Starbuck

0
421
Starbuck, photo du film

Starbuck, l'affiche du filmStarbuck

Canada : 2011
Titre original : Starbuck
Réalisateur : Ken Scott
Scénario : Ken Scott, Martin Petit
Acteurs : Patrick Huard, Julie Le Breton, Antoine Bertrand
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h49
Genre : Comédie
Date de sortie : 27 juin 2012

Globale : [rating:5][five-star-rating]

Récipiendaire de trois prix importants au dernier festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez – prix du jury, prix d’interprétation et coup de cœur masculin pour Patrick Huard – Starbuck (qui n’a aucun rapport avec la célèbre marque de café) fait figure d’OFNI venu du Québec. Réalisé par Ken Scott, méconnu en France, et avec Patrick Huard en tête d’affiche le film semble débarquer de nulle part. Pourtant et ne vous y trompez pas, Starbuck est peut-être La comédie de l’année 2012…

Synopsis : Alors qu’il s’apprête à être père, David Wosniak, éternel adolescent de 42 ans, découvre être le géniteur anonyme de 533 enfants déterminés à le retrouver.

 Starbuck, photo du film

 El Masturbator !

Imaginez que vous donnez beaucoup de votre personne. Entendez par là que vous êtes donneur de sperme et que, comme on est au Canada et qu’il faut bien vivre, votre clinique est votre prêteur sur gage attitré. Maintenant imaginez que ledit sperme a été utilisé sans limite par des médecins peu scrupuleux, inoculant la précieuse semence à tout va, et que l’on vous apprend aujourd’hui que vous êtes le père de 533 enfants dont une bonne centaine a entrepris des démarches pour vous retrouver! Tel est le point de départ loufoque du film de Ken Scott, qui au-delà du pitch sur le don de sperme et la reproduction artificielle a écrit et réalisé un véritable film hommage à la paternité. Et on n’est pas loin de la vérité: on a découvert au mois d’avril de cette année qu’un spécialiste de la fertilité serait le père d’au moins 300 enfants, aidant les bonnes dames de sa paroisse à procréer en fournissant généreusement son sperme!

Mais c’est bien pour l’argent que Starbuck -pseudonyme du serial spermeur David Wozniak- a entrepris de faire du don de sperme une activité à plein temps ou presque. Aussi quelle n’est pas sa surprise en découvrant le nombre de ses bambins en manque d’amour paternel. Ajoutez à cela qu’il doit 80.000 dollars aux truands du coin qui menacent de le refroidir, et que sa copine par intermittence vient de tomber enceinte! Comme vous l’imaginez ce joyeux bordel entraîne des situations cocasses mais également beaucoup de profondeur alors qu’on ne l’imaginait pas forcément au premier abord.

 Starbuck, photo du film

Du rire et de l’émotion

En effet, ce qui fait la saveur de Starbuck c’est qu’on passe de scènes de pur rire, s’esclaffant de bon cœur, à des petites scènes tout en émotions et en pudeur. Patrick Huard est excellent dans les deux registres. La vie de David est anarchique et totalement improbable, et le voir s’imaginer père, lui qui ne parvient déjà pas à exécuter correctement son travail dans la boucherie familiale, a quelque chose de comique. Pourtant il va décider de rencontrer ses différents enfants (tous des jeunes adultes) et de les aider à sa façon, dans l’anonymat le plus total, ce qui représente autant de scénettes et de personnage avec des traits de caractères différents. Il y a la droguée angélique, l’acteur raté, l’homosexuel volage, l’handicapé qui est au centre d’une très belle scène tout en retenue, le chanteur, le gothique etc… Le voir essayer d’être père est touchant et drôle à chaque fois. Autre figure de père celle de son meilleur ami Antoine, à la tête d’une armée d’enfants, frustré de l’érection, qui est tout simplement hilarant. Et puis il y a le propre père de David, expatrié de Pologne ayant fait carrière au Canada dans l’univers de la boucherie, devenu un père attentionné. Les deux frères de David sont eux-mêmes géniteurs: traditionaliste pour l’un, gaga pour l’autre. Comme vous le voyez la thématique du chef de famille est omniprésente et très intéressante dans la mesure où c’est un sujet relativement neuf de placer le mâle dans une position de papa poule. D’ailleurs la figure de la mère est totalement floutée à cet effet, ne laissant que Julie Le Breton en future mère pourtant incertaine quand David est prêt à être père, et se demandant comment résister à l’envie de frapper ses enfants (ou de les congeler!).

Finalement Starbuck est une grande histoire d’amour de pères pour leurs enfants, mais également des 533 enfants pour ce père qu’ils ne connaissent pas et qu’ils désirent retrouver pour former une famille improbable. Et c’est là que l’émotion prend le pas sur la comédie devant la justesse des relations entre les personnages et des problématiques posées qui sont très pertinentes: on imagine qu’un enfant est le fruit de l’amour, pas d’une branlette dans un bocal comme le fait remarquer si justement l’un des protagonistes. Au final le film vaut vraiment la peine d’être vu, pour son mélange de comédie drôle et d’émotions à fleur de peau. Une des meilleures comédies de ces dernières années à découvrir en salles!

Résumé

Un film génial qui insuffle du bonheur ainsi qu’une comédie où on rigole pour de vrai, sans artifices. Starbuck fait un bien fou et c’est un vrai coup de cœur!

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qZbDQH5aZMo[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici