Test Blu-ray : Mind game

0
309

 
Japon : 2004
Titre original :
Réalisation :
Scénario :
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur :
Durée : 1h44
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 21 novembre 2006
Date de sortie DVD/BR : 27 avril 2018

 

 

Nishi a toujours été amoureux de Myon et ce, depuis son plus jeune âge. Devenu adulte, il poursuit son rêve de devenir mangaka et de se marier avec son premier amour. Mais un problème subsiste: elle est déjà fiancée et il se trouve que Nishi n’est qu’une mauviette. Au restaurant familial, Nishi rencontre son rival et fait de son mieux pour rester digne… Jusqu’à l’irruption de deux yakuzas qui vont complètement bouleverser le cours de sa vie. Dès lors, les péripéties s’enchaînent lorsque Myon, sa soeur Yan, et lui-même, fuyant les yakuzas, tombent nez-à-nez avec un vieil homme dans un lieu hautement improbable…

 

 

Le film

[5/5]

S’il n’a réalisé que trois longs-métrages en l’espace de quinze ans, la filmographie de s’est vite imposée comme une des plus indispensables qui soient – dès son premier film en 2004, le spectateur médusé avait en effet pu découvrir une œuvre d’Art total, visuellement éblouissante et bouleversant totalement la « grammaire » cinématographique d’usage avec une inventivité furieuse et absolue.

Développant une histoire surréaliste menée sur un train d’enfer, est une véritable bombe, qui scotchera littéralement le spectateur à son siège, l’emportant dans un tourbillon de péripéties absurdes et souvent très drôles au cœur d’un univers tenant du rêve éveillé aux accents par moments brutalement réalistes. Immense raconteur d’histoires, nous y propose une narration biscornue, étrange, bouleversant tous les codes connus mais imposant contre toute attente une cohérence totale, un peu à la manière de certains écrits de William S. Burroughs. Avec , Yuasa ose les sautes narratives les plus abruptes, se laisse aller à des digressions absurdes et purement graphiques, tout en parvenant à maintenir -avec un véritable talent d’équilibriste- son récit sur les rails de la compréhension. Plus étonnant même : malgré le fait que les notions de linéarité autant que de temporalité y soient pour le moins malmenées, essorées, déformées, l’ensemble conserve une limpidité narrative tout à fait extraordinaire, tout en se voyant magnifié par un univers visuel complètement dingue et époustouflant.

Commençant comme une comédie romantique décalée, bifurquera vers l’univers sombre des films de yakuzas, tout en se laissant aller à des excès à la sauce « Tarantino », vers des terres que même « Beat » Takeshi Kitano n’aurait jamais osé explorer. Mais là n’est que le point de départ d’une série de rebondissements qui iront de l’hommage à Pinocchio à la multiplication hystérique d’outrances sauvages et imprévisibles… Grande parade transgressive, ode au mouvement et à la folie pure, véritable explosion visuelle mélangeant les styles d’animation les plus hétéroclites, ferait presque passer le cinéma animé de Bill Plympton pour un modèle de calme et de logique.

En deux mots comme en cent, est une bouffée d’air frais dans le petit monde de l’animation contemporaine ; un chef d’œuvre absolu qui, presque quinze ans après sa réalisation, n’a rien perdu de sa verve féroce et priapique.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Grâces soient rendues à , qui permet ce mois-ci au cinéphile français de profiter sur support Blu-ray des trois longs-métrages d’animation de  ! , Night is short, walk on girl et Lou et l’île aux sirènes auront donc l’honneur de se voir découverts ou redécouverts par les cinéphiles de l’hexagone, que l’on sait grands amateurs d’animation japonaise.

Et pour son arrivée sur support Blu-ray sous les couleurs de , s’offre une belle galette, à la définition et au piqué d’une précision étonnante, rendant honneur au trait et aux couleurs chaudes utilisées par les graphistes ayant travaillé sur le film : le niveau de détail est bluffant, même sur un écran de très grande taille, l’étalonnage des couleurs est de toute beauté, spectaculaire et chatoyant, bref, l’image est digne de tous les superlatifs ; de même que le son, proposé en DTS-HD Master audio 5.1 en VO japonaise, qui s’avère excellente, dosant les ambiances de façon fine et subtile avec des effets Surround nombreux créant une enveloppe sonore agressive et dynamique, optimale pour l’immersion du spectateur au cœur de ce film 100% barré.

Côté suppléments, si on regrette un peu de ne pas retrouver les bonus disponibles en leur temps sur l’édition DVD du film, on trouvera néanmoins une belle galerie d’images du film (pour une durée d’environ deux minutes). C’est certes peu, mais le plaisir de pouvoir se replonger dans ce chef d’œuvre en Haute-Définition primera sous toute autre considération !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici