … American Translation souffre de quelques longueurs et invraisemblances malgré une histoire qui se veut corrosive.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NV_njOxnXV4[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici